THE CHILDREN OF GENGHIS (Original Motion Picture Soundtrack)

THE CHILDREN OF GENGHIS (Original Motion Picture Soundtrack)

Director Zolbayar Dorj

Music composed by Ulziibayar Shatar

Label Plaza Mayor Company Ltd

En ces temps où les voyages deviennent de plus en plus virtuels a défaut d’être vertueux, la parution de cette musique de film est une bouffée d’oxygène. Sur des images époustouflantes on entre un peu dans le peuple mongol d’il y a longtemps et dans sa tradition de trois jeux culturels qui ont toujours existe pendant les périodes de festivités. La lutte, les courses de chevaux et le tir a l’arc sont inscrit dans les trois jeux traditionnels.
Cette se concentrera sur la tradition des courses de chevaux.
Outre les images d’un comte moderne aux confins de la Mongolie c’est l’imaginaire et les sons utilises dans la musique de ce film qui sont riche et plein d’émotion.
Ulziibayar Shatar, a fait appel a sa mémoire mongole traditionnelle et la vérité de son époque. Un score a la hauteur, un score de sensibilité dans la lutte virile qui se joue. Un sens de l’honneur a défendre, un père et son fils… On part dans un vrai rêve avec les yeux, un vrai rêve qui ne peut que s’ouvrir davantage.
On aura le sens du partage dans ce comte mémorable.
A découvrir au plus vite.
Hellen Page

The Mongolian people from long ago have had a tradition of three cultural games that have always been around during the time of festivities. Mongolian wrestling, racing horses and archery were among the three traditional games. This story will focus on the horse racing tradition. The town’s best horse race trainer Bold, has many people gathered at this house for a special announcement. Bold begins to brag about his most prized horse, the brown steed that still has yet to find its rider. After hearing this the townspeople recommend Dambii’s eldest son Dorj to be the rider. Upon hearing this Boldoo decides to ask Dambii’s son Dorj to be the rider for his horse. Dambii lives with his wife, Dolgor and three sons, Dorj (12 yrs old), Byambaa (8 yrs old) Nanzaa (4 yrs old) in the vast countryside in Mongolia. All of Dambii’s sons have a knack for the horse. When Bold recruites Dambii’s eldest son his middle son Byambaa gets angry that he wasn’t chosen to ride. When Byambaa gets angry that he wasn’t chosen the storms off.

DJ THOR &TONY CORIZIA Albums “Odyssey (Ancient Beats & Myths)”

DJ THOR & TONY CORIZIA

Album “Odyssey (Ancient Beats & Myths)

Featuring Ian Anderson, Remo Anzovino, Jerusa Barros, Stefano Bollani, Cesaria Evora, Giusy Ferreri, Bruno Lauzi, Dorota Miskievcz, Gianni Morandi, Fabrice Quagliotti, Massino Ranieri

Label Plaza Mayor Company Ltd

Distribution The Orchard – Sergent Major Company Ltd

Cd Digital & Cd Physical

Extrait “ONDA SU ONDA » created by Paole Conte

Le temps s’écoule plus lentement et trépidant comme des perles de pluies. Une musique fluide, du tempo a fuir et des ses mélodiques qui nous reviennent en mémoire perdue et maintenant retrouves.
Onda su Onda, la voix de Paole Conte, quelle merveille, Cesaria Evoria et un swing imperturbable, Massino Ranieri,… et tant d’autres…quelle belle histoire de ressusciter ses immenses vestiges de la chanson. De redonner couleur et force a des images et des pensées que nous avons dépensée a une époque et qui reprennent la dimension de leurs espoirs ici sur des tempos fin. Remo Anzovino encore une touche spéciale, italienne, mélodique et vocale comme un San Remo la nuit, un virage de la Baie des Anges, une langueur des plages de Rimini.
Les tempos acidulés, les platines accrochées ont finalement du bon. Un prolongement de nos voyages intérieurs, un regard électronique certes, mais tellement solidaires du temps qui vient et que l’on ne peut arrêter.
DJ Thor & Tony Corizia sont des allies parfait de ce moment que l’on voudrait éternité.
A écouter absolument leur Album « Odyssey (Ancient Beats & Myths)
Hellen Page

The sound of Dj Thor meets that of bassist and international producer Tony Corizia in a new 18-track concept album titled “Odyssey (Ancient Beats & Myths)”.
The two well-known artists – who are not new to major musical projects together – this time, inspired by Homer’s Odyssey, musically address the theme of travel.
During the long quarantine period, isolated in their own studios and connected to each other only through the internet, they have made together, note after note, this long album of an almost 80-minute lenght.
A current original and very visionary sound path where they explore different places, emotions and cultures through music, virtually as in Ulysses’ journey, without moving physically but only in a musical sense that recreates those emotions and sensations.
The themes of sea and nature strongly return throughout the album.
Refined electronic atmospheres, unique ethnic sounds typical of Anatolia along with instruments such as the duduk and forays into chill out music, afrohouse and progressive house with an inevitable touch of pop and jazz that turn some of the tracks into possible radio hits.

Virtually coming out from the Mediterranean Sea and sailing beyond the Pillars of Hercules to Capo Verde, whose music inspires part of this journey, as in the case of Gianni Morandi and Cesaria Evora, who duet together in a classic Cape Verdean, or Giusy Ferreri who sings Creole along with the sensual voice of Jerusa Barros in a brand new remixed track.
International taste in the arrangements and lots of Italian music revisited in a very modern and experimental key: the voice of Massimo Ranieri in an electronic tango with an r’n’b groove, the unmistakable voice of Bruno Lauzi in an electro swing version of “Onda su Onda”.
High level chill out in “Daleko” with pianist and composer Stefano Bollani, the flute of the legendary Ian Anderson of Jethro Tull and Tinkara that intertwine in a classic house piece.
Some tracks are steeped in mystery, inspired by the oldest places in the eastern Mediterranean and with very modern arrangements, typical of the Burning Man Festival.
Another very interesting song on the album is “Stay”, arranged and written by the two artists with the electronic disco dance guru Fabrice Quagliotti of the legendary french group Rockets.

On the album there are also several narrative voices (in English and Italian) from strong cinematic flavor, mention the ancient Homeric poem and a truly inspired poem of the early Twentieth Century.
The album ends with “Götterdämmerung” (or “The Twilight of the Gods”), a name inspired by Richard Wagner, the “trait d’union” between the Nordic mythology – from which the same Dj Thor has drawn inspiration for his name – and the very similar ancient Mediterranean myths (to which, instead, the Odyssey is inspired).

Several hidden and cultured quotes, many emotional musical visions for this long virtual journey, born during the long Spring 2020 quarantine.

Thor (who currently records with Plaza Mayor Company Ltd) is an international DJ and musician, based in Rimini and Riccione. He has performed with his music in Italy, the United Kingdom, Turkey, the United States, the Principality of Monaco, Germany and Japan.
He is the resident DJ of “Villa delle Rose” in Misano and “Peter Pan Club” in Riccione: two Italian reference clubs on the world scene.
Tony Corizia, bass player and producer, well known in the international music scene, member of the italian rock band “MotelNoire” (an album for Sony Music ) and co-author and bass player for Rockets’ “Kids from Mars”. Over time, among others, he has collaborated with Steve Bush (Stereophonics), Bill Rieflin (R.E.M.), Federico Zampaglione (Tiromancino), Jake la Furia (Club Dogo) just to name a few.
In the past the two artists composed and produced together the music for BATMAN “Dark Tomorrow” (Kemco / DC Comics / Warner USA) in collaboration with Tot Taylor and the Royal Philharmonic Orchestra, at the Abbey Road Studios in London and later in Tokyo.
Together they also started the international project Hit-Aliens in 2004 and released the single “Es la colegiala” (FullFX / Warner Music) with the “cameo” by Chuck D (Public Enemy).

The international producer Alberto Zeppieri played the role of “diplomatic agglomerator” beetwen the two and the several artists who take part in the album adding their featurings.

Journalisme : révolte dans les rédactions et tentation de l’activisme #BLM

L’évènement #BlackLivesMatter est en train de tout dominer dans les rédactions en Amérique et rapidement en Europe. Sous la pression des jeunes générations, l’incandescence du mouvement social #BLM y fait émerger actuellement une tentation, voire une revendication, d’activisme, qui dépasse désormais les frontières des Etats-Unis.

Là-bas, le débat fait rage depuis la publication en fin de semaine dernière par le New York Times d’un op-ed d’un sénateur républicain appelant à la fermeté absolue contre les manifestants. La rédaction s’est révoltée, le responsable des pages édito a démissionné. D’autres titres US ont fait partir des cadres dirigeants. Le Washington Post se pose des questions.

La traînée de poudre a immédiatement gagné le Canada. En quelques jours chez eux, la colère des journalistes afro-américains, amérindiens, autochhtones, d’origine asiatique a éclaté pour réclamer une modification des normes et pratiques journalistiques, notamment dans les médias anglophones.

« Ils veulent casser la baraque », nous disait cette semaine une dirigeante de l’info d’un grand groupe de médias.

Car il ne s’agit pas seulement, pour les journalistes des minorités de s’exprimer davantage ou d’avoir plus de visibilité dans les rédactions trop peu inclusives, mais bien de favoriser une couverture activiste et engagée contre l’immoralité. Certains journalistes et animateurs n’hésitent plus à « vider leur sac à l’antenne » des radios ou des télés. Les journalistes posent un genou à terre sur les réseaux sociaux.

Les responsables éditoriaux essaient de comprendre, tentent de lutter contre cette tentation de l’engagement et de changement des règles déontologiques, voire de risque de marginalisation si des prises de position sont prises. Mais tout le monde n’est pas sur cette ligne.

La pdg de CBC/Radio Canada, Catherine Tait, s’est engagée par exemple à ce que 50% des nouvelles recrues de la rédactions de l’audiovisuel public canadien viennent désormais des minorités.

“Au lieu de faire comme d’habitude, les journalistes doivent mettre de côté leur longue histoire d’amour avec l’objectivité et apprendre à se situer par rapport à leur histoire sociale, leurs relations et leurs obligations. Les journalistes doivent reconnaître que ce qu’ils pensent être un fait est profondément lié à qui ils sont et d’où ils viennent au sens large et spécifique du terme.

En outre, les journalistes doivent employer ce que nous appelons un journalisme systémique qui couvre les événements et les questions non pas comme des événements ponctuels, mais comme des intersections de systèmes et de structures sociétales qui ont une histoire. Cela signifie qu’ils doivent enquêter sur des histoires que beaucoup n’ont pas apprises et ne connaissent pas.”, écrivent cette semaine deux professeurs émérites de journalisme au Canada.

Vous l’avez compris, il n’est donc plus question pour les insurgés de présenter « de manière neutre », pire « objective », des faits ou des points de vue opposés, mais bien de prendre position au nom de la morale. L’éditorialisation des reportages n’est pas loin. Aux Etats-Unis, la polarisation de la société, déjà très marquée par l’opposition idéologique des grandes chaînes d’infos, se renforce.

Les jeunes, qui nous reprochent, souvent avec raison, notre mollesse sur les grands sujets de l’époque (climat, racisme, inégalités sociale, genres, …) et nos ratages sur tout ce qui n’est pas « mainstream », sont à la manœuvre. Y compris désormais sur TikTok. Tout simplement car ils sont bien plus confrontés 24/7 dans les réseaux sociaux à l’âpreté des débats. Et Ils n’ont pas tort non plus de nous rappeler que dans les années 30 les grands correspondants de la presse internationale installée à Berlin n’ont pas su alerter le monde.

EHA – Album Paris Rio New York

EHA – Album Paris Rio New York

Label Plaza Mayor Company Ltd

UNE MUSIQUE SANS FRONTIERES, UN ALBUM QUI TRANSCENDE LES GENRES ‘

Dans la course aux étoiles j’ai nommé EHA, un parcours original, symbolique des mondes qui nous entourent. Puissant, énergique et vivifiant comme une claque aux mauvaises pensées. Les cuivres qui pourraient n’être qu’un souvenir d’enfance, reviennent et on ne s’en lasse pas. Du jazz et pas que… EHA développe un tour du monde de musiques et de musiciens talentueux. Cacau de Queiroz, Philippe Coignet, Michel Alibo, Damien Schmitt, Mike Stern, Minimo Gary, Juan Manuel Forero, Mario Contreras, Andy Narrel, Rubinho Antunes, Sulaiman Hakim, Lionel Segui.

Un album envole porte par la guitare magique de Philippe Coignet, un orfèvre qui s’est entoure d’un tour du monde des talents. Mike Stern est venu soutenir ce projet.
Il y a du merveilleux, de l’incandescent et de la décence dans cette respiration inattendue. Dans notre monde asphyxie, il y a quelques étoiles qui se mettent à scintiller. Des perles de nuits, des perles d’envies de changements, de puissances d’arc en ciel de bonheur. On se perdra volontairement dans les chemins sonores qu’emprunte EHA, un mélange de couleur et de passions. Nous avons besoin de ce tourbillon de sons pour réveiller notre imaginaire, EHA l’a fait. Nous avons besoin de plus de tout, d’amour, de dimensions, de visions et EHA l’a conduit.
Ouvrez vos âmes et vos oreilles a ce flux impétueux.
Hellen Page

Pour le troisième album d’EHA, groupe très représentatif de la scène multi-culturelle du Paris des années 2000, le guitariste et compositeur Philippe Coignet a réuni un line up international et exceptionnel : Mike Stern (USA, guitare), Cacau de Queiroz ( Brésil, saxophones et flute), Minino Garay (Argentine, percussions), Michel Alibo (Martinique, basse), Andy Narell (USA, steel pans), Leandro Aconcha (Suisse, claviers), Damien Schmitt (France, batterie), Mario Contreras (Chili, percussions, tiplé), Juan Manuel Forero (Colombie, percussions, voix), Lionel Segui (France, trombone, tuba), Sulaiman Hakim (USA, sax), Rubinho Antunes (Brésil, trompette)

Paris Rio New York est la fusion parfaitement réussie entre World Music, Jazz et Funk, sons électriques et acoustiques, on peut parier qu’une partie des titres de cet album deviendront des standards

‘ PUISSANT, INVENTIF ET SIMPLEMENT BEAU, LE MEILLEUR DU WORLD JAZZ … EXPLOSIF ! ‘

Titres

  • 01 – 1984 – Fanfare
  • 02 – Mars
  • 03 – Missie Didie
  • 04 – Nuits Magnetiques
  • 05 – 1984 – Funky cover
  • 06 – 2 Stars in my Skies
  • 07 – Celeste A
  • 08 – Toronto Layover
  • 09 – Dudatjo
  • 10 – Plain Dance
  • 11 – Queen of my Nights

MOSQUITO (Original Motion Picture Soundtrack)

MOSQUITO (Original Motion Picture Soundtrack)

Director Joao Nuno Pinto

Music composed by Justin Melland

Label Plaza Mayor Company Ltd

A Portuguese soldier gets lost in the African jungle, in 1917…

Music Soundtrack on CD Digital & Vinyl Collector Limited Edition

Les musiques électriques ont le défaut d’être éclectiques. Dans un scenario d’une romance de 1917 on aurait pu imaginer des violons et des archers en duo duels, une panoplie d’instruments et de pluriels pour la convention et la forme. C’est une surprise et finalement une agréable surprise de voir un suspens, une histoire se dérouler sous nos yeux avec des synthés, des chuintements. Justin Melland a été choisie pour cette collaboration originale. Un mélange de technique dans un espace-temps qui n’en comptait pas. Un regard angoissant sous un manteau de velours phonétique. C’est le choix judicieux du réalisateur Joao Nuno Pinto. Une histoire romanesque avec des acteurs terriblement vrais. Un road movie dans des contrées perdues pour des âmes qui se sont perdus entre un Don Quichote de trois pommes et des hallucinations de victoires et de guerres qui ne retiendront aucune place dans les mémoires. Mais la musique a été a la hauteur d’un impénitent soldat, a la hauteur d’une face a la vie. C’était ose, vous l’avez réalisé, bravo au réalisateur et bravo au compositeur.

Hellen Page

STATEMENT FROM JUSTIN:

Working with Joao on MOSQUITO has been the greatest highlight of my career.  He is a master auteur and knew exactly what to say to me to inspire my finest work.  The palette I was presented with when starting to work on this amazing film was so rich and inspired, the score nearly wrote itself.  I formulated my analog based, electronic pallet the same way I would an acoustic orchestra.  I thought of the structures like orchestral music, and I blended the textures much the same way I do when writing for more traditional forces.  The thing I love about writing scores, is the process of diving deeply into an instrument to find its expression, to discover what it’s good for and what it “likes” to do.  I let the sound of the instrument itself partially inform how I can write with it.  There is a symbiotic relationship between myself and the instrument that is very inspiring.  When writing the score, I would watch a scene, find the soul of Zacarias in the moment and take that with me into a “material generating discovery session”.  Then I would mold the material into the score for the scene to add depth to the life on the screen.  This is a film composers’ assignment, and it’s one that requires the deepest of emotional and sonic explorations.  Thank you for listening to what I discovered.

Mosquito tell the story of the lonely odyssey, through the inhospitable World War One African landscape, by private Zacarias. A character driven experience, I wanted the audience to be completely immersed in to the soldier’s psych through his entire journey. Justin Melland has this incredible talent for creating emotional audio maps for the characters. Through his music, we dive inside the protagonist mind; experiencing his fears, enduring his obsessions or even feeling euphoric with him. Melland take us do the darkest places with the same at ease that fly us to the brightest sky, his music is powerful and transcendental, in a constant dialectic with the film’s story and visual landscape. Put the volume up, close your eyes and watch the film. 

João Nuno Pinto

CHRISTOPHE KITTLER – Album “PLACES”

CHRISTOPHE KITTLER – Album “PLACES”

Des places et des musiques…

Label Plaza Mayor Company Ltd

Les places, petites places de nos mémoires, grandes places des espaces de nos villes et rivages… On a tous en souvenirs des endroits heureux ou malheureux, mais endroits ou nous avons laisse les empreintes de nous et de notre vie. Pourquoi pas en faire un disque, comme on pourrait en faire un roman. Extravagances ou juste petite histoire courte du quotidien. Passionnément et tendrement un retour sur l’instant que les meilleurs appareils photographiques ne sauraient capter. Un mélange de mélancolie comme les poètes enveloppes de leurs manteaux pourraient en offrir. Christophe Kittler emmitouflé dans ses mélodies de bord de mer a pu retracer pour nous les notes de ses ambiances. Un rien romanesque, un rien chevaleresque ce sont toutes les routes que nous avons empruntées un jour. Cela fait un paysage musical, comme un paysage tout court. Partons le temps d’un voyage sur ces places-là.

Hellen Page

“Une flânerie contemplative, romantique, parfois mélancolique sur les chemins de mots choisis… 

Pour découvrir l’univers de Christophe Kittler, il faut partir du monde sensible de sa musique et déguster ses œuvres sur toutes les plateformes musicales.
Son amour du travail bien fait, de la lecture, l’ont amené à jouer avec notre belle langue française, et quoi de mieux que la poésie pour faire flirter sens et sonorités.
Seul un musicien dans l’âme arrive à ce point à nous faire pénétrer dans un champ poétique où chaque mot a été minutieusement élu.”

Prolongement de l’univers poétique de Christophe Kittler et de son recueil de poésie “Des rires aux fenêtres”, le nouvel album “places” nous propose un monde sensible de musiques instrumentales, une flânerie contemplative, romantique, de bords de mers, d’iles et d’océans aux horizons reposants…

  • 01 – Cabourg
  • 02 – Virginie
  • 03 – Re
  • 04 – Canet
  • 05 – D’Yeu
  • 06 – Pernmarch
  • 07 – Bormes
  • 08 – Ville d’hiver
  • 09 – Point du Raz
sdr

STEPHANE SASSI – Album “Rendez-vous a la coda »

Stephane SASSI – Album « Rendez-vous a la coda »

Jazz on free

Label Plaza Mayor Company Ltd

Distribution Sergent Major Company Ltd – The Orchard

Une frontière mince entre le jazz et un classique décomplexé. Une frontière qui laisse place a une tolérance de la mélodie et finalement du talent. Ce sera le nouveau voyage propose par Stephane Sassi. Une ballade élégante entre les dunes de l’imaginaire, un sentiment de rendez-vous, car les thèmes nous deviennent cher et leur expression nous semble limpides. Jouer du clavier comme un passage des touches blanches aux touches noires, cela devrait une source et c’est parfois un combat. Entre valse et blues, entre Valse for Change et un Gaby Blues, il y a des lumières qui scintillent comme un lendemain de Noel ou comme un premier soleil. Le premier soleil de ces matins fatigues. On a besoin de fraicheur, de regards doux et heureux. Le crépitement des notes est comme une douce pluie, un enfantillage de Collier de pailles et finalement simple, comme la vie qui devrait le rester.

Cet album « Rendez-vous a la coda » est tout simplement un rendez vous entre des sentiments de fraicheurs et de vérité. Tout se dit a note feutre, avec une élégance appuyée et nous nous ne retiendrons que les embruns du plaisir.

Hellen Page

Pianiste de jazz, Stéphane Sassi est un interprète et compositeur aux
expériences multiples qui l’ont mené sur scène et en studio depuis 30 ans dans un
répertoire allant du swing en Big Band au Be Bop en trio, des standards au free
jazz. Il n’a jamais cessé de composer et présente pour la première fois en solo un
choix de morceaux créés depuis quelques années: certains déjà jouées dans ses
différentes formations (EDS Trio, Voutee More…), d’autres inédits. Il fait
montre ici d’un sens de la couleur harmonique et de la mélodie qui s’appuie sur
l’énergie et la vitalité de son jeu. Son univers a assimilé intimement des
influences diverses dans un cocktail personnel, depuis la virtuosité rythmique et
les rythmes percussifs de Michel Camilo, à la musicalité mélodique et généreuse
de Michel Petrucciani.

THE MYSTERY OF THE DRAGON SEAL (Original Motion Picture Soundtrack)

THE MYSTERY OF THE DRAGON SEAL (Original Motion Picture Soundtrack)

Director Oleg Stepchenko

Cast; Jackie Chan, Arnold Schwarzenegger, Jason Flemyng…

Music composed by Aleksandra Magakyan

Song performed by Zhang Yunshan

Label Plaza Mayor Company Ltd

Nous découvrons un nouveau compositeur, ou plutôt compositrice de musique de film. Riche, varie, aérien et fantasmagorique… Il y a peu de mots pour décrire cet univers triomphant, plongeant, intérieur et qui se soulève magistralement vers du plus haut. La partition était compliquée. Créer pour deux monstres du cinéma : Jackie Chan et Arnold Schwarzenegger un comte musical complexe et décomplexé. Créer le chemin du fantastique dans une fresque qui se veut historique avec un mélange des genres loufoques.

Grand orchestre, coup d’archer et syncope juste. Un coup de maitre pour cette compositrice nommée Alekxandra Maghakyan. De sa Russie natale elle la grâce et l’excellence de ces mélomanes, de ces talents qui ont des heures de travail acharne pour maitriser leur art. Le film sorti en Chine, puis en Russie se promène de pays en pays et devrait conquérir la planète entière. La soundtrack est disponible sur toutes les plateformes digitales. C’est un pur moment talentueux et valeureux a écouter.

Hellen Page

The English traveler Jonathan Green receives from Peter the Great an order to map the Russian Far East. Once again he sets out for a long journey full of incredible adventures that will eventually lead him to China. The cartographer will unexpectedly face o lot of breathtaking discoveries, encounter bizarre creatures, meet with Chinese Princesses, and confront deadly martial arts masters, and even the king of all dragons, the Dragon King. What could be more dangerous than meeting eye-toeye with Viy, except doing it again? What would be stronger this time, a staunch skepticism of the scientist of the old black magic that has seized power of Eastern lands?

Director note:
This music from Alexandra Magakyan allows us to enhance the dramatic moments of movie story and it do it very naturally.  Her compositions successfully combine modern sound that relevant to large modern action movie and authentic motifs that help convey the travel spirit of the main movie characters.

Composer note:
«The Mystery Of Dragon Seal» is a movie with a wide geography a rich storylines which has been a great inspiration for me while writing music. It gave an opportunity to use many traditional and contemporary musical instruments and styles to mix them with large orchestra and choir to get the diversity of feelings and color.

SCIMIA – Abum “Little Men In A Giant World

SCIMIA – Album “Little Men In A Giant World”

Electro beat time…

Label Plaza Mayor Company Ltd

Distribution Sergent Major Company Ltd – The Orchard

On aborde les albums Electro comme une pop sucrée. C’est un décor de carton pate pour baltringue. Et bien non, il y a de la pop et il y a de l’électro. Une ligne subtile, fragile, un complément aux antibiotiques, un regard translucide. C’est un tournant dans les couloirs du temps. Un son, une atmosphère autant de dédalle où se perdre. Scimia a colore ses images d’un petit singe habile, sachant jouer du velours et de l’entre deux dans les passions amères. Scimia a mis de la mélodie, la ou on attendrait du grand bazar. C’est un choix pop ose, un choix de sons juxtaposes. Le maniement des boucles ou des extrait Loop avec un mix inferieur ou supérieur donne des tendances névrotiques aux meilleurs. Ici on a du parfum, un paquet heureux, presque enchanteur. La complainte électronique s’avance doucement avec un regard d’enfant. C’est heureux, c’est joyeux. C’est peut être ça le renouveau électro.

On suivra avec attention Scimia.

Hellen Page

LITTLE MAN IN A GIANT WORLD Premier volet de Scimia, cet album balance entre modernité et sons rétro. En effet, à travers 13 titres réunissants les 3 EP précédents (Awe, Pow et Tré), Scimia nous emmène dans des univers bien différents, entre les paillettes des années disco et la brutalité de la techno actuelle. L’influence des années 80 est bien présente sur des morceaux comme Gin, Little Man In A Giant World ou encore Danger, basés sur des rythmes disco et des sons New Wave, mais ce n’est qu’une petite partie de l’album. En effet, on pourra y retrouver des morceaux bien plus sombres et agressifs comme Electronic Warfare, Fit Of Rage, mais aussi des titres plus doux et mélodiques comme Bonobo… Et même une reprise classique sur le 12ème titre. Pour terminer, Little Man In A Giant World est un album qui regorge de collaborations. On y retrouvera le chanteur Syd Alexander sur les morceaux Little Man In A Giant World et The Name, le chanteur Ben Tremston sur Gin et le guitariste Félix Béguin sur Electronic Warfare. En résumé, ce premier album de Scimia est à se procurer de toute urgence…

  • 01 – Battle Cry (Introduction)
  • 02 – Gin
  • 03 – Fit of Rage
  • 04 – Electronic Warfare
  • 05 – Danger
  • 06 – Bonobo
  • 07 – Interlude
  • 08 – Little Man In A Giant World
  • 09 – Hero
  • 10 – Awe
  • 11 – The Name
  • 12 – Bach Cello Suite N.1 (remix)
  • 13 – Conclusion

PARADISE WAR: The Story of Bruno Manser (Original Motion Picture Soundtrack)

PARADISE WAR: The Story of Bruno Manser
(Original Motion Picture Soundtrack)
Director Niklaus Hilber
Music composed by Gabriel Yared
Label Plaza Mayor Company Ltd
Distribution Sergent Major Company Ltd – The Orchard

La fluidité des grands maitres. Le geste précis et toujours un petit air qui revient a la source, a la mémoire. Gabriel Yared est un de ces maitre de musique. Les compositeurs français ont mis en mémoire et en action quantité de films, qui sans les musiques, ritournelles, ne seraient pas ce qu’ils sont. Oui les compositeurs français sont passes des experts dans cette mémoire musicale. Oui Gabriel Yared est le parfait exemple d’une mélodie, d’un mouvement et d’une suite d’images. On pourrait croire a des orchestres Philharmonique, Symphonique, lourd, difficile a gérer ; Il n’en est rien. La simplicité, rien que la simplicité mais la précision et l’horizon devant soi. Le score de Paradise War, va s’inscrire dans les records de Gabriel Yared et certainement dans les records des sorties en salles de ce film riche et percutant. Image sublimes, histoires vraies et la conscience qui s’éveillent aujourd’hui avant demain et les lendemains.
Il y a une partition, il y a un vertige d’image… d’un grand film a une grande musique, une alchimie s’est créée. Un vent d’espoir et un temp de douleur qui vont se transformer en une formidable aventure mélodique.
Ecouter et regarder ensuite ou avant ou après… Mais n’oubliez pas vous avez un grand score d’un des plus grands compositeurs français : Gabriel Yared.
Hellen Page

1984: Searching for an experience that goes deeper than the superficiality of modern civilization, Bruno Manser travels into the jungles of Borneo and finds it with the nomadic Penan tribe. It is an encounter that changes his life forever. When the existence of the Penan is threatened by relentless deforestation, Manser takes up the fight against logging with a courage and determination that makes him one of the most renowned and credible environmentalists of his times. Eventually, it costs in him everything. Based on a true story.

Gabriel Yared Note

When Niklaus sent me a short 15-minute teaser of his film, I was immediately struck by the beauty and majesty of the images, and inspired by the authenticity of the tribes and the lead actor. I dived into this project straight away, putting all my energy and consciousness into searching for the right music. I thought it was important for me not just to “collaborate”, but to bring all my skills to help defend the film, the tribes, and the forests. Niklaus made so much space for the music, and allowed me the freedom to express the spirit of the forests, and the emotions of the Penan through my composition.

Although we have almost lost these tribes and the forests, we have gained a truly remarkable film, which I hope will make audiences around the world understand and wake up to these important environmental issues. I feel honored to have been a part of this journey, and to have had the wonderful opportunity to write the most beautiful themes I could.

https://www.instagram.com/plazamayorcompany/?hl=en