TIJUANA BIBLE (Original Motion Picture Soundtrack)

TIJUANA BIBLE (Original Motion Picture Soundtrack)

Director Jean Charles Hue

Music composed and Performed by Thierry Malet

& The City Of Prague Philharmonic Orchestra

Label Plaza Mayor Company Ltd

C’est une musique frappée par la torpeur suffocante d’un Tijuana désœuvré. Les chemises sont trempées de la sueur de la peur. Les barbes sont rugueuses comme des sonorités métalliques a moins que ce ne soit les barillets des pistoleros. Ruisselant comme des notes, les histoires sont pleines de secrets et de femmes lascives. C’est le Tijuana qu’a mis en note et musique le compositeur et perfectionniste, Thierry Malet. Des notes aidées et dirigées par le City of Prague Philhamonic Orchestra. Une ampleur de sons et de matières. Un tintement joyeux et ténébreux pour cette peinture étouffante de la réalité americano Latina. Aux frontières des desperados s’ajoute les tentatives de rêveurs qui se feront casser les dents et les os aux premiers verres de tequila. La musique est volontairement ironique, cassante, en dents de scie avec une réalité qui sent le soufre. C’est une belle Bande Originale, qui dépeint et repeint avec talent un des endroits les plus sombre du monde.

Tijuana Bible est un film remarquable et sa musique le rend encore plus supportable et merveilleux.

Hellen Page

Holep p in Tijuana on a path to self-destruction, an Iraq veteran seeks deliverance by helping a young Mexican woman navigate the underworld in a quest for her long-lost brother….

Tijuana Bible is the name of a night club located on the Mexican border in the city of Tijuana. It is a place of perdition in particular for American soldiers.

This is the story of Nick, an American veteran injured in Iraq, lives in Zona Norte, Tijuana’s red light district. Then he meets Ana, a young Mexican girl looking for her brother who has been missing for a few weeks. Together, they will dive into the slums of this city in the hands of drug traffickers.

In fact, this film is inspired by a true story, of a former veteran who converted and decided to help the poor who take refuge around an evacuation canal whose rainwater causes several deaths every year. A small community has formed around him and it is moreover his bus that we see in one of the scenes of this film. But beyond appearances, hides the meaning of life and of all these soldiers who are branded for life with a hot iron, psychologically destroyed because they took part in a war they did not understand. But in this place of perdition hides a spark of hope that will ultimately exceed all expectations in a huge fire.

That’s what touched me in this film. The music is constantly shifting, it starts from rubbed timbres to turn it into poetry to sublimate reality and give it back all its beauty.

I started with violin strings played very close to the bridge to produce a rapy sound and almost abrupt symphonic textures. Voices and special effects were then added to place the listener in a new, almost unreal world, where forgiveness and remission are hidden but become possible.

Thierry MALET

Edinburgh TV Festival 2020 : une révolution provoquée par la pandémie et #BlackLivesMatter

Deux événements ont ébranlé cette année la TV britannique “intrinsèquement snob” (Ben Frow) : une pandémie sans précédent depuis le début de la télévision, et le mouvement Black Lives Matter. Dans une industrie, où l’apogée de la diversité était pendant longtemps atteint par le juste équilibre entre les diplômés d’Oxford et de Cambridge, les voix fortes qui réclament un passage à l’acte pour une télé plus inclusive ont de quoi bouleverser les vieilles habitudes. 

Une révolution d’autant plus inévitable qu’elle se joue sur fond de concurrence avec les services de streaming omniprésents (YouTube et Netflix sont parmi les principaux sponsors de ce festival en ligne qui scelle chaque année la rentrée des chaînes de TV britanniques). Eux, offrent aux talents de tout origine un espace d’expression libre, et ce en pleine pandémie qui exacerbe les inégalités dans l’industrie TV.

Comment attirer les talents et refléter l’ensemble de la société dans une époque où la TV a encore la capacité de rassembler ? Pendant 4 jours, 3.000 délégués se sont retrouvés devant leurs écrans respectifs pour 46 sessions qui explorent, débattent et dissèquent le spectre de l’industrie de la télévision avec les principaux talents et cadres de l’industrie, autour de la diversité et la transformation numérique accélérée par le coronavirus. 

Une TV de service public plus importante que jamais 

Le directeur général sortant de la BBC, Tony Hall, est monté sur le podium virtuel pour une défense passionnée du service public, indispensable à la démocratie. La pandémie fut l’occasion de (re)créer le lien avec les téléspectateurs, avec 94 % des Britanniques qui ont regardé la BBC, dont 87% des 16-34 ans. En quelques semaines de pandémie, l’écoute de la télévision a augmenté de près de 50 % par rapport à l’année précédente.

Pendant cette période, environ 24% du temps passé en ligne, en vidéo et en audio, par l’adulte moyen en une semaine, était consacré à la BBC. Pour Netflix c’était environ 4 %“. La BBC était aussi la première source d’une information vérifiée impartiale (“la clé de voûte du journalisme” selon Tony Hall), avec un indicateur de confiance des plus élevés y compris à l’international. 

Mais ces très bons chiffres ne cachent pas l’importance d’une révolution profonde du plus grand service public européen. En effet, mis en cause par les partisans comme par les opposants du Brexit, la BBC doit désormais défendre l’existence même de la redevance, sous pression politique.

Une piste évoquée par Tony Hall : “En 2018, les services publics de radiodiffusion ont fourni plus de 32.000 heures de contenu original fabriqué au Royaume-Uni contre seulement  221 heures pour les grands streamers“.

Tony Hall va même plus loin, en déclarant que la BBC doit se déplacer encore davantage vers les régions pour refléter plus de points de vue, avec 70% des équipes de la BBC qui pourrait se retrouver à l’extérieur de Londres. L’enjeu principal sera que les contenus proposés par la BBC, et les autres médias de service public,  soient capables de répondre aux questions sociétales brûlantes de cette année 2020 si particulière pour rester pertinents face aux géants Netflix, Amazon Prime Video et Disney +. 

L’impact Black Lives Matter, une politique “Pas de diversité, pas de commande”

L’assassinat de George Floyd a déclenché des protestations mondiales qui ont relancé un nouveau débat sur la diversité à la télévision. Un besoin de réflexion et d’action encore plus mis en évidence par l’utilisation récente du mot “N…” sur les écrans de la BBC. Le premier panel du festival virtuel posait la question : “La TV a-t-elle besoin de responsables de programme noirs”, question déjà posée il y a 12 ans. Cette année, la réponse est définitivement “oui”, et elle devra être suivie d’actions concrètes.

Les discussions autour de la diversité et de l’inclusion étaient en tête du programme d’Edinburgh 2020, mais l’action était également mis en avant, avec, entre autres, le duo de diffuseurs britanniques ITV et Channel 4 qui ont tous deux dévoilé des plans pour mieux représenter leur audience, avec notamment un “Black Takeover day”. Cette initiative s’inscrit dans le cadre de “l’engagement continu de C4, en tant qu’organisation antiraciste, d’améliorer la représentation des Noirs à l’écran et hors écran et de favoriser un changement à long terme”, a expliqué le directeur des programmes Ian Katz.

THE CHILDREN OF GENGHIS (Original Motion Picture Soundtrack)

THE CHILDREN OF GENGHIS (Original Motion Picture Soundtrack)

Director Zolbayar Dorj

Music composed by Ulziibayar Shatar

Label Plaza Mayor Company Ltd

En ces temps où les voyages deviennent de plus en plus virtuels a défaut d’être vertueux, la parution de cette musique de film est une bouffée d’oxygène. Sur des images époustouflantes on entre un peu dans le peuple mongol d’il y a longtemps et dans sa tradition de trois jeux culturels qui ont toujours existe pendant les périodes de festivités. La lutte, les courses de chevaux et le tir a l’arc sont inscrit dans les trois jeux traditionnels.
Cette se concentrera sur la tradition des courses de chevaux.
Outre les images d’un comte moderne aux confins de la Mongolie c’est l’imaginaire et les sons utilises dans la musique de ce film qui sont riche et plein d’émotion.
Ulziibayar Shatar, a fait appel a sa mémoire mongole traditionnelle et la vérité de son époque. Un score a la hauteur, un score de sensibilité dans la lutte virile qui se joue. Un sens de l’honneur a défendre, un père et son fils… On part dans un vrai rêve avec les yeux, un vrai rêve qui ne peut que s’ouvrir davantage.
On aura le sens du partage dans ce comte mémorable.
A découvrir au plus vite.
Hellen Page

The Mongolian people from long ago have had a tradition of three cultural games that have always been around during the time of festivities. Mongolian wrestling, racing horses and archery were among the three traditional games. This story will focus on the horse racing tradition. The town’s best horse race trainer Bold, has many people gathered at this house for a special announcement. Bold begins to brag about his most prized horse, the brown steed that still has yet to find its rider. After hearing this the townspeople recommend Dambii’s eldest son Dorj to be the rider. Upon hearing this Boldoo decides to ask Dambii’s son Dorj to be the rider for his horse. Dambii lives with his wife, Dolgor and three sons, Dorj (12 yrs old), Byambaa (8 yrs old) Nanzaa (4 yrs old) in the vast countryside in Mongolia. All of Dambii’s sons have a knack for the horse. When Bold recruites Dambii’s eldest son his middle son Byambaa gets angry that he wasn’t chosen to ride. When Byambaa gets angry that he wasn’t chosen the storms off.

Plaza Mayor Company présente la bande originale du film de science-fiction espagnol The Platform (El Hoyo)

Plaza Mayor Company présente la bande originale du film de science-fiction espagnol The Platform (El Hoyo). L’album contient la musique composée par Aránzazu Calleja.

La Plateforme est un film de science-fiction espagnol réalisé par Galder Gaztelu-Urrutia avec Iván Massagué, Antonia San Juan, Zorion Eguileor, Emilio Buale et Alexandra Masangkay.

Le film se déroule dans une future dystopie. À l’intérieur d’un système carcéral vertical, les détenus sont assignés à un niveau et contraints de rationner la nourriture à partir d’une plate-forme qui se déplace entre les étages, un système qui favorise les premiers servis et affame les derniers.….
La Plateforme est une allégorie sociale tordue sur l’humanité dans sa forme la plus sombre.
La Plate-forme est une allégorie sociale tordue sur l’humanité à son plus sombre et le plus affamé.
Une prison verticale avec une cellule par niveau. Deux personnes par cellule. Une seule plate-forme alimentaire et deux minutes par jour pour se nourrir de jusqu’à vers le bas. Un cauchemar sans fin piégé dans The Hole.
Un endroit mystérieux, une prison indescriptible, un trou de dépôt. Un nombre inconnu de niveaux. Deux détenus vivant à chaque niveau. Une plate-forme descendante contenant de la nourriture pour tous. Un combat inhumain pour la survie, mais aussi une opportunité de solidarité.

Dans un scenario ou les natures humaines sont lâchées, au bord du précipice de leur vie, on entre dans le monde de tous les possibles. Une prison étrange qui mêle une oppression, un aveuglement et une luxuriance dans la nourriture…. Un monde parallèle qui se réveille et doit s’inventer a chaque instant… Il fallait les cordes d’une contrebasse, le son métallique des cloches basques pour recréer ces souffles de vie. A Aránzazu Calleja a user des cacharros en signe d’avertissement du monde qui bascule comme elle a use de violons qui grincent quand le plat pays s’envole dans des destinations inconnues.

L’allégorie sociale tordue et confondue de l’humanité se défend a l’inhumanité comme un couteau qui se retourne vers l’agresseur et se plante et se plante jusqu’à ce que le sang ne soit plus de couleur ou de rivière, juste un fleuve nauséabond.

Maitrise d’un scenario, maitrise d’une musique complexe, il fallait de l’imagination, du panache et une certaine vertu pour se sortir de cet endroit sombre et complexe.

Une signature a retenir qui devrait écrire et encore écrire des scores sur de capables scenarios sombres comme heureux. Bravo a Aránzazu Calleja.

Hellen Page

Note de la compositrice Aranzazu Calleja:

Tous les processus créatifs définissent dans une large mesure le résultat d’une œuvre. Cette idée est tout à fait logique avec la bande sonore d’El Hoyo, qui a été créé à partir d’une recherche minutieuse de découvertes imprévisibles et des idées qui ont progressivement défini la ligne esthétique de la musique.
La musique fait semblant de plonger le spectateur dans un endroit étrange, dont les règles pour survivre sont compris avec Goreng, le protagoniste.
Confusion, rêverie, étrangeté et le grotesque cèdent la place à la désolation et à la misère humaine et enfin se frayent un chemin vers le ciel (ou l’enfer).

Note du réalisateur, Galder Gaztelu-Urrutia: El Hoyo, à grand effet, emploie plusieurs changements brusques de ton, créant une expérience émotionnelle symboliquement désorientante. Augmentée par une bande-son puissante, l’atmosphère tonale chaotique d’El Hoyo transmet avec succès l’intention tacite de ses personnages richement dessinés

  • 01 – La cocina
  • 02 – EL hoyo
  • 03 – La Plataforma
  • 04 – Calor
  • 05 – Admitido
  • 06 – Samurai Plus
  • 07 – Agallas para qué
  • 08 – Miharu mata
  • 09 – Rutinas
  • 10 – Miharu da de comer a Goreng
  • 11 – Sueño erótico de Miharu
  • 12 – CVA
  • 13 – 200 Nivels
  • 14 – Imoguiri trata de convercer a los de abajo
  • 15 – Pesadilla de Goreng
  • 16 – Contar niveles
  • 17 – Baharat
  • 18 – Ayúdame a baja
  • 19 – Comienza el descenco
  • 20 – El mesías
  • 21 – El símbolo
  • 22 – Desciendiendo a palos
  • 23 – Encuentran cadáveres
  • 24 – Desolación
  • 25 – Nivel 333
  • 26 – Ella es el mensaje
  • 27 – Desciende con la niña
  • 28 – Su viage ha terminado

Music composed and produced by ARÁNZAZU CALLEJA

Violin, hurdy-gurdy ARÁNZAZU CALLEJA
Voice NEREA GONZÁLEZ ESTÉBANEZ

Mixed and mastered by IÑAKI ALONSO at SONORA ESTUDIOS, GASTEIZ
Coordinated by PAKO RUIZ

Toute la beaute du monde (Original Motion Picture Soundtrack)

Director Marc Esposito

Cast: Marc Lavoine, Zoé Félix, Jean Pierre Darroussin…

Music composed by Béatrice Thiriet

Label Plaza Mayor Company Ltd

Abbey Road Studio recording

Les musiques de Beatrice Thiriet sont à l’image de ses films ; tendres, généreux et qui ne s’arrêtent jamais de raconter de belles histoires. Les belles histoires ont évidemment de l’amour à donner et à partager. De l’amour de romans photos ou de romans tout court. Car les pages blanches se remplissent de ses mots délicats.

Beatrice Thiriet remplis de notes délicates, de touches successives, de peintures acides et acryliques les images de Marc Esposito. Un tableau de choix avec des moments passes aux Abbey Road Studios, des panoplies de talents avec les archers d’un London orchestra. La partition devient complète avec les images d’un Marc Lavoine et d’un Zoe Felix et l’inénarrable Jean Pierre Daroussin. Il y a de ces histoires françaises qui n’en finissent pas et ses beautés de paysages à l’autre bout du monde.

Nous avons besoin d’enchantement et qu’un film s’intitule : Toute la beauté du monde… tout est dit, tout est écrit et tout le reste de beauté, de bonté n’a plus qu’à venir.

Hellen Page

C’est l’histoire de Franck et Tina. Franck aime Tina, mais elle ne peut pas l’aimer. L’homme de sa vie vient de mourir et elle fait une dépression nerveuse. Lors d’un voyage en Asie, où Tina tente de redécouvrir son zeste de vie, Franck devient peu à peu indispensable en tant que guide, compagnon de voyage et, bientôt, ami… Tina finira-t-elle par tomber amoureuse de lui ?

Note de la compositrice : Béatrice Thiriet

 J’ai rencontré Mar Esposito quand il réalisait son film « Le coeur des hommes ». C’était une comédie, nous avions imaginé un thème rock’n roll 

et puis il m’a parlé de cette histoire romantique qu’il était en train d’écrire, une histoire d’amour qui se passait à. Bali . 

 ET. 

Un jour il a dit au producteur du film, je veux travailler avec Béatrice Thiriet pour mon film balinais qui s’appellera “Toute la beauté du monde “.

J’ai revu Marc Esposito ; travailler avec vous c’est comme travailler avec Mozart ! j’étais un peu surprise mais il a ajouté très élégamment « écrivez une symphonie je la mettrai dans mon film ». 

 J’ai compris que ce qu’il voulait dire avec d’autres mots c’est qu’il voulait une musique symphonique, mais je l’ai pris au mot et voilà cette symphonie est née et a été enregistré à Abbey Road dans les meilleurs conditions et Marc en a intégré des fragments dans son film. 

C’est un très beau souvenir musical, j’ai mis dans la musique la luxuriance, le calme et la beauté du paysage balinai . 

Le titre de la symphonie est d’ailleurs “Car ici tout n’est que beauté ” 

https://fanlink.to/c5qu

MOSQUITO (Original Motion Picture Soundtrack)

MOSQUITO (Original Motion Picture Soundtrack)

Director Joao Nuno Pinto

Music composed by Justin Melland

Label Plaza Mayor Company Ltd

A Portuguese soldier gets lost in the African jungle, in 1917…

Music Soundtrack on CD Digital & Vinyl Collector Limited Edition

Les musiques électriques ont le défaut d’être éclectiques. Dans un scenario d’une romance de 1917 on aurait pu imaginer des violons et des archers en duo duels, une panoplie d’instruments et de pluriels pour la convention et la forme. C’est une surprise et finalement une agréable surprise de voir un suspens, une histoire se dérouler sous nos yeux avec des synthés, des chuintements. Justin Melland a été choisie pour cette collaboration originale. Un mélange de technique dans un espace-temps qui n’en comptait pas. Un regard angoissant sous un manteau de velours phonétique. C’est le choix judicieux du réalisateur Joao Nuno Pinto. Une histoire romanesque avec des acteurs terriblement vrais. Un road movie dans des contrées perdues pour des âmes qui se sont perdus entre un Don Quichote de trois pommes et des hallucinations de victoires et de guerres qui ne retiendront aucune place dans les mémoires. Mais la musique a été a la hauteur d’un impénitent soldat, a la hauteur d’une face a la vie. C’était ose, vous l’avez réalisé, bravo au réalisateur et bravo au compositeur.

Hellen Page

STATEMENT FROM JUSTIN:

Working with Joao on MOSQUITO has been the greatest highlight of my career.  He is a master auteur and knew exactly what to say to me to inspire my finest work.  The palette I was presented with when starting to work on this amazing film was so rich and inspired, the score nearly wrote itself.  I formulated my analog based, electronic pallet the same way I would an acoustic orchestra.  I thought of the structures like orchestral music, and I blended the textures much the same way I do when writing for more traditional forces.  The thing I love about writing scores, is the process of diving deeply into an instrument to find its expression, to discover what it’s good for and what it “likes” to do.  I let the sound of the instrument itself partially inform how I can write with it.  There is a symbiotic relationship between myself and the instrument that is very inspiring.  When writing the score, I would watch a scene, find the soul of Zacarias in the moment and take that with me into a “material generating discovery session”.  Then I would mold the material into the score for the scene to add depth to the life on the screen.  This is a film composers’ assignment, and it’s one that requires the deepest of emotional and sonic explorations.  Thank you for listening to what I discovered.

Mosquito tell the story of the lonely odyssey, through the inhospitable World War One African landscape, by private Zacarias. A character driven experience, I wanted the audience to be completely immersed in to the soldier’s psych through his entire journey. Justin Melland has this incredible talent for creating emotional audio maps for the characters. Through his music, we dive inside the protagonist mind; experiencing his fears, enduring his obsessions or even feeling euphoric with him. Melland take us do the darkest places with the same at ease that fly us to the brightest sky, his music is powerful and transcendental, in a constant dialectic with the film’s story and visual landscape. Put the volume up, close your eyes and watch the film. 

João Nuno Pinto

DONE DEAL: TENCENT-LED CONSORTIUM COMPLETES $3.4BN ACQUISITION OF 10% OF UNIVERSAL MUSIC GROUP

China-based Tencent Holdings – as the leader of a consortium of backers – is now the proud owner of 10% of Universal Music Group.

UMG parent Vivendi announced the completion of the long-awaited deal today (March 31), exactly three months after the contractual agreement of the acquisition was announced (December 31).

The deal gives Universal Music Group an implied Enterprise Value of €30bn. At last year’s annual exchange rate, that would equate to UMG being worth $33.7bn.

It also means the Tencent-led consortium has acquired its 10% for €3bn, or approximately $3.37bn.

The consortium includes Tencent alongside Tencent Music – in which it is majority owner – plus other financial investors, and can acquire a further 10% in UMG at the same price by January 15, 2021.

In a further important news, Vivendi has confirmed that Tencent Music is acquiring a minority stake in UMG’s Greater China operation for an undisclosed price.

Don’t expect this to be the last we hear about minority stake sales in Universal Music Group, either.

Vivendi said in an update today: “Now that this very significant strategic operation has been completed, Vivendi will pursue the possible sale of additional minority interests in UMG, assisted by several banks which it has mandated.”

It added: “Vivendi is very happy with the arrival of the Tencent-led consortium. It will enable UMG to further develop in the Asian market.”

The company reiterated that an IPO of UMG – which would presumably spin the company out from Vivendi to some degree – is planned, for early 2023 at the latest.

Vivendi said that it “intends to use the proceeds from these different transactions for substantial share buyback operations and acquisitions”.

Universal Music Group, led by CEO & Chairman Sir Lucian Grainge (pictured), saw its overall revenues in 2019 – across recorded music, publishing and other activities – hit €7.16bn ($8.04bn).

A record annual figure for the company under Vivendi ownership, that revenue number was up 14.0% year-on-year at constant currency and perimeter

2050 (Original Motion Picture Soundtrack)

2050 (Original Motion Picture Soundtrack)

Director Princeton Holt

Cast Dean Cain. Stormi Maya,…

Score Composed and Performed by Konstantinos Lyrakis

Original Music by Cultural Bastards

Label Plaza Mayor Company Ltd

Un titre à la George Orwell et une histoire qui pourrait s’apparenter à son regard visionnaire. Changer le cours des choses, le cours de la vie en le modelant et le modulant a notre façon.

Ici les relations amoureuses, mystérieuses et qui deviennent un laboratoire d’apprentis sorciers en une aventure romantique et cruelle.

Les musiques de Konstantinos Lyrakis sont féroces et répétitives. Urbaines et névrosées justes ce qu’il faut. Il y a de l’énigme, du pratique et finalement au bout du sentiment. Le sentiment du regard perdu, le sentiment que tout est comédie. Les musiques collent au film dans cette partition dérisoire que pourrait être la vie si elle ne retenait pas dans l’infini petit et le grandiose.

Ca devient magique avec l’intervention déjantée des Culturals Bastards, c’est tout simplement un pan de vie qui s’étire et qui s’exprime. Prenons ces notes et images comme cela : un pan de vie a l’extrême, une autre aventure a vivre.

Hellen Page

A family man struggling to hold it all together discovers a hidden parlor that offers a solution…. Sexbots.

Sex robots are becoming more and more of a “thing” these days, so naturally (for better or worse) we are going to see more and more movies involving the “forbidden tango” between man and machine.

In Princeton Holt’s: 2050, we get to see a glimpse of “the future” (which probably due to budget restraints loos remarkably like 2019). An in this new world, we see machines that have become identical in appearance to actual human beings from realistic flesh and hair, to even sweat….

  • 01 – On the Way Home
  • 02 – Kung Pao Chicken
  • 03 – How Do You Feel
  • 04 – Uneven Battle
  • 05 – What We’re Left With
  • 06 – No More Secrets
  • 07 – Wrecking
  • 08 – Old Times
  • 09 – Informercial

https://fanlink.to/ctZe

THE MYSTERY OF THE DRAGON SEAL (Original Motion Picture Soundtrack)

THE MYSTERY OF THE DRAGON SEAL (Original Motion Picture Soundtrack)

Director Oleg Stepchenko

Cast; Jackie Chan, Arnold Schwarzenegger, Jason Flemyng…

Music composed by Aleksandra Magakyan

Song performed by Zhang Yunshan

Label Plaza Mayor Company Ltd

Nous découvrons un nouveau compositeur, ou plutôt compositrice de musique de film. Riche, varie, aérien et fantasmagorique… Il y a peu de mots pour décrire cet univers triomphant, plongeant, intérieur et qui se soulève magistralement vers du plus haut. La partition était compliquée. Créer pour deux monstres du cinéma : Jackie Chan et Arnold Schwarzenegger un comte musical complexe et décomplexé. Créer le chemin du fantastique dans une fresque qui se veut historique avec un mélange des genres loufoques.

Grand orchestre, coup d’archer et syncope juste. Un coup de maitre pour cette compositrice nommée Alekxandra Maghakyan. De sa Russie natale elle la grâce et l’excellence de ces mélomanes, de ces talents qui ont des heures de travail acharne pour maitriser leur art. Le film sorti en Chine, puis en Russie se promène de pays en pays et devrait conquérir la planète entière. La soundtrack est disponible sur toutes les plateformes digitales. C’est un pur moment talentueux et valeureux a écouter.

Hellen Page

The English traveler Jonathan Green receives from Peter the Great an order to map the Russian Far East. Once again he sets out for a long journey full of incredible adventures that will eventually lead him to China. The cartographer will unexpectedly face o lot of breathtaking discoveries, encounter bizarre creatures, meet with Chinese Princesses, and confront deadly martial arts masters, and even the king of all dragons, the Dragon King. What could be more dangerous than meeting eye-toeye with Viy, except doing it again? What would be stronger this time, a staunch skepticism of the scientist of the old black magic that has seized power of Eastern lands?

Director note:
This music from Alexandra Magakyan allows us to enhance the dramatic moments of movie story and it do it very naturally.  Her compositions successfully combine modern sound that relevant to large modern action movie and authentic motifs that help convey the travel spirit of the main movie characters.

Composer note:
«The Mystery Of Dragon Seal» is a movie with a wide geography a rich storylines which has been a great inspiration for me while writing music. It gave an opportunity to use many traditional and contemporary musical instruments and styles to mix them with large orchestra and choir to get the diversity of feelings and color.

CROWN VIC (Original Motion Picture Soundtrack) Composed and Performed by Jeffery Alan Jones

CROWN VIC (Original Motion Picture Soundtrack)

Director Joel Souza

Movie produced by Alec Baldwin

Music composed by Jeffery Alan Jones

Label Plaza Mayor Company Ltd

Distribution Sergent Major Company Ltd – The Orchard

Les mouvements électriques se superposent aux mouvements de la vie tout court. Quand les bagnoles grincent, que les gyrophares s’emballent dans les rues de LA, quand tout s’enroule dans le circuit infernal des nocturnes policières. Il n’y a plus rien qui sépare les rigueurs de la nuit avec les rigueurs de la vie. C’est comme un mélange d’alcool et de drogues dures, qui détruit toutes les drogues douces que procurent un semblant de vie. Entre les nappes prophétiques et in sinueuses de Jeffery Alan Jones et les roulements des voitures sur les grands boulevards. Il n’y a que des positions de claviers, de bruissement de guitares, peu de mélodies mais le genre de vibration urbain. C’est une musique urbaine, une musique qui souffle sur l’angoisse du soir. Les images glissent comme un bolide et les lignes qui se pourraient mélodique se partagent entre le souffle et la souffrance. Plus qu’une partition c’est une transition sur la voie lactée que nous offre les compositions énigmatiques de Jeffery Alan Jones. Partons a la découverte de ce nouvel état de création.
Hellen Page

I write to music. Always have. “Crown Vic” was no exception. When I was writing our two main characters prowling the dangerous streets of LA at night, I needed something to put me in the right frame of mind. Something moody, cool. Propulsive. Which is to say I knew exactly what I wanted this movie’s score to be from jump street. And to “Crown Vic’s” great benefit, Jeff was able to nail it. Which, believe me, was no small task, given my absolute lack of any kind of musical vocabulary. But Jeff was somehow able to decipher the rudimentary grunting’s and cave drawings that were my wants for Crown’s music, and gave the movie exactly the sound it needed, and the sound I’d always hoped for. The music is at the same time cool and emotive, it supports and enhances the story, and most importantly, just feels like driving around at 2AM in LA. So jump in your car one of these nights. Put this music on. And just drives.

  • Joel Souza

Writer/Director, “Crown Vic”

“Crown Vic” follows one explosive night in the life of a seasoned LAPD veteran as he takes a young cop out on patrol and shows him the brutal reality of life behind the wheel of a Crown Vic. I wanted to create the city’s heartbeat through the music. A rhythmic pulse, always intriguing, in its somehow twisted dark beauty. The cityscape drones, it weeps and is intensely frightening. My aim was to support the narrative and expose the subtext without being noticed. The score lives in the shadows and underlies the complex emotions in both the characters and the city at night. Beautifully dark and sprawling; yet suffocating in it’s own despair.

  • Jeffery Alan Jones
    Composer

Special Thanks: Alec Baldwin, Joel Souza, Anjul Nigam, Gregg Bello, Jacques Dejean, Plaza Mayor Company, Screen Media, Bugaboo, and Mary Lou Jones.

https://fanlink.to/cir5