Enquête sur les Média Labs : à la recherche de ce que les médias et l’information peuvent devenir

L’écosystème mondial des médias traverse une période de restructuration. Alors que l’innovation dans les médias et le journalisme devient de plus en plus une question de survie, nous sommes confrontés à l’émergence et à la renaissance de laboratoires de médias à travers le monde. Ils vivent dans des universités (en tant que précurseur, le MIT Media Lab) ou dans des groupes de médias, mais peuvent également être indépendants en tant qu’initiatives indépendantes non liées à une institution académique ou médiatique spécifique, ou en tant que consortium entre différents types d’organisations.

En partenariat avec l’Alliance mondiale pour l’innovation dans les médias (GAMI) WAN-IFRA, ma thèse de doctorat [1] examine les rôles, les défis et les résultats des laboratoires d’innovation dans les médias, principalement par le biais d’une recherche quantitative reposant sur une enquête en 32 questions. Il s’agit d’une approche complémentaire du projet Media Innovation Mapping, l’effort qualitatif de la WAN-IFRA visant à mieux comprendre ces espaces d’innovation et d’expérimentation, et de fournir des exemples de meilleures pratiques en matière d’innovation dans les médias à travers le monde.

La création d’une base de données sur les laboratoires médiatiques était nécessaire pour comprendre la portée du projet : nous avons identifié plus de 100 laboratoires d’innovation médiatique dans le monde. Cependant, les types de laboratoires médiatiques semblent différer selon les régions. Alors que l’Amérique du Nord et l’Europe semblent avoir une majorité de laboratoires universitaires et / ou en entreprise, l’Amérique latine a montré un nombre croissant de laboratoires indépendants. Dans cette région, les laboratoires semblent exister principalement dans les universités et en tant que laboratoires indépendants, les laboratoires dans les entreprises n’étant pas si populaires.

Enquête sur les laboratoires d’innovation dans les médias

En août dernier, nous avons lancé la première série d’enquêtes auprès de responsables de laboratoires médiatiques, principalement basés en Amérique latine, en Amérique du Nord et en Europe. Dix laboratoires de quatre pays différents (Brésil, Portugal, Royaume-Uni et États-Unis) ont répondu à l’enquête et nous ont fourni des informations préliminaires sur le rôle des laboratoires de médias dans l’avenir du journalisme, contribuant ainsi à la compréhension de ce phénomène émergent et en mutation.

  • Les laboratoires de médias, un nouveau domaine professionnel pour les journalistes ?

Tous les laboratoires indiquent la présence de journalistes parmi les membres du personnel : il peut s’agir d’un (nouveau) domaine de travail émergent pour ces professionnels. C’est un sujet intéressant, car la gestion des produits et d’autres rôles en matière d’innovation n’ont pas toujours été considérés comme du travail journalistique (également abordés dans cette publication du Nieman Lab et dans Thoughts on Media ).

  • Partenariats, changement social et diversité des résultats

Le changement social semble être un sujet important en ce qui concerne les laboratoires médiatiques ainsi que les partenariats. Ils tendent vers une approche en réseau, collaborant avec différentes institutions (académiques, entreprises et indépendantes). Parmi les résultats, cette étude préliminaire a montré des centres d’intérêt très différents parmi les laboratoires ayant répondu à l’enquête. Même s’il n’est toujours pas possible d’identifier une tendance – sur la base du nombre limité de laboratoires étudiés jusqu’à présent -, on peut remarquer que les laboratoires médiatiques sont axés sur une diversité de projets, qui englobent des outils numériques, de nouveaux récits et des sujets journalistiques plus vastes (comme les fake news et les accès aux informations numériques et en ligne dans les régions éloignées).

  • Travail d’auteur dans les laboratoires médiatiques

La majorité des responsables de laboratoires participants étaient également les fondateurs, ce qui indique un possible travaille d’auteur. Cela démontre que l’émergence de ces structures peut aussi être un effort lié à des professionnels spécifiques qui ont une vision plus large de ce que sera ou deviendra le journalisme à l’avenir. Bien que cela puisse poser un risque pour la continuité des laboratoires, les résultats préliminaires montrent que les fondateurs ont tendance à rester longtemps dans leurs rôles, avec une moyenne de cinq ans selon les participants et ils sont toujours actifs dans ce rôle. Le défi consistant à promouvoir une culture d’innovation dans les médias au sein de l’entreprise, de l’université ou du secteur dans son ensemble pourrait également être un moyen de garantir l’avenir des laboratoires de médias eux-mêmes.

Les laboratoires médiatiques semblent être un moyen de relever un défi aussi vaste, fluide et risqué que l’innovation en période de crise et d’incertitude quant à l’avenir des médias. En ce qui concerne les laboratoires médiatiques au sein de l’entreprise, en encourageant l’innovation par le biais de ces initiatives, les institutions médiatiques semblent être en mesure de préserver ce qui les rend durables, tout en cherchant ce que pourrait être leur avenir en termes de produits ou de culture / processus organisationnel. Même si chaque type de laboratoire multimédia présente des particularités, un point semble les relier tous : encourager l’innovation dans la recherche de ce que peuvent devenir les médias et l’information.

Qu’est-ce qu’un ” Media Lab ” ?

Enfin, cette recherche nous a apporté un autre défi difficile : préciser ce qui constitue un laboratoire de médias axé sur le secteur de l’information. Avec la popularité de ce terme, il est devenu courant de trouver une foule d’institutions nommées sous ce terme générique. Pour en nommer quelques-unes, il y a des agences de médias numériques et de publicité, des institutions de contenu de marque, des salles de rédaction universitaires (axées sur la couverture quotidienne), des centres communautaires, des efforts d’éducation aux médias ainsi que des laboratoires expérimentaux et interdisciplinaires axés sur les innovations en matière de processus, de produits et autres.

De plus, ces institutions ne sont pas toujours concentrées sur le secteur des médias traditionnels : beaucoup ont une vision plus large de ce qui constitue un média (influencé par la vision du MIT Media Lab). Des recherches antérieures suggèrent que les laboratoires de médias ont tendance à être des institutions interdisciplinaires – comme le MIT Media Lab, qui se targue d’être « anti-disciplinaire » – axés sur la recherche, le développement et l’innovation avec un sens plus large des médias et éventuellement avec des approches méthodologiques très diverses.

Par conséquent, même si nous sommes toujours à la recherche d’une définition précise des « Media Labs » reflétant les similitudes entre ces nouvelles initiatives, une façon d’y réfléchir consiste à examiner leur rôle dans ce paysage médiatique en mutation. Considérons-nous les laboratoires médiatiques comme des espaces favorisant une nouvelle culture d’expérimentation en journalisme et un lieu d’apprentissage ? Ou en tant qu’institution proposant des produits reproductibles axés sur la concurrence sur ce marché ?

https://itunes.apple.com/hk/album/musica-sancta-the-collection/1294378858?l=en

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s