ROLLON – Sur les traces du premier Normand (Bande Originale du Film)

Réalisateur Alban Vian

Musique composée par Maximilien Mathevon

Label Plaza Mayor Company Ltd

Au Xème siècle, le viking Rollon est banni de Norvège. Il voyage jusqu’en France où il deviendra le fondateur de la Normandie.

Pour Rollon, la musique devait d’abord représenter le côté viking et guerrier de Rollon, mais également le côté chrétien de l’évêque Francon qui arrangea le destin de Rollon. Les deux éléments cohabitent avec une couleur musicale basée sur des sons orchestraux mais aussi sur le cymbalum, la harpe, la flute et les chœurs.

Dans la série des péplums historique, un regard de Viking, manquait à cet appel du large. Un air vengeur parfume à l’aventure du grand large, l’aventure embarquée sur des Drakkars. Le premier Normand accosta et s’ensuivit une folie meurtrière mais aussi spirituelle. Rollon, le premier Normand est un brillant docu-fiction réalise par Alban Vian. La musique très présente de Maximilien Mathevon, mêlant le choc des enclumes galvanisant l’acier des armes naissantes. Des voix, des mouvements de piano et de violons pour retentir dans le grand mystère de la naissance d’une nouvelle ère. A mi-chemin entre l’eau et le ciel on se prend pour cette épopée féerique, un chevauchement de l’imaginaire dans le tintement des cymbales et le choc des armes. Dans le refrain des guerres et le chant des pionniers. Rollon a donne de la foi et de l’âme. Maximilien Matevon a donne de la voix et du relief aux regards bleus et éperdus de conquêtes.

Hellen Page

SHADOW OF THE WOLF (Original Motion Picture Soundtrack)

SHADOW OF THE WOLF (Original Motion Picture Soundtrack)

Director Alberto Gelpi

Cast; Christopher Lambert, Ettore Belmondo…

Original Music by Sandro Di Stefano

Dnipro Philharmonic Orchestra – Conductor Sandro Di Stefano

Label Plaza Mayor Company Ltd

A series of mutilated corpses is upsetting a town in central Italy. Police believe that this is a wolf, but it might not be a wolf as others…

L’émotion se mesure aux coups d’archets, sur les cordes d’orchestre symphonique ou philharmonique. Sandro Di Stefano écrit des scores de qualité et dirige des orchestres philharmoniques d’un coup de baguette qui devient magique sous sa main.

Ecrire une partition de loup garous, d’humains se transformant en loups et peut être inversement de loups dans le corps d’humains, cela peut paraitre presque facile, mais l’exercice est délicat pour ne pas tomber dans les cliches. Avoir l’imagination d’une mélodie c’est dans la digne tradition des compositeurs latins et encore plus lorsqu’ils sont italiens. Il y a de la fulgurance, de la passion, de l’envie et une extrême mélodie. C’est ainsi que se construise les grandes romances, les grandes partitions. La musique de film aujourd’hui est l’expression de grand ballet classique contemporains ou les références a l’image viennent en second plan d’un création unique et bien réelle. Voir Christophe Lambert dans les décors bleu nuit et d’un plateau fumant dans les ombres était déjà un plaisir annonce. Le voir paraitre sous la mélodie féroce d’un Sandro Di Stefano est un plaisir bien réel.

Hellen Page

SHADOW OF THE WOLF

Statement about the OST

Music in Movie, for me, has always had an actor role.

I never think of music as such but of an actress I imagine and direct in the Movie.

In fact, I feel more a Film Director than a Musician because from music I look for what words don’t say. In “Shadow of the wolf”, I tried to put a face to this invisible actress and have her act alongside the other actors and actresses. In short, I put her in the cast, giving her an antagonist role. She participates in the dialogues, anticipates and delays emotions, sometimes she is a shoulder, sometimes she is the one who plays the main role. Stylistically, this music honors a certain writing of authors who invented the genre, such as Bernard Herrmann for example (also because Herrmann, like me, was heavily influenced by guys like Serghjej Prokofiev i Igor Stravinskij). Clusters, black and white, frequencies, help to recreate a certain sound, in a certain sense “old style”. I always direct my music myself because I know exactly what to ask for, as a Film Director does with his actress.

SANDRO DI STEFANO Composer

SHADOW OF THE WOLF

Statement about the OST (Film Director)

I have always considered music as my main ally to move the audience through the narrative arc of our story.

It is a role as important as the one of a key actor, albeit invisible.

Music is not just a comment, but rather a subliminal voice that whispers to the ears of the spectator. 

I have constantly worked with the composer, explaining the emotional struggle and the inner workings of the characters in the scenes, and it has been an extremely stimulating experience.

Great effort has been put also in researching uncommon blends of instruments, looking for something that could describe the characters and their emotional journey throughout the evolution of the story.

Each character has a theme and a sound that intertwines with the others creating a “dialogue”, a sonic footprint that profoundly defines the atmosphere of the film.

ALBERTO GELPI, director

THE SONG OF SCORPIONS (Original Motion Picture Soundtrack)

THE SONG OF SCORPIONS (Original Motion Picture Soundtrack)

Director Anup Singh

Music composed by Beatrice Thiriet

Label Plaza Mayor Company Ltd

A story of twisted love, revenge and the redemptive power of a song.

Nooran, carefree and defiantly independent, is a tribal woman leaning the ancient art of healing from her grandmother, a revered scorpion-singer. When Aadam, a camel trader in the Rajasthan desert, hears her sing, he falls desperately in love. But even before they can get to know each other better, Nooran is poisoned by a brutal treachery that sets her on a perilous journey to avenge herself and find her song.

La mélodie d’un Orient extrême. Des sonorités aux Indes mystiques c’est un déferlement, un regard de l’autre monde. Toutes les histoires, toutes les légendes s’ouvrent sur le livre de nos vies. Béatrice Thiriet a l’habitude des envolées symphoniques, elle a mis un bémol à ses partitions pour se changer a l’emoi d’instruments orientaux. Le talent et le dépaysement d’un scénario, soutenu par les voix aux portes du désert. Un regard différent sur des paysages colorés avec des acteurs parfumés d’histoires et de passions.
C’est un roman d’aventure, une symphonie de prophéties. Nous aimons faire partie de ce voyage.
Hellen Page

Statement from Beatrice Thiriet

The song of scorpions is my second collaboration with the director Anup SINGH. 

 He proposed me this magnificent story in which the music is the main actress. 

  In this scenario the music is redemptive and source of life. It is the antidote to the deadly wound inflicted by the scorpion. 

Both life and death are domesticated in the film by the power of women shamans and musicians from which Noora (played by the sublime Golshiftheh Farahani) is born. 

This film is set in the desert and its perpetual movement. An apparent order on which the wind blows, sowing an invisible but permanent disorder. This daily disaster is embodied by a violent and intrepid camel driver played by the immense actor Irrfan Khan. 

It is the meeting of these two characters who will struggle in the expression of their love that inspired me musically. 

I mixed the sublime desert shots, the sounds of the Oud, the jaw harp or the double flute of Rajasthan with the lyrical accents of romantic, romantic or obsessive themes that I composed and orchestrated for a large symphonic formation. Wooden strings, brass and percussion, it is the whole orchestra that imposes itself in the folds of this love story that opposes animal cruelty and nobility of feeling. 

The originality of this score is that it oscillates between the original nudity and the stripping of the chamber music ensembles, particularly in the Oud jaw harp duo or the cello percussion duo, and the impressionism and refinement of contemporary orchestrations. 

Song of Scorpions wins the Torino Special Award at the Seeyousound Music in Turino

AKELARRE (COVEN) Original Motion Picture Soundtrack

AKELARRE (COVEN) Original Motion Picture Soundtrack

Director Pablo Aguero

Music Composed by

Aránzazu CALLEJA and Maite ARROITAJAUREGI (MURSEGO)

Performed by ALOS QUARTET & Various Artists

Label Plaza Mayor Company Ltd

GOYA 2021 Nominee

Basque Country, 1609. The men of the region are at sea and Amaia takes part for the first time in the nightly dances in the woods with the other villager girls. She is only 20. At dawn, they are all arrested.

Les temps d’inquisitions, de la grande peur semée par des prédicateurs qui n’en avaient que la forme ont marque les esprits et les mentalités. Ses soleils lugubres, ses ciels d’un autre temps ont tourmente des populations, des convictions jusqu’à devenir l’aube d’une éternité rejetée.

Akelarre est un de ces mystères dévoilées, un film puissant pour une histoire sans partage.

Musique ancienne et instruments de la région du pays basque ont aides a la déconstruction de ce mythe et a la construction d’une fresque romanesque. Le duo

Aranzazu Calleja et Maite Arroitajauregi a partage cette émotion, ses sonorités d’autrefois.

La bande son est un petit chef d’œuvre inventif, mélodique et spontanée comme des étincelles d’instruments baroques.

Porte par les interprétations sonores de Alos Quartet et par les voix puissantes de divers artistes. Ce sont des chants, ce sont des mélodies qui tournent dans la tête et dans la puissance des images.

Hellen Page

1609, Basque Country (north to Spain). In a land full of pagan legends and ancient traditions, Judge Rostegui belonging the Spanish Inquisition is chosen by king Felipe III to be sent with a notary and a group of soldiers to purify all the region, traveling town by town to burn any woman with signs to be a witch. Obsessed to disclose the secrets of the infamous Sabbat (a theoretical feast where the witches make a ritual not only to summon The Devil, but to promise loyalty and mate with him) and denied to believe that it doesn’t exists in his absolute conviction that it’s for real, Rostegui arrives to an unnamed coastal village with no men (after they are sailors navigating by the sea) where five girls in their 20 years old are arrested: Ana, Olaia, María, Maider and the still teen Katalin. Not knowing the reason for the arrest, the girls are submitted to a hard interrogatory including torture to get the confession about they are witches and how it’s the ritual of Sabbat.

Notes on the music for Akelarre

My first objective was to retrieve the harsh, rebellious spirit of popular pagan music. And then to make it timeless: both ancestral and contemporary. To achieve this we started with a traditional melody, then we did arrangements for instruments from that period, but looking for the insolence, fury and fraternity that characterize the youth of all periods. During months of rehearsals, we gradually adapted the arrangements to the personalities and voice textures of the six actresses chosen after a casting of almost a thousand candidates. The final step was to create an evolution of that same song in different versions, ranging from the bucolic to the satanic, to reflect the demonization of the original culture.

Pablo Agüero, director

*************

From a similar way of making and thinking music, Akelarre has given us the opportunity to create a common musical place. A place in which two worlds are contrasted: that of the girls (sweet, poetic, set in interiors and with a deeper tessitura) and that of the judicial inquisitors (with high-pitched sounds and more bitter, oppressive atmospheres).

Alos Quartet give voice to our work with energy and elegance.

Music in film is always a powerful tool, which we in Akelarre have tried to use with inventiveness and prudence.

Aranzazu Calleja and Maite Arroitajauregi (Mursego), composers

THE LIFE AHEAD (La vita davanti a se) avec Sophia Loren, musique de Gabriel Yared

THE LIFE AHEAD (La vita davanti a se)
(Original Motion Picture Soundtrack)
A Film by Edoardo Ponti
With Sophia Loren & Ibrahima Gueye
Original Soundtrack Composed by Gabriel Yared
Label Plaza Mayor Company Ltd

Plaza Mayor Company Ltd présente la bande originale du drame The Life Ahead (La vita davanti a sé). L’album est composé par Gabriel Yared.

The Life Ahead est réalisé par Edoardo Ponti avec Sophia Loren, Ibrahima Gueye, Renato Carpentieri, Diego Iosif Pirvu, Massimiliano Rossi, Abril Zamora et Babak Karimi.

Dans les Pouilles, contre toute attente, une survivante de l’Holocauste qui s’occupe d’enfants se lie d’amitié avec un gamin des rues désabusé ayant tenté de la dévaliser…

THE LIFE AHEAD ou le titre original italien LA VITA DAVANTI A SE, est un film émouvant, qui ramène Sophia Loren à l’écran, le film qui est marqué par la musique originale de Gabriel Yared, est magnifique à regarder, la photographie créant une aura chaleureuse et éclatante pour une grande partie de la durée des films. Loren est comme toujours magnifique à regarder et dans ce rôle difficile où elle dépeint le personnage, Madame Rosa. Réalisé par Edoardo Ponti, oui c’est vrai Ponti, le fils de Sophia et de Carlo Ponti. La partition musicale est un accompagnement parfaitement gracieux et poignant à ce conte très émotionnel, ce n’est pas seulement sur la poignante et les propriétés thématiques subtiles cependant, il y a une poignée de beat up beat plus contemporain pistes infusées de hip hop dispersés partout, mais ce sont les poèmes musicaux romantiques et touchants qui impressionnent et attirent. Yared, est un compositeur si sous-estimé, mais à cette occasion, je pense qu’il va peut-être obtenir l’avis et le crédit qu’il mérite si richement, sa partition est de soutien, mais n’envahit jamais la ligne de l’histoire ou éclipse l’action à l’écran, recommandé. Les bandes sonores de jeux semblent dominer le marché des sorties de la fin de cette année, ce qui n’est pas une mauvaise chose parce que cela signifie que les partitions orchestrales /instrumentales atteignent une génération plus jeune. La maitrise mélodique, harmonique et culturelle est l’approche de Gabriel Yared dans chacune de ses partitions. On a ici un score fin délicat, mais on a aussi une page d’histoire et d’harmonie avec les premières notes de musique klezmer, de musique juive…. Essentielles pour comprendre l’histoire qui se joue sous nos yeux.
Hellen Page

Texte de Gabriel Yared sur le film:

« J’ai commencé mon travail sur The Life Ahead peu de temps après qu’il a été tourné, mais il n’était pas encore entièrement édité ou terminé. Edoardo Ponti (réalisateur) est venu me voir à Paris en décembre 2019 pour discuter de ce qu’il cherchait en termes de musique. J’ai regardé le film et j’ai adoré tout de suite. Il a une douceur douce et la mélancolie, qui est très unique.

J’ai d’abord commencé à travailler sur mes thèmes, que j’ai partagés avec Edoardo, puis je les ai progressivement adaptés à des scènes spécifiques. Le thème le plus important était la « chanson hébraïque », qu’Edoardo appelle l’ADN du film. C’est une pièce que Madame Rosa écoute dans sa cave, lui rappelant ses parents et ses souvenirs d’enfance à Auschwitz.

Malheureusement, en raison des mesures de santé pandémique Covid-19, nous avons dû travailler à distance, moi à Paris et Edoardo à Los Angeles. Presque tous les jours, je lui envoyais mes conclusions et nous parlions de tout ensemble. Edoardo est très particulier avec ses choix, et tout comme moi, il a une persévérance presque obsessionnelle. Cela a donné lieu à une collaboration très productive, impliquée et raffinée. The Life Ahead est un film fantastique mettant en vedette Sophia Loren (la mère d’Edoardo), et je suis sûr que tout le monde le trouvera très émouvant, profondément redoutable et actuel.

Gabriel Yared

Paris, Octobre 2020

TRACKLIST

01 Madame Rosa – 04:00

02 People Call Me Momo – 00:56

03 Police Raid – 02:05

04 Momo Sketches – 01:04

05 Olive Tree Grove – 01:33

06 Picking Up Drugs – 01:23

07 Hospital Breakout – 01:40

08 Illness – 02:04

09 Helping Rosa – 01:41

10 Momo Cries – 02:25

11 Momo and Rosa – 05:48

12 Drug Dealing Montage (Bonus Track) – 01:18

Length: 26:11

Original Music Composed by Gabriel Yared

TIJUANA BIBLE (Original Motion Picture Soundtrack)

TIJUANA BIBLE (Original Motion Picture Soundtrack)

Director Jean Charles Hue

Music composed and Performed by Thierry Malet

& The City Of Prague Philharmonic Orchestra

Label Plaza Mayor Company Ltd

C’est une musique frappée par la torpeur suffocante d’un Tijuana désœuvré. Les chemises sont trempées de la sueur de la peur. Les barbes sont rugueuses comme des sonorités métalliques a moins que ce ne soit les barillets des pistoleros. Ruisselant comme des notes, les histoires sont pleines de secrets et de femmes lascives. C’est le Tijuana qu’a mis en note et musique le compositeur et perfectionniste, Thierry Malet. Des notes aidées et dirigées par le City of Prague Philhamonic Orchestra. Une ampleur de sons et de matières. Un tintement joyeux et ténébreux pour cette peinture étouffante de la réalité americano Latina. Aux frontières des desperados s’ajoute les tentatives de rêveurs qui se feront casser les dents et les os aux premiers verres de tequila. La musique est volontairement ironique, cassante, en dents de scie avec une réalité qui sent le soufre. C’est une belle Bande Originale, qui dépeint et repeint avec talent un des endroits les plus sombre du monde.

Tijuana Bible est un film remarquable et sa musique le rend encore plus supportable et merveilleux.

Hellen Page

Holep p in Tijuana on a path to self-destruction, an Iraq veteran seeks deliverance by helping a young Mexican woman navigate the underworld in a quest for her long-lost brother….

Tijuana Bible is the name of a night club located on the Mexican border in the city of Tijuana. It is a place of perdition in particular for American soldiers.

This is the story of Nick, an American veteran injured in Iraq, lives in Zona Norte, Tijuana’s red light district. Then he meets Ana, a young Mexican girl looking for her brother who has been missing for a few weeks. Together, they will dive into the slums of this city in the hands of drug traffickers.

In fact, this film is inspired by a true story, of a former veteran who converted and decided to help the poor who take refuge around an evacuation canal whose rainwater causes several deaths every year. A small community has formed around him and it is moreover his bus that we see in one of the scenes of this film. But beyond appearances, hides the meaning of life and of all these soldiers who are branded for life with a hot iron, psychologically destroyed because they took part in a war they did not understand. But in this place of perdition hides a spark of hope that will ultimately exceed all expectations in a huge fire.

That’s what touched me in this film. The music is constantly shifting, it starts from rubbed timbres to turn it into poetry to sublimate reality and give it back all its beauty.

I started with violin strings played very close to the bridge to produce a rapy sound and almost abrupt symphonic textures. Voices and special effects were then added to place the listener in a new, almost unreal world, where forgiveness and remission are hidden but become possible.

Thierry MALET

Edinburgh TV Festival 2020 : une révolution provoquée par la pandémie et #BlackLivesMatter

Deux événements ont ébranlé cette année la TV britannique “intrinsèquement snob” (Ben Frow) : une pandémie sans précédent depuis le début de la télévision, et le mouvement Black Lives Matter. Dans une industrie, où l’apogée de la diversité était pendant longtemps atteint par le juste équilibre entre les diplômés d’Oxford et de Cambridge, les voix fortes qui réclament un passage à l’acte pour une télé plus inclusive ont de quoi bouleverser les vieilles habitudes. 

Une révolution d’autant plus inévitable qu’elle se joue sur fond de concurrence avec les services de streaming omniprésents (YouTube et Netflix sont parmi les principaux sponsors de ce festival en ligne qui scelle chaque année la rentrée des chaînes de TV britanniques). Eux, offrent aux talents de tout origine un espace d’expression libre, et ce en pleine pandémie qui exacerbe les inégalités dans l’industrie TV.

Comment attirer les talents et refléter l’ensemble de la société dans une époque où la TV a encore la capacité de rassembler ? Pendant 4 jours, 3.000 délégués se sont retrouvés devant leurs écrans respectifs pour 46 sessions qui explorent, débattent et dissèquent le spectre de l’industrie de la télévision avec les principaux talents et cadres de l’industrie, autour de la diversité et la transformation numérique accélérée par le coronavirus. 

Une TV de service public plus importante que jamais 

Le directeur général sortant de la BBC, Tony Hall, est monté sur le podium virtuel pour une défense passionnée du service public, indispensable à la démocratie. La pandémie fut l’occasion de (re)créer le lien avec les téléspectateurs, avec 94 % des Britanniques qui ont regardé la BBC, dont 87% des 16-34 ans. En quelques semaines de pandémie, l’écoute de la télévision a augmenté de près de 50 % par rapport à l’année précédente.

Pendant cette période, environ 24% du temps passé en ligne, en vidéo et en audio, par l’adulte moyen en une semaine, était consacré à la BBC. Pour Netflix c’était environ 4 %“. La BBC était aussi la première source d’une information vérifiée impartiale (“la clé de voûte du journalisme” selon Tony Hall), avec un indicateur de confiance des plus élevés y compris à l’international. 

Mais ces très bons chiffres ne cachent pas l’importance d’une révolution profonde du plus grand service public européen. En effet, mis en cause par les partisans comme par les opposants du Brexit, la BBC doit désormais défendre l’existence même de la redevance, sous pression politique.

Une piste évoquée par Tony Hall : “En 2018, les services publics de radiodiffusion ont fourni plus de 32.000 heures de contenu original fabriqué au Royaume-Uni contre seulement  221 heures pour les grands streamers“.

Tony Hall va même plus loin, en déclarant que la BBC doit se déplacer encore davantage vers les régions pour refléter plus de points de vue, avec 70% des équipes de la BBC qui pourrait se retrouver à l’extérieur de Londres. L’enjeu principal sera que les contenus proposés par la BBC, et les autres médias de service public,  soient capables de répondre aux questions sociétales brûlantes de cette année 2020 si particulière pour rester pertinents face aux géants Netflix, Amazon Prime Video et Disney +. 

L’impact Black Lives Matter, une politique “Pas de diversité, pas de commande”

L’assassinat de George Floyd a déclenché des protestations mondiales qui ont relancé un nouveau débat sur la diversité à la télévision. Un besoin de réflexion et d’action encore plus mis en évidence par l’utilisation récente du mot “N…” sur les écrans de la BBC. Le premier panel du festival virtuel posait la question : “La TV a-t-elle besoin de responsables de programme noirs”, question déjà posée il y a 12 ans. Cette année, la réponse est définitivement “oui”, et elle devra être suivie d’actions concrètes.

Les discussions autour de la diversité et de l’inclusion étaient en tête du programme d’Edinburgh 2020, mais l’action était également mis en avant, avec, entre autres, le duo de diffuseurs britanniques ITV et Channel 4 qui ont tous deux dévoilé des plans pour mieux représenter leur audience, avec notamment un “Black Takeover day”. Cette initiative s’inscrit dans le cadre de “l’engagement continu de C4, en tant qu’organisation antiraciste, d’améliorer la représentation des Noirs à l’écran et hors écran et de favoriser un changement à long terme”, a expliqué le directeur des programmes Ian Katz.

THE CHILDREN OF GENGHIS (Original Motion Picture Soundtrack)

THE CHILDREN OF GENGHIS (Original Motion Picture Soundtrack)

Director Zolbayar Dorj

Music composed by Ulziibayar Shatar

Label Plaza Mayor Company Ltd

En ces temps où les voyages deviennent de plus en plus virtuels a défaut d’être vertueux, la parution de cette musique de film est une bouffée d’oxygène. Sur des images époustouflantes on entre un peu dans le peuple mongol d’il y a longtemps et dans sa tradition de trois jeux culturels qui ont toujours existe pendant les périodes de festivités. La lutte, les courses de chevaux et le tir a l’arc sont inscrit dans les trois jeux traditionnels.
Cette se concentrera sur la tradition des courses de chevaux.
Outre les images d’un comte moderne aux confins de la Mongolie c’est l’imaginaire et les sons utilises dans la musique de ce film qui sont riche et plein d’émotion.
Ulziibayar Shatar, a fait appel a sa mémoire mongole traditionnelle et la vérité de son époque. Un score a la hauteur, un score de sensibilité dans la lutte virile qui se joue. Un sens de l’honneur a défendre, un père et son fils… On part dans un vrai rêve avec les yeux, un vrai rêve qui ne peut que s’ouvrir davantage.
On aura le sens du partage dans ce comte mémorable.
A découvrir au plus vite.
Hellen Page

The Mongolian people from long ago have had a tradition of three cultural games that have always been around during the time of festivities. Mongolian wrestling, racing horses and archery were among the three traditional games. This story will focus on the horse racing tradition. The town’s best horse race trainer Bold, has many people gathered at this house for a special announcement. Bold begins to brag about his most prized horse, the brown steed that still has yet to find its rider. After hearing this the townspeople recommend Dambii’s eldest son Dorj to be the rider. Upon hearing this Boldoo decides to ask Dambii’s son Dorj to be the rider for his horse. Dambii lives with his wife, Dolgor and three sons, Dorj (12 yrs old), Byambaa (8 yrs old) Nanzaa (4 yrs old) in the vast countryside in Mongolia. All of Dambii’s sons have a knack for the horse. When Bold recruites Dambii’s eldest son his middle son Byambaa gets angry that he wasn’t chosen to ride. When Byambaa gets angry that he wasn’t chosen the storms off.

Plaza Mayor Company présente la bande originale du film de science-fiction espagnol The Platform (El Hoyo)

Plaza Mayor Company présente la bande originale du film de science-fiction espagnol The Platform (El Hoyo). L’album contient la musique composée par Aránzazu Calleja.

La Plateforme est un film de science-fiction espagnol réalisé par Galder Gaztelu-Urrutia avec Iván Massagué, Antonia San Juan, Zorion Eguileor, Emilio Buale et Alexandra Masangkay.

Le film se déroule dans une future dystopie. À l’intérieur d’un système carcéral vertical, les détenus sont assignés à un niveau et contraints de rationner la nourriture à partir d’une plate-forme qui se déplace entre les étages, un système qui favorise les premiers servis et affame les derniers.….
La Plateforme est une allégorie sociale tordue sur l’humanité dans sa forme la plus sombre.
La Plate-forme est une allégorie sociale tordue sur l’humanité à son plus sombre et le plus affamé.
Une prison verticale avec une cellule par niveau. Deux personnes par cellule. Une seule plate-forme alimentaire et deux minutes par jour pour se nourrir de jusqu’à vers le bas. Un cauchemar sans fin piégé dans The Hole.
Un endroit mystérieux, une prison indescriptible, un trou de dépôt. Un nombre inconnu de niveaux. Deux détenus vivant à chaque niveau. Une plate-forme descendante contenant de la nourriture pour tous. Un combat inhumain pour la survie, mais aussi une opportunité de solidarité.

Dans un scenario ou les natures humaines sont lâchées, au bord du précipice de leur vie, on entre dans le monde de tous les possibles. Une prison étrange qui mêle une oppression, un aveuglement et une luxuriance dans la nourriture…. Un monde parallèle qui se réveille et doit s’inventer a chaque instant… Il fallait les cordes d’une contrebasse, le son métallique des cloches basques pour recréer ces souffles de vie. A Aránzazu Calleja a user des cacharros en signe d’avertissement du monde qui bascule comme elle a use de violons qui grincent quand le plat pays s’envole dans des destinations inconnues.

L’allégorie sociale tordue et confondue de l’humanité se défend a l’inhumanité comme un couteau qui se retourne vers l’agresseur et se plante et se plante jusqu’à ce que le sang ne soit plus de couleur ou de rivière, juste un fleuve nauséabond.

Maitrise d’un scenario, maitrise d’une musique complexe, il fallait de l’imagination, du panache et une certaine vertu pour se sortir de cet endroit sombre et complexe.

Une signature a retenir qui devrait écrire et encore écrire des scores sur de capables scenarios sombres comme heureux. Bravo a Aránzazu Calleja.

Hellen Page

Note de la compositrice Aranzazu Calleja:

Tous les processus créatifs définissent dans une large mesure le résultat d’une œuvre. Cette idée est tout à fait logique avec la bande sonore d’El Hoyo, qui a été créé à partir d’une recherche minutieuse de découvertes imprévisibles et des idées qui ont progressivement défini la ligne esthétique de la musique.
La musique fait semblant de plonger le spectateur dans un endroit étrange, dont les règles pour survivre sont compris avec Goreng, le protagoniste.
Confusion, rêverie, étrangeté et le grotesque cèdent la place à la désolation et à la misère humaine et enfin se frayent un chemin vers le ciel (ou l’enfer).

Note du réalisateur, Galder Gaztelu-Urrutia: El Hoyo, à grand effet, emploie plusieurs changements brusques de ton, créant une expérience émotionnelle symboliquement désorientante. Augmentée par une bande-son puissante, l’atmosphère tonale chaotique d’El Hoyo transmet avec succès l’intention tacite de ses personnages richement dessinés

  • 01 – La cocina
  • 02 – EL hoyo
  • 03 – La Plataforma
  • 04 – Calor
  • 05 – Admitido
  • 06 – Samurai Plus
  • 07 – Agallas para qué
  • 08 – Miharu mata
  • 09 – Rutinas
  • 10 – Miharu da de comer a Goreng
  • 11 – Sueño erótico de Miharu
  • 12 – CVA
  • 13 – 200 Nivels
  • 14 – Imoguiri trata de convercer a los de abajo
  • 15 – Pesadilla de Goreng
  • 16 – Contar niveles
  • 17 – Baharat
  • 18 – Ayúdame a baja
  • 19 – Comienza el descenco
  • 20 – El mesías
  • 21 – El símbolo
  • 22 – Desciendiendo a palos
  • 23 – Encuentran cadáveres
  • 24 – Desolación
  • 25 – Nivel 333
  • 26 – Ella es el mensaje
  • 27 – Desciende con la niña
  • 28 – Su viage ha terminado

Music composed and produced by ARÁNZAZU CALLEJA

Violin, hurdy-gurdy ARÁNZAZU CALLEJA
Voice NEREA GONZÁLEZ ESTÉBANEZ

Mixed and mastered by IÑAKI ALONSO at SONORA ESTUDIOS, GASTEIZ
Coordinated by PAKO RUIZ

Toute la beaute du monde (Original Motion Picture Soundtrack)

Director Marc Esposito

Cast: Marc Lavoine, Zoé Félix, Jean Pierre Darroussin…

Music composed by Béatrice Thiriet

Label Plaza Mayor Company Ltd

Abbey Road Studio recording

Les musiques de Beatrice Thiriet sont à l’image de ses films ; tendres, généreux et qui ne s’arrêtent jamais de raconter de belles histoires. Les belles histoires ont évidemment de l’amour à donner et à partager. De l’amour de romans photos ou de romans tout court. Car les pages blanches se remplissent de ses mots délicats.

Beatrice Thiriet remplis de notes délicates, de touches successives, de peintures acides et acryliques les images de Marc Esposito. Un tableau de choix avec des moments passes aux Abbey Road Studios, des panoplies de talents avec les archers d’un London orchestra. La partition devient complète avec les images d’un Marc Lavoine et d’un Zoe Felix et l’inénarrable Jean Pierre Daroussin. Il y a de ces histoires françaises qui n’en finissent pas et ses beautés de paysages à l’autre bout du monde.

Nous avons besoin d’enchantement et qu’un film s’intitule : Toute la beauté du monde… tout est dit, tout est écrit et tout le reste de beauté, de bonté n’a plus qu’à venir.

Hellen Page

C’est l’histoire de Franck et Tina. Franck aime Tina, mais elle ne peut pas l’aimer. L’homme de sa vie vient de mourir et elle fait une dépression nerveuse. Lors d’un voyage en Asie, où Tina tente de redécouvrir son zeste de vie, Franck devient peu à peu indispensable en tant que guide, compagnon de voyage et, bientôt, ami… Tina finira-t-elle par tomber amoureuse de lui ?

Note de la compositrice : Béatrice Thiriet

 J’ai rencontré Mar Esposito quand il réalisait son film « Le coeur des hommes ». C’était une comédie, nous avions imaginé un thème rock’n roll 

et puis il m’a parlé de cette histoire romantique qu’il était en train d’écrire, une histoire d’amour qui se passait à. Bali . 

 ET. 

Un jour il a dit au producteur du film, je veux travailler avec Béatrice Thiriet pour mon film balinais qui s’appellera “Toute la beauté du monde “.

J’ai revu Marc Esposito ; travailler avec vous c’est comme travailler avec Mozart ! j’étais un peu surprise mais il a ajouté très élégamment « écrivez une symphonie je la mettrai dans mon film ». 

 J’ai compris que ce qu’il voulait dire avec d’autres mots c’est qu’il voulait une musique symphonique, mais je l’ai pris au mot et voilà cette symphonie est née et a été enregistré à Abbey Road dans les meilleurs conditions et Marc en a intégré des fragments dans son film. 

C’est un très beau souvenir musical, j’ai mis dans la musique la luxuriance, le calme et la beauté du paysage balinai . 

Le titre de la symphonie est d’ailleurs “Car ici tout n’est que beauté ” 

https://fanlink.to/c5qu