POLYCHROMES – Album “Your Dream”

POLYCHROMES – Album “Your Dream”

By Stephane Sassi & Isabelle Monferier

Cd Digital & Cd Physical

Label Plaza Mayor Company Ltd

Polychromes est un duo formé à la maison durant le deuxième confinement, quelque part dans le sud de la France, autour d’une envie de créer ensemble une chanson, pour le plaisir. De fil en aiguille, 12 morceaux sont sortis du chapeau magique, et sont présentés dans l’album “Your dream” dans l’ordre de leur création.

Les feelings s’inventent mais ne se racontent pas ; on les vit ou on les oublis.

Dans la période troublée que nous vivons, il est des visions que l’on retiendra pour le bonheur et la fraicheur qu’elles nous apportent. Polychromes, un duo inédit entre une voix et un musicien lumineux, chemine sur ses pentes ardues de mélodies et de sons irréels. Trouver un refrain, enchanter un parfum d’amour et d’humour, n’est déjà pas si simple. Il fallait juste faire entrer l’harmonie que peuvent les artistes impatients de l’art qu’ils inspirent et qu’ils dégagent. Il fallait tellement de passion pour souffler sur les braises du foyer incandescent. Allumer de mille feux les tonalites des étreintes de la vie, éteindre les faiblesses des aventuriers de paille. C’est un album fabuleux, intemporel mais bien réel. C’est un album qui se dessine comme l’indique le titre ; « Your Dream »

Hellen Page

Stéphane Sassi a reconstitué en studio l’atmosphère d’une musique live, naviguant entre les harmonies, les rifs et les solos avec élégance et sobriété. Ses compositions sortent ici de son répertoire habituel de jazzman et se tournent vers une ambiance pop-rock, mêlée d’une lampée de folk, d’une pincée de jazz et d’une touche de soul, alternant une énergie communicative et des ballades tout en douceur… Les paroles écrites et chantées par Isabelle Monférier ont été inspirées par les thèmes musicaux inventés par Stéphane, chacun exprimant une émotion différente. Elles sont parfois traversées par des questionnements liés à la période actuelle, entre légèreté et gravité.  Mais ce disque est nourri de la joie de créer et de partager une musique et des mots qui sont avant tout un hommage à la vie, dans un tourbillon de couleurs, qu’elles soient lumineuses ou plus sombres… Polychrome!

Stéphane Sassi est un pianiste et compositeur au parcours marqué par le jazz et les musiques actuelles. Il s’est aussi intéressé à l’instrumentation préparée avec l’invention du “Piano Paille”, à l’illustration sonore et à la musique à l’image ou musique de film. Il a également produit une vingtaine d’albums.
Isabelle   Monférier est plasticienne et passionnée de musique. Elle s’est nourrie des musiques afro-américaines: blues, jazz, soul et gospel qui influencent son chant. Elle pratique également l’improvisation au sein d’un “Circle songs” depuis quelques années.

Jean-Paul Daroux project- Album « Change ør nø Change »

      Le pianiste Jean-Paul Daroux signe son 4ème album « Change ør nø Change », la suite très attendue du précédent CD « la légende des 7 sages ». Le thème des sujets abordés ne pouvait qu’aiguiser notre inspiration , la nature, la faune et la préservation de ce qui reste à sauver. Malgré les confinements et ses conséquences notre motivation s’en est sortie grandie . C’est une véritable note d’espoir qui sonne comme un chant venu du coeur.

      La musique aux multiples facettes nous plonge dans un univers poétique et narratif.

Une réussite du mélange des genres aux confins de la pop du jazz et du classique. Les mélodies sont belles et envoûtantes, les sonorités tantôt suaves tantôt sauvages nous transportent vers un ailleurs. La contrebasse jouée à l’archet donne une dimension orchestrale et polyphonique, le piano caresse, percute et vibre sur toute sa tessiture, la batterie fougueuse virevolte, gronde et nous invite à la danse.

 « Change ør nø Change »  Un album plus vrai que nature,  un chant venu du coeur pour notre futur !…….

Quoi de plus Pop, Quoi de plus Jazz… Exercice de mots en équilibriste et pourtant définir un Jean Paul Daroux entre un romantique des temps moderne et un pianiste agrippe a son clavier. Des solos, des mélodies… tous les ingrédients d’un bon jazz calibres sont las. Mais voila que Jean Paul Daroux a d’autres idées en tête comme des coda mémorables, comme des thèmes originaux, comme des titres enchanteurs…

L’imagination ne repose pas automatiquement sur de sempiternelles gammes. Juste un regard nouveau, juste un mot pour fantasmer sur les ours polaires et les aurores boréales, et le tout peut changer un platonique album en un phénome de superbes et de beautés. Les beautés simples d’une nature que l’on apprend a écouter. Les beautés simples d’accords qui unissent les corps et défont les méandres des esprits malfaisants. Jean Paul Daroux dans son Change or No Change a réunis tous ces allers et retours complexes de la vie pour en faire une œuvre simple et limpide comme un ruisseau de notes.

Hellen Page

Les titres : « Change ør nø Change », « Les ours polaires ne regardent plus les aurores boréales », « Le sacre du Pangolin », « Un matin de canicule sur Oxford street », « Le corridor sans fin »,  « Le ballet des méduses », « Un indicible bonheur », « Escapade sous la lune rousse »…

Enregistré au studio 26 Antibes en novembre 2019 et juillet 2020

Ingénieur du son Fréderic Bétin

Mixage Medusa Prod Alex Serieis

Mastering Vox Pro François Fanelli

Design graphisme Nicolas Redeyoff

Accord et préparation piano Karl Jess

Label & Publishing Plaza Mayor Company Ltd

Distribution Sergent Major Company Ltd

& The Orchard – Sony Music

ENZO FERRARI – Album “CAMBIO STRADA”

“CAMBIO STRADA”

Italian Pop Songs

Label Plaza Mayor Company Ltd

…”E FINALMENTE HA DATO ANIMA E CORPO ALLA SUA PASSIONE”…

STA INFATTI PER USCIRE IL PRIMO ALBUM DI ENZO FERRARI; UN PROGETTO VERSATILE, FRESCO E LEGGERO, DAI COLORI SFUMATI E PAROLE CHE TOCCANO L’ANIMA.

8 BRANI, ORECCHIABILI E INTENSI, CHE RIQUALIFICANO LA PAROLA “POP”, RICONSEGNANDOLA AL SUO SIGNIFICATO PIU’ AUTENTICO.TESTI E MUSICA, QUINDI, CHE SI FONDONO IN IMMAGINI FORTEMENTE EVOCATIVE, DAL SAPORE SEMPLICE, ORIGINALE, MA MAI BANALE.

…”ET ENFIN DONNÉ ÂME ET CORPS À SA PASSION »…

EN FAIT, LE PREMIER ALBUM D’ENZO FERRARI EST SUR LE POINT DE SORTIR; UN PROJET POLYVALENT, FRAIS ET LÉGER, AVEC DES COULEURS NUANCÉES ET DES MOTS QUI TOUCHENT L’ÂME.

8 CHANSONS, ACCROCHEUR ET INTENSE, QUI REQUALIFIENT LE MOT « POP », LE RENVOYANT À SON SENS LE PLUS AUTHENTIQUE. TEXTES ET MUSIQUE, DONC, QUI SE FONDENT DANS DES IMAGES FORTEMENT ÉVOCATRICES, AVEC UNE SAVEUR SIMPLE, ORIGINALE, MAIS JAMAIS BANALE.

La passion italienne qui va d’un Week end à Rome a une romance sous la fontaine de Trevi…. Il n’y a que des amoureux sous ces ciels innocemment bleu turquoise, qu’un vent froid venu de l’est pourrait bousculer. Il est des temps ou l’insouciance est recommandée, voire nécessairement heureuse. Un Cambio Strada, un changement de route pour aimer encore, espérer encore, voir plus loin encore et toujours. Enzo Ferrari, avec un nom carrosse comme une rutilante rouge et puissante, a le pouvoir des mots et des mélodies, italiennes de préférence. Comme une route en corniche entre Sanremo et les paradis de la Dolce Vita…. Oh que c’est bon en ces temps de Covid, de retrouver la manivelle des chansons qui s’enchainement. Des chansons comme s’il en pleuvait, des ritournelles a peine folle et tellement insouciantes. On veut y croire. Merci de ce virage a 180, de ce coup de volant pour un temps de folie.

Hellen Page

  • Amami ancora-  Lyrics (Mario Mesolella) Music (Enzo Ferrari)
  • – Un giro ancora e poi – Lyrics( Mario Mesolella) Music (Enzo Ferrari)
  • – Stralcio in sil maggiore – Lyrics (Luca Bussoletti) Music (Enzo Ferrari)
  • – Poi si vedrà – Lyrics (Luca Bussoletti) Music (Enzo Ferrari)
  • – Lo scherzo di un addio – Lyrics (Mario Mesolella) Music (Enzo Ferrai)
  • – Cambio strada – Lyrics (Mario Mesolella) Music (Enzo Ferrari)
  • – Una bestia nel cuore – Lyrics (Mario Mesolella) Music (Enzo Ferrari)
  • – I colori dell’anima – Lyrics (Mario Mesolella) Music (Enzo Ferrari)

ROLLON – Sur les traces du premier Normand (Bande Originale du Film)

Réalisateur Alban Vian

Musique composée par Maximilien Mathevon

Label Plaza Mayor Company Ltd

Au Xème siècle, le viking Rollon est banni de Norvège. Il voyage jusqu’en France où il deviendra le fondateur de la Normandie.

Pour Rollon, la musique devait d’abord représenter le côté viking et guerrier de Rollon, mais également le côté chrétien de l’évêque Francon qui arrangea le destin de Rollon. Les deux éléments cohabitent avec une couleur musicale basée sur des sons orchestraux mais aussi sur le cymbalum, la harpe, la flute et les chœurs.

Dans la série des péplums historique, un regard de Viking, manquait à cet appel du large. Un air vengeur parfume à l’aventure du grand large, l’aventure embarquée sur des Drakkars. Le premier Normand accosta et s’ensuivit une folie meurtrière mais aussi spirituelle. Rollon, le premier Normand est un brillant docu-fiction réalise par Alban Vian. La musique très présente de Maximilien Mathevon, mêlant le choc des enclumes galvanisant l’acier des armes naissantes. Des voix, des mouvements de piano et de violons pour retentir dans le grand mystère de la naissance d’une nouvelle ère. A mi-chemin entre l’eau et le ciel on se prend pour cette épopée féerique, un chevauchement de l’imaginaire dans le tintement des cymbales et le choc des armes. Dans le refrain des guerres et le chant des pionniers. Rollon a donne de la foi et de l’âme. Maximilien Matevon a donne de la voix et du relief aux regards bleus et éperdus de conquêtes.

Hellen Page

SHADOW OF THE WOLF (Original Motion Picture Soundtrack)

SHADOW OF THE WOLF (Original Motion Picture Soundtrack)

Director Alberto Gelpi

Cast; Christopher Lambert, Ettore Belmondo…

Original Music by Sandro Di Stefano

Dnipro Philharmonic Orchestra – Conductor Sandro Di Stefano

Label Plaza Mayor Company Ltd

A series of mutilated corpses is upsetting a town in central Italy. Police believe that this is a wolf, but it might not be a wolf as others…

L’émotion se mesure aux coups d’archets, sur les cordes d’orchestre symphonique ou philharmonique. Sandro Di Stefano écrit des scores de qualité et dirige des orchestres philharmoniques d’un coup de baguette qui devient magique sous sa main.

Ecrire une partition de loup garous, d’humains se transformant en loups et peut être inversement de loups dans le corps d’humains, cela peut paraitre presque facile, mais l’exercice est délicat pour ne pas tomber dans les cliches. Avoir l’imagination d’une mélodie c’est dans la digne tradition des compositeurs latins et encore plus lorsqu’ils sont italiens. Il y a de la fulgurance, de la passion, de l’envie et une extrême mélodie. C’est ainsi que se construise les grandes romances, les grandes partitions. La musique de film aujourd’hui est l’expression de grand ballet classique contemporains ou les références a l’image viennent en second plan d’un création unique et bien réelle. Voir Christophe Lambert dans les décors bleu nuit et d’un plateau fumant dans les ombres était déjà un plaisir annonce. Le voir paraitre sous la mélodie féroce d’un Sandro Di Stefano est un plaisir bien réel.

Hellen Page

SHADOW OF THE WOLF

Statement about the OST

Music in Movie, for me, has always had an actor role.

I never think of music as such but of an actress I imagine and direct in the Movie.

In fact, I feel more a Film Director than a Musician because from music I look for what words don’t say. In “Shadow of the wolf”, I tried to put a face to this invisible actress and have her act alongside the other actors and actresses. In short, I put her in the cast, giving her an antagonist role. She participates in the dialogues, anticipates and delays emotions, sometimes she is a shoulder, sometimes she is the one who plays the main role. Stylistically, this music honors a certain writing of authors who invented the genre, such as Bernard Herrmann for example (also because Herrmann, like me, was heavily influenced by guys like Serghjej Prokofiev i Igor Stravinskij). Clusters, black and white, frequencies, help to recreate a certain sound, in a certain sense “old style”. I always direct my music myself because I know exactly what to ask for, as a Film Director does with his actress.

SANDRO DI STEFANO Composer

SHADOW OF THE WOLF

Statement about the OST (Film Director)

I have always considered music as my main ally to move the audience through the narrative arc of our story.

It is a role as important as the one of a key actor, albeit invisible.

Music is not just a comment, but rather a subliminal voice that whispers to the ears of the spectator. 

I have constantly worked with the composer, explaining the emotional struggle and the inner workings of the characters in the scenes, and it has been an extremely stimulating experience.

Great effort has been put also in researching uncommon blends of instruments, looking for something that could describe the characters and their emotional journey throughout the evolution of the story.

Each character has a theme and a sound that intertwines with the others creating a “dialogue”, a sonic footprint that profoundly defines the atmosphere of the film.

ALBERTO GELPI, director

THE SONG OF SCORPIONS (Original Motion Picture Soundtrack)

THE SONG OF SCORPIONS (Original Motion Picture Soundtrack)

Director Anup Singh

Music composed by Beatrice Thiriet

Label Plaza Mayor Company Ltd

A story of twisted love, revenge and the redemptive power of a song.

Nooran, carefree and defiantly independent, is a tribal woman leaning the ancient art of healing from her grandmother, a revered scorpion-singer. When Aadam, a camel trader in the Rajasthan desert, hears her sing, he falls desperately in love. But even before they can get to know each other better, Nooran is poisoned by a brutal treachery that sets her on a perilous journey to avenge herself and find her song.

La mélodie d’un Orient extrême. Des sonorités aux Indes mystiques c’est un déferlement, un regard de l’autre monde. Toutes les histoires, toutes les légendes s’ouvrent sur le livre de nos vies. Béatrice Thiriet a l’habitude des envolées symphoniques, elle a mis un bémol à ses partitions pour se changer a l’emoi d’instruments orientaux. Le talent et le dépaysement d’un scénario, soutenu par les voix aux portes du désert. Un regard différent sur des paysages colorés avec des acteurs parfumés d’histoires et de passions.
C’est un roman d’aventure, une symphonie de prophéties. Nous aimons faire partie de ce voyage.
Hellen Page

Statement from Beatrice Thiriet

The song of scorpions is my second collaboration with the director Anup SINGH. 

 He proposed me this magnificent story in which the music is the main actress. 

  In this scenario the music is redemptive and source of life. It is the antidote to the deadly wound inflicted by the scorpion. 

Both life and death are domesticated in the film by the power of women shamans and musicians from which Noora (played by the sublime Golshiftheh Farahani) is born. 

This film is set in the desert and its perpetual movement. An apparent order on which the wind blows, sowing an invisible but permanent disorder. This daily disaster is embodied by a violent and intrepid camel driver played by the immense actor Irrfan Khan. 

It is the meeting of these two characters who will struggle in the expression of their love that inspired me musically. 

I mixed the sublime desert shots, the sounds of the Oud, the jaw harp or the double flute of Rajasthan with the lyrical accents of romantic, romantic or obsessive themes that I composed and orchestrated for a large symphonic formation. Wooden strings, brass and percussion, it is the whole orchestra that imposes itself in the folds of this love story that opposes animal cruelty and nobility of feeling. 

The originality of this score is that it oscillates between the original nudity and the stripping of the chamber music ensembles, particularly in the Oud jaw harp duo or the cello percussion duo, and the impressionism and refinement of contemporary orchestrations. 

Song of Scorpions wins the Torino Special Award at the Seeyousound Music in Turino

MEMORY FAST LANE by Maximilien MATHEVON

MAXIMILIEN MATHEVON – Album “Memory Fast Lane”

Label Plaza Mayor Company Ltd

Le visuel d’une force symbolique, puisque nos forces s’épuisent et s’amenuisent dans une période tendue. Un bleu espoir pour tout dire d’une Memory Fast Lane, de ces élans qui nous ouvraient les jambes pour courir plus vite vers un meilleur.

New Pilgrims est une image souriante a notre époque remodelée et a laquelle nous devons repenser. Maximilien Mathevon nous habitue aux métaphores puissantes et irréelles. Cependant le cours des jours nous amène à des changements profonds. Temps de réflexion et de ressources intérieurs pour trouver de nouveaux sens, de nouvelles voies. Un vent d’optimisme souffle dans cet album. Après les parcours d’astéroïdes, Maximilien Mathevon nous offre une autre voie lactée de parfums.

Helle Page

MEMORY FAST LANE

Earlier this year, I worked on the soundtrack for Mustafa Ozgun’s film “Happy Night”. The movie included several dance sequences. I created electronic dance music for this sequences and everything worked fine. This inspired me to create more electronic dance music.

The result is this album, focusing on electronic dance music, the idea of dance, of energy, rythm and also the concept of memory.

MEMORY FAST LANE Tracks

  • 01 – Windrunner
  • 02 – New Pilgrims
  • 03 – In the Dark
  • 04 – Introspective Retrospective
  • 05 – Chill and Freeze
  • 06 – Concussion Time
  • 07 – Listen to the Sirens
  • 08 – Breath and Relax
  • 09 – Memory Fast Lane
  • 10 – Lost Memories
  • 11 0 Autumn Lullaby

AKELARRE (COVEN) Original Motion Picture Soundtrack

AKELARRE (COVEN) Original Motion Picture Soundtrack

Director Pablo Aguero

Music Composed by

Aránzazu CALLEJA and Maite ARROITAJAUREGI (MURSEGO)

Performed by ALOS QUARTET & Various Artists

Label Plaza Mayor Company Ltd

GOYA 2021 Nominee

Basque Country, 1609. The men of the region are at sea and Amaia takes part for the first time in the nightly dances in the woods with the other villager girls. She is only 20. At dawn, they are all arrested.

Les temps d’inquisitions, de la grande peur semée par des prédicateurs qui n’en avaient que la forme ont marque les esprits et les mentalités. Ses soleils lugubres, ses ciels d’un autre temps ont tourmente des populations, des convictions jusqu’à devenir l’aube d’une éternité rejetée.

Akelarre est un de ces mystères dévoilées, un film puissant pour une histoire sans partage.

Musique ancienne et instruments de la région du pays basque ont aides a la déconstruction de ce mythe et a la construction d’une fresque romanesque. Le duo

Aranzazu Calleja et Maite Arroitajauregi a partage cette émotion, ses sonorités d’autrefois.

La bande son est un petit chef d’œuvre inventif, mélodique et spontanée comme des étincelles d’instruments baroques.

Porte par les interprétations sonores de Alos Quartet et par les voix puissantes de divers artistes. Ce sont des chants, ce sont des mélodies qui tournent dans la tête et dans la puissance des images.

Hellen Page

1609, Basque Country (north to Spain). In a land full of pagan legends and ancient traditions, Judge Rostegui belonging the Spanish Inquisition is chosen by king Felipe III to be sent with a notary and a group of soldiers to purify all the region, traveling town by town to burn any woman with signs to be a witch. Obsessed to disclose the secrets of the infamous Sabbat (a theoretical feast where the witches make a ritual not only to summon The Devil, but to promise loyalty and mate with him) and denied to believe that it doesn’t exists in his absolute conviction that it’s for real, Rostegui arrives to an unnamed coastal village with no men (after they are sailors navigating by the sea) where five girls in their 20 years old are arrested: Ana, Olaia, María, Maider and the still teen Katalin. Not knowing the reason for the arrest, the girls are submitted to a hard interrogatory including torture to get the confession about they are witches and how it’s the ritual of Sabbat.

Notes on the music for Akelarre

My first objective was to retrieve the harsh, rebellious spirit of popular pagan music. And then to make it timeless: both ancestral and contemporary. To achieve this we started with a traditional melody, then we did arrangements for instruments from that period, but looking for the insolence, fury and fraternity that characterize the youth of all periods. During months of rehearsals, we gradually adapted the arrangements to the personalities and voice textures of the six actresses chosen after a casting of almost a thousand candidates. The final step was to create an evolution of that same song in different versions, ranging from the bucolic to the satanic, to reflect the demonization of the original culture.

Pablo Agüero, director

*************

From a similar way of making and thinking music, Akelarre has given us the opportunity to create a common musical place. A place in which two worlds are contrasted: that of the girls (sweet, poetic, set in interiors and with a deeper tessitura) and that of the judicial inquisitors (with high-pitched sounds and more bitter, oppressive atmospheres).

Alos Quartet give voice to our work with energy and elegance.

Music in film is always a powerful tool, which we in Akelarre have tried to use with inventiveness and prudence.

Aranzazu Calleja and Maite Arroitajauregi (Mursego), composers

THE LIFE AHEAD (La vita davanti a se) avec Sophia Loren, musique de Gabriel Yared

THE LIFE AHEAD (La vita davanti a se)
(Original Motion Picture Soundtrack)
A Film by Edoardo Ponti
With Sophia Loren & Ibrahima Gueye
Original Soundtrack Composed by Gabriel Yared
Label Plaza Mayor Company Ltd

Plaza Mayor Company Ltd présente la bande originale du drame The Life Ahead (La vita davanti a sé). L’album est composé par Gabriel Yared.

The Life Ahead est réalisé par Edoardo Ponti avec Sophia Loren, Ibrahima Gueye, Renato Carpentieri, Diego Iosif Pirvu, Massimiliano Rossi, Abril Zamora et Babak Karimi.

Dans les Pouilles, contre toute attente, une survivante de l’Holocauste qui s’occupe d’enfants se lie d’amitié avec un gamin des rues désabusé ayant tenté de la dévaliser…

THE LIFE AHEAD ou le titre original italien LA VITA DAVANTI A SE, est un film émouvant, qui ramène Sophia Loren à l’écran, le film qui est marqué par la musique originale de Gabriel Yared, est magnifique à regarder, la photographie créant une aura chaleureuse et éclatante pour une grande partie de la durée des films. Loren est comme toujours magnifique à regarder et dans ce rôle difficile où elle dépeint le personnage, Madame Rosa. Réalisé par Edoardo Ponti, oui c’est vrai Ponti, le fils de Sophia et de Carlo Ponti. La partition musicale est un accompagnement parfaitement gracieux et poignant à ce conte très émotionnel, ce n’est pas seulement sur la poignante et les propriétés thématiques subtiles cependant, il y a une poignée de beat up beat plus contemporain pistes infusées de hip hop dispersés partout, mais ce sont les poèmes musicaux romantiques et touchants qui impressionnent et attirent. Yared, est un compositeur si sous-estimé, mais à cette occasion, je pense qu’il va peut-être obtenir l’avis et le crédit qu’il mérite si richement, sa partition est de soutien, mais n’envahit jamais la ligne de l’histoire ou éclipse l’action à l’écran, recommandé. Les bandes sonores de jeux semblent dominer le marché des sorties de la fin de cette année, ce qui n’est pas une mauvaise chose parce que cela signifie que les partitions orchestrales /instrumentales atteignent une génération plus jeune. La maitrise mélodique, harmonique et culturelle est l’approche de Gabriel Yared dans chacune de ses partitions. On a ici un score fin délicat, mais on a aussi une page d’histoire et d’harmonie avec les premières notes de musique klezmer, de musique juive…. Essentielles pour comprendre l’histoire qui se joue sous nos yeux.
Hellen Page

Texte de Gabriel Yared sur le film:

« J’ai commencé mon travail sur The Life Ahead peu de temps après qu’il a été tourné, mais il n’était pas encore entièrement édité ou terminé. Edoardo Ponti (réalisateur) est venu me voir à Paris en décembre 2019 pour discuter de ce qu’il cherchait en termes de musique. J’ai regardé le film et j’ai adoré tout de suite. Il a une douceur douce et la mélancolie, qui est très unique.

J’ai d’abord commencé à travailler sur mes thèmes, que j’ai partagés avec Edoardo, puis je les ai progressivement adaptés à des scènes spécifiques. Le thème le plus important était la « chanson hébraïque », qu’Edoardo appelle l’ADN du film. C’est une pièce que Madame Rosa écoute dans sa cave, lui rappelant ses parents et ses souvenirs d’enfance à Auschwitz.

Malheureusement, en raison des mesures de santé pandémique Covid-19, nous avons dû travailler à distance, moi à Paris et Edoardo à Los Angeles. Presque tous les jours, je lui envoyais mes conclusions et nous parlions de tout ensemble. Edoardo est très particulier avec ses choix, et tout comme moi, il a une persévérance presque obsessionnelle. Cela a donné lieu à une collaboration très productive, impliquée et raffinée. The Life Ahead est un film fantastique mettant en vedette Sophia Loren (la mère d’Edoardo), et je suis sûr que tout le monde le trouvera très émouvant, profondément redoutable et actuel.

Gabriel Yared

Paris, Octobre 2020

TRACKLIST

01 Madame Rosa – 04:00

02 People Call Me Momo – 00:56

03 Police Raid – 02:05

04 Momo Sketches – 01:04

05 Olive Tree Grove – 01:33

06 Picking Up Drugs – 01:23

07 Hospital Breakout – 01:40

08 Illness – 02:04

09 Helping Rosa – 01:41

10 Momo Cries – 02:25

11 Momo and Rosa – 05:48

12 Drug Dealing Montage (Bonus Track) – 01:18

Length: 26:11

Original Music Composed by Gabriel Yared

Amazon et la publication d’une tribune

Dans une tribune publiée lundi 16 novembre sur le site de franceinfo, 120 responsables d’ONG, d’associations, de syndicats, de partis politiques, ainsi que des écrivains, des libraires ou des élus, font le constat d’une “crise sans précédent qui a une nouvelle fois révélé les profondes inégalités de notre société”. Ils demandent l’instauration d'”une taxe exceptionnelle sur les ventes d’Amazon” et “les autres profiteurs de la crise” sanitaire, soulignant “l’urgence de stopper l’expansion du géant du e-commerce”.

La démarche de franceinfo n’a pas vraiment été comprise par certains des auditeurs ; ils ont écrit à la médiatrice des antennes de Radio France, Emmanuelle Daviet. L’occasion aujourd’hui dans ce rendez-vous de faire le point sur cette question de la publication de tribunes par la rédaction de franceinfo. Avec le directeur adjoint de la rédaction, Matthieu Mondoloni.

avatar
Emmanuelle Daviet
franceinfo
Radio France
Mis à jour le 21/11/2020 | 12:30
publié le 21/11/2020 | 12:30

Partager
Twitter
Envoyer
LA NEWSLETTER ACTU
Nous la préparons pour vous chaque matin
Votre email
France Télévisions utilise votre adresse email afin de vous adresser des newsletters. Pour exercer vos droits, contactez-nous. Pour en savoir plus, cliquez ici.
Un centre de distribution Amazon, le 25 avril 2020, à Las Vegas, dans le Nevada.Un centre de distribution Amazon, le 25 avril 2020, à Las Vegas, dans le Nevada. (DAVID BECKER / AFP)
Dans une tribune publiée lundi 16 novembre sur le site de franceinfo, 120 responsables d’ONG, d’associations, de syndicats, de partis politiques, ainsi que des écrivains, des libraires ou des élus, font le constat d’une “crise sans précédent qui a une nouvelle fois révélé les profondes inégalités de notre société”. Ils demandent l’instauration d'”une taxe exceptionnelle sur les ventes d’Amazon” et “les autres profiteurs de la crise” sanitaire, soulignant “l’urgence de stopper l’expansion du géant du e-commerce”.

La démarche de franceinfo n’a pas vraiment été comprise par certains des auditeurs ; ils ont écrit à la médiatrice des antennes de Radio France, Emmanuelle Daviet. L’occasion aujourd’hui dans ce rendez-vous de faire le point sur cette question de la publication de tribunes par la rédaction de franceinfo. Avec le directeur adjoint de la rédaction, Matthieu Mondoloni.

Emmanuelle Daviet : Quelle est la ligne éditoriale de franceinfo pour publier une tribune ?

Matthieu Mondoloni : Il s’agit de savoir si une tribune est pertinente éditorialement. C’est-à-dire que nous, ce qui nous intéresse, c’est : est-ce qu’elle participe à un débat qui est dans l’air du temps, et auquel nous-mêmes nous consacrons un certain nombre de sujets. Cette tribune est un éclairage, elle ne reflète évidemment jamais la position de franceinfo, puisque nous sommes dans une position de neutralité habituelle, fidèles à la ligne éditoriale de notre chaîne. Mais c’est vraiment la pertinence éditoriale de cette tribune qui va retenir notre attention.

C’est le cas effectivement de cette tribune co-signée par 120 personnes, 120 organismes, sur Amazon. On a choisi de la publier parce que je le répète, elle nous semblait dans l’air du temps, dans un débat qui est en train de monter. On voit encore que, dans les jours qui ont suivi la publication de cette tribune, cela a fait débat, ça a fait réagir Amazon, mais aussi les autres grands distributeurs, la grande distribution de façon générale, mais aussi les petits commerçants. C’est la ligne qui nous conduit à publier, ou non, une tribune. On n’en fait pas énormément d’ailleurs, si vous regardez sur le site de franceinfo.fr, il n’y en a pas tant que ça. Mais c’est vraiment ce qui définit pour nous, la nécessité ou pas, l’acceptation ou pas de publier cette tribune, c’est le point de vue éditorial qui nous semble pertinent.

Emmanuelle Daviet : Comment s’opère la sélection ? Qui décide ? Est-ce que ce sont des signataires qui viennent vous trouver ?

Matthieu Mondoloni : Oui effectivement. Généralement, ce sont des tribunes, et là pour le coup, on en reçoit beaucoup plus qu’on en publie. Mais ce sont des signataires qui nous envoient les tribunes par mail, qui s’adressent en général à la direction de la rédaction. Pour celle d’Amazon, c’est moi qui ai eu la première version qui m’a été envoyée. Donc, on lit attentivement ce que contient le texte de cette tribune, pour savoir si cela s’insère dans une logique éditoriale qui est la nôtre, si cela va faire débat, si ça peut faire réagir. Et on regarde évidemment qui signe cette tribune ; est-ce que ce sont des gens qui représentent aujourd’hui quelque chose. On ne va pas publier une tribune qui est signée par cinq personnes, dont personne n’a jamais entendu parler.

Mais là en l’occurrence, ce qui nous semblait intéressant, au-delà des signataires habituels de ce genre de tribune anti-amazon, c’est que c’était plus largement relayé par des libraires, par des petits commerçants, qui eux aussi, avaient apposé la signature en-dessous de cette tribune. On s’est dit que là, effectivement, il y avait une logique éditoriale à la publier, à la mettre en avant. Mais on a aussi publié des tribunes en faveur de l’apprentissage des jeunes, on a publié des tribunes du syndicat de la magistrature, dans le débat qui était celui qui l’opposait à Eric Dupond-Moretti, le garde des Sceaux. On a publié une tribune sur l’Union des Gauches, les partis de gauche qui appelaient à se fédérer pour la prochaine élection présidentielle.

Ce ne sont pas pour nous des choix partisans. Ce sont évidemment des tribunes partisanes, c’est une évidence, mais c’est pour cela qu’on appelle ça “tribune”. On n’ouvre pas l’antenne, on n’ouvre pas le site internet à n’importe qui, uniquement à des gens qui ont quelque chose à dire, pour, derrière, pouvoir faire réagir les adversaires, les opposants. On se sert de cette tribune pour susciter le débat.

Vous avez indiqué que vous recevez plus de tribunes que vous n’en publiez. Alors précisément, quel type de tribune refusez-vous de publier, hormis celles qui sont signées par des personnes inconnues ?

Des tribunes qui franchissent, ce que je vais appeler moi, “la ligne rouge éditoriale de franceinfo”. Il y a des propos que nous ne relayons pas, que ce soit dans les reportages que nous réalisons, dans les invités que nous avons en studio, des propos qui peuvent être discriminants, propos racistes évidemment, xénophobes etc. Nous ne les retenons pas, nous expliquons aux personnes qui nous les envoient pourquoi elles ne seront pas retenues. Mais je le répète encore une fois, on en publie très, très peu finalement sur le site de franceinfo. Je faisais tout à l’heure le catalogue, dans les derniers mois, on a dû en publier cinq ou six, et même sur l’année écoulée.