STEPHANE SASSI – Album “Rendez-vous a la coda »

Stephane SASSI – Album « Rendez-vous a la coda »

Jazz on free

Label Plaza Mayor Company Ltd

Distribution Sergent Major Company Ltd – The Orchard

Une frontière mince entre le jazz et un classique décomplexé. Une frontière qui laisse place a une tolérance de la mélodie et finalement du talent. Ce sera le nouveau voyage propose par Stephane Sassi. Une ballade élégante entre les dunes de l’imaginaire, un sentiment de rendez-vous, car les thèmes nous deviennent cher et leur expression nous semble limpides. Jouer du clavier comme un passage des touches blanches aux touches noires, cela devrait une source et c’est parfois un combat. Entre valse et blues, entre Valse for Change et un Gaby Blues, il y a des lumières qui scintillent comme un lendemain de Noel ou comme un premier soleil. Le premier soleil de ces matins fatigues. On a besoin de fraicheur, de regards doux et heureux. Le crépitement des notes est comme une douce pluie, un enfantillage de Collier de pailles et finalement simple, comme la vie qui devrait le rester.

Cet album « Rendez-vous a la coda » est tout simplement un rendez vous entre des sentiments de fraicheurs et de vérité. Tout se dit a note feutre, avec une élégance appuyée et nous nous ne retiendrons que les embruns du plaisir.

Hellen Page

Pianiste de jazz, Stéphane Sassi est un interprète et compositeur aux
expériences multiples qui l’ont mené sur scène et en studio depuis 30 ans dans un
répertoire allant du swing en Big Band au Be Bop en trio, des standards au free
jazz. Il n’a jamais cessé de composer et présente pour la première fois en solo un
choix de morceaux créés depuis quelques années: certains déjà jouées dans ses
différentes formations (EDS Trio, Voutee More…), d’autres inédits. Il fait
montre ici d’un sens de la couleur harmonique et de la mélodie qui s’appuie sur
l’énergie et la vitalité de son jeu. Son univers a assimilé intimement des
influences diverses dans un cocktail personnel, depuis la virtuosité rythmique et
les rythmes percussifs de Michel Camilo, à la musicalité mélodique et généreuse
de Michel Petrucciani.

THE MYSTERY OF THE DRAGON SEAL (Original Motion Picture Soundtrack)

THE MYSTERY OF THE DRAGON SEAL (Original Motion Picture Soundtrack)

Director Oleg Stepchenko

Cast; Jackie Chan, Arnold Schwarzenegger, Jason Flemyng…

Music composed by Aleksandra Magakyan

Song performed by Zhang Yunshan

Label Plaza Mayor Company Ltd

Nous découvrons un nouveau compositeur, ou plutôt compositrice de musique de film. Riche, varie, aérien et fantasmagorique… Il y a peu de mots pour décrire cet univers triomphant, plongeant, intérieur et qui se soulève magistralement vers du plus haut. La partition était compliquée. Créer pour deux monstres du cinéma : Jackie Chan et Arnold Schwarzenegger un comte musical complexe et décomplexé. Créer le chemin du fantastique dans une fresque qui se veut historique avec un mélange des genres loufoques.

Grand orchestre, coup d’archer et syncope juste. Un coup de maitre pour cette compositrice nommée Alekxandra Maghakyan. De sa Russie natale elle la grâce et l’excellence de ces mélomanes, de ces talents qui ont des heures de travail acharne pour maitriser leur art. Le film sorti en Chine, puis en Russie se promène de pays en pays et devrait conquérir la planète entière. La soundtrack est disponible sur toutes les plateformes digitales. C’est un pur moment talentueux et valeureux a écouter.

Hellen Page

The English traveler Jonathan Green receives from Peter the Great an order to map the Russian Far East. Once again he sets out for a long journey full of incredible adventures that will eventually lead him to China. The cartographer will unexpectedly face o lot of breathtaking discoveries, encounter bizarre creatures, meet with Chinese Princesses, and confront deadly martial arts masters, and even the king of all dragons, the Dragon King. What could be more dangerous than meeting eye-toeye with Viy, except doing it again? What would be stronger this time, a staunch skepticism of the scientist of the old black magic that has seized power of Eastern lands?

Director note:
This music from Alexandra Magakyan allows us to enhance the dramatic moments of movie story and it do it very naturally.  Her compositions successfully combine modern sound that relevant to large modern action movie and authentic motifs that help convey the travel spirit of the main movie characters.

Composer note:
«The Mystery Of Dragon Seal» is a movie with a wide geography a rich storylines which has been a great inspiration for me while writing music. It gave an opportunity to use many traditional and contemporary musical instruments and styles to mix them with large orchestra and choir to get the diversity of feelings and color.

SCIMIA – Abum “Little Men In A Giant World

SCIMIA – Album “Little Men In A Giant World”

Electro beat time…

Label Plaza Mayor Company Ltd

Distribution Sergent Major Company Ltd – The Orchard

On aborde les albums Electro comme une pop sucrée. C’est un décor de carton pate pour baltringue. Et bien non, il y a de la pop et il y a de l’électro. Une ligne subtile, fragile, un complément aux antibiotiques, un regard translucide. C’est un tournant dans les couloirs du temps. Un son, une atmosphère autant de dédalle où se perdre. Scimia a colore ses images d’un petit singe habile, sachant jouer du velours et de l’entre deux dans les passions amères. Scimia a mis de la mélodie, la ou on attendrait du grand bazar. C’est un choix pop ose, un choix de sons juxtaposes. Le maniement des boucles ou des extrait Loop avec un mix inferieur ou supérieur donne des tendances névrotiques aux meilleurs. Ici on a du parfum, un paquet heureux, presque enchanteur. La complainte électronique s’avance doucement avec un regard d’enfant. C’est heureux, c’est joyeux. C’est peut être ça le renouveau électro.

On suivra avec attention Scimia.

Hellen Page

LITTLE MAN IN A GIANT WORLD Premier volet de Scimia, cet album balance entre modernité et sons rétro. En effet, à travers 13 titres réunissants les 3 EP précédents (Awe, Pow et Tré), Scimia nous emmène dans des univers bien différents, entre les paillettes des années disco et la brutalité de la techno actuelle. L’influence des années 80 est bien présente sur des morceaux comme Gin, Little Man In A Giant World ou encore Danger, basés sur des rythmes disco et des sons New Wave, mais ce n’est qu’une petite partie de l’album. En effet, on pourra y retrouver des morceaux bien plus sombres et agressifs comme Electronic Warfare, Fit Of Rage, mais aussi des titres plus doux et mélodiques comme Bonobo… Et même une reprise classique sur le 12ème titre. Pour terminer, Little Man In A Giant World est un album qui regorge de collaborations. On y retrouvera le chanteur Syd Alexander sur les morceaux Little Man In A Giant World et The Name, le chanteur Ben Tremston sur Gin et le guitariste Félix Béguin sur Electronic Warfare. En résumé, ce premier album de Scimia est à se procurer de toute urgence…

  • 01 – Battle Cry (Introduction)
  • 02 – Gin
  • 03 – Fit of Rage
  • 04 – Electronic Warfare
  • 05 – Danger
  • 06 – Bonobo
  • 07 – Interlude
  • 08 – Little Man In A Giant World
  • 09 – Hero
  • 10 – Awe
  • 11 – The Name
  • 12 – Bach Cello Suite N.1 (remix)
  • 13 – Conclusion

PARADISE WAR: The Story of Bruno Manser (Original Motion Picture Soundtrack)

PARADISE WAR: The Story of Bruno Manser
(Original Motion Picture Soundtrack)
Director Niklaus Hilber
Music composed by Gabriel Yared
Label Plaza Mayor Company Ltd
Distribution Sergent Major Company Ltd – The Orchard

La fluidité des grands maitres. Le geste précis et toujours un petit air qui revient a la source, a la mémoire. Gabriel Yared est un de ces maitre de musique. Les compositeurs français ont mis en mémoire et en action quantité de films, qui sans les musiques, ritournelles, ne seraient pas ce qu’ils sont. Oui les compositeurs français sont passes des experts dans cette mémoire musicale. Oui Gabriel Yared est le parfait exemple d’une mélodie, d’un mouvement et d’une suite d’images. On pourrait croire a des orchestres Philharmonique, Symphonique, lourd, difficile a gérer ; Il n’en est rien. La simplicité, rien que la simplicité mais la précision et l’horizon devant soi. Le score de Paradise War, va s’inscrire dans les records de Gabriel Yared et certainement dans les records des sorties en salles de ce film riche et percutant. Image sublimes, histoires vraies et la conscience qui s’éveillent aujourd’hui avant demain et les lendemains.
Il y a une partition, il y a un vertige d’image… d’un grand film a une grande musique, une alchimie s’est créée. Un vent d’espoir et un temp de douleur qui vont se transformer en une formidable aventure mélodique.
Ecouter et regarder ensuite ou avant ou après… Mais n’oubliez pas vous avez un grand score d’un des plus grands compositeurs français : Gabriel Yared.
Hellen Page

1984: Searching for an experience that goes deeper than the superficiality of modern civilization, Bruno Manser travels into the jungles of Borneo and finds it with the nomadic Penan tribe. It is an encounter that changes his life forever. When the existence of the Penan is threatened by relentless deforestation, Manser takes up the fight against logging with a courage and determination that makes him one of the most renowned and credible environmentalists of his times. Eventually, it costs in him everything. Based on a true story.

Gabriel Yared Note

When Niklaus sent me a short 15-minute teaser of his film, I was immediately struck by the beauty and majesty of the images, and inspired by the authenticity of the tribes and the lead actor. I dived into this project straight away, putting all my energy and consciousness into searching for the right music. I thought it was important for me not just to “collaborate”, but to bring all my skills to help defend the film, the tribes, and the forests. Niklaus made so much space for the music, and allowed me the freedom to express the spirit of the forests, and the emotions of the Penan through my composition.

Although we have almost lost these tribes and the forests, we have gained a truly remarkable film, which I hope will make audiences around the world understand and wake up to these important environmental issues. I feel honored to have been a part of this journey, and to have had the wonderful opportunity to write the most beautiful themes I could.

https://www.instagram.com/plazamayorcompany/?hl=en

THE WARDEN (Original Motion Picture Soundtrack)

THE WARDEN (Original Motion Picture Soundtrack)

Director Nima Javidi

Music composed by Ramin Kousha

Label Plaza Mayor Company Ltd

Distribution The Orchard

On a envie de parle de choses autres, serieuses et peu serieuses. Un autre regard, une autre energie. Et il est curieux de voir que des peuples qui ont les pires difficultees se mettent a un surpluss d’imagination, de combativite. Car la vie meme obstruee par les nuages peut s’assembler sous d’autres cieux.

C’est un curieux petit film, fait on l’imagine dans des conditions plus ou moins faciles et qui detonne et etonne les festivals. The Warden signe du directeur Nima Javidi est une ballade dans un univers carceral avec un amateur de musique classique qu’il diffuse aux prisonniers qu’il administre. S’il ne s’agissait un endroit et d’une situation sinistre, cela pourrait une fable comme on aimerait s’en inventer plus souvent. Autour de cette fable une musique extraordinaire d’un jeune prodige Iranien : Ramin Kousha. Un score brillant et ennivrant, une maitrise harmonique et diplomatique des notes dans un contexte troublant. Ramin Kousha vit entre l’Iran et Los Angeles et est sans doute promis a de belles partitions, tant sa maitrise, son langage musical est sonore et perfomant. Il y a ces belles partitions et il y a des partitions qui ne laissent pas insensible et dont on peut se dire que l’on vient d’entendre quelque chose.

Ce quelque chose s’appelle The Warden, avec une tres belle bande son.

Helle Page

A prison is about to be evacuated to make room for an airport expansion project. Colonel Jahed and his officers are busy transferring all inmates to the new facility, but one inmate is missing.

Ramin Kousha is an Iranian-raised, Los Angeles based composer. Classically trained from the age of six Ramin has developed wide technical backgrounds with an expertise in unique artistic approaches including electronic and orchestral. His music is heard in numerous projects covering a variety of formats such as feature films, documentaries, TV series, and video games. Shortly after learning music theory and performing piano in various orchestras, Ramin realized his passion for composing. This eventually led him to study and work for the well-known Iranian classical composer Ahmad Pejman. At the age of 18 he decided to move to the United States to pursue his dream of film scoring. Ramin’s professional career began composing original scores for student films in college which shortly led to writing for features films. Ramin earned his bachelor of arts in music composition from California State University, Northridge.

Track List

  • 01 – Last Day In Jail
  • 02 – Countdown
  • 03 – Time To Leave This Place
  • 04 – Ultimatum
  • 05 – Pieces From The Whole
  • 06 – Looking Everywhere For Him
  • 07 – Gas Attack
  • 08 – Aftermath
  • 09 – Losing Consciousness
  • 10 – Dead End
  • 11 – We Know Everything Now
  • 12 – Suspicion
  • 13 – Light & Darkness
  • 14 – Circles
  • 15 – One More Time
  • 16 – Free Him

BRUNO DESPLAN – Album “CoHitDuÔ”

BRUNO DESPLAN – Album “CoHitDuÔ”

& Isabelle Guidon & Francois-Pierre Camin

Featuring Clotilde Rullaud

Label Plaza Mayor Company Ltd

Distribution Sergent Major Company Ltd – The Orchard

On parle de jazz mais le terme est large, tellement en globalisant…de Cole Porter aux Moulins de mon Cœur de Michel Legrand. Il vaudrait mieux parler de liberté. Le jazz est une liberté de jouer, d’interprétation. Le jazz peut s’afficher de tellement de manières. Avec la découverte du nouvel album de Bruno Desplan, je préfère parler de la liberté de ton et d’impertinence. Liberté des mots et d’images. CoHitDuo est quand même une sacre image a elle ou lui-même. Enfin cette ballade incessante, deux doigts sur le clavier d’un piano, deux voix qui se fondent et se confondent. On a de quoi faire, un bout de chemin, un bout d’évasion. Rien ne sera plus pareil. Rien ne peut se faire à la méthode de… Mais tout se fait et se défait dans des gammes plus que chromatique. Tout se transforme et se corrige en un sacre mélange d’humeur. C’est peut-être les couleurs de l’arc en ciel, peut être le rayonnement de la création. Ça joue, ca défile des mots comme des idées. Nous aimerons et salueront la liberté de vivre et de survivre aux regles établies.

Nous aimerons Bruno Desplan et son sensible CoHitDuo

Hellen Page

L’album « CoHitDuÔ » est écrit, composé, joué au piano par Bruno Desplan qui fusionne sa voix à celle de Clotilde Rullaud pour former un Quintette atypique avec ses complices le contrebassiste François-Pierre Camin et la percussionniste Isabelle Guidon,  rallié par la flutiste Nadia Feknous. Ensemble, ils concoctent un jazz sensible aux saveurs subtils, épicés de syncopes caribéennes, aux parfums d’harmonies asiatiques sur une poésie mélodique française assaisonnée de dissonances contemporaine ; qui décrit en 14 titres par le mélange des sons et des mots, les sensations sensuels, sensoriels, sentimentales et même sexuelles d’une relation amoureuse de la rencontre à l’union officielle.

  • 01 – L’Yin dans’ Yang
  • 02 – L’emotion sincere
  • 03 – (Renaitr’) sans sens
  • 04 – Partout Toujours
  • 05 – Magnetique reve
  • 06 – CoHitDuo
  • 07 – Rassure-moi !
  • 08 – Casse !!!
  • 09 – Comptine n. 4 : « Je aime toi (poeme exil) »
  • 10 – Fleurs de po-esie
  • 11 – Hymn’Intim’
  • 12 – C’est
  • 13 – Langues des mains
  • 14 – No doute no, No doute no!

IOAN STREBA – Album “BALKANS JAZZ”

IOAN STREBA – Album “BALKANS JAZZ”

Ethnic Gipsy Blues

Label Plaza Mayor Company Ltd

Distribution Sergent Major Company Ltd – The Orchard

Un vent d’Est secoué sous nos températures battues d’océan et de souffle chaud. Un vent d’Est qui s‘époumone en clarinettes, trompettes, tubas… Un vent d’Est a la façon d’un Marco Polo qui chevaucherait les grandes plaines pour nous apporter sa livraison de parfums et de richesses. Ioan Streba chevauche depuis quelques années les planches des meilleurs jazzmans de Bireli Lagrene a Thomas Dutronc ou Didier Lockwood. Grand argentier de la mouvance Gypsy Blues, ce fervent de la culture des Balkans a tant à nous dire, tant à partager. Le bonhomme est à la hauteur de son talent : chaleureux, bon vivant, aimant la vie comme un casaque aime les ciels d’aventure. Voyagez dans ce nouvel album, comme on voyagerait dans un Orient Express aux lents remous et aux velours chatoyants. Voyagez comme si vous preniez un métro en ligne directe pour Budapest ou Saint Petersbourg, car ce sont les brumes imaginaires qui ont le plus beau destin de nos rêves. Il n’y a que le souffle violent qui peut retenir les âmes et les larmes. Il y a de tout cela dans le magnifique album « Balkans Jazz – Gypsy Blues » que nous livre Ioan Streba.

Voyage garantie au pays du talent.

Hellen Page

IOAN STREBA, musicien roumain installe a Paris depuis de nombreuses années, propose avec ce projet original mêlant ses influences musicales gipsy a un jazz très moderne. Or, quoi de mieux que Paris, solidement accompagne par trois musiciens référents de la scène jazz : Philippe Milanta au piano, Bruno Rousselet a la contrebasse et Philippe Soirat a la batterie, pour tente une rencontre entre ces deux univers libres, d’ouest en est ?

La barre est placée haut, et le résultat surprenant, qui n’est pas sans rappeler la clarinette de Buddy de Franco ou d’Eddie Daniels ou des quartets de Desmond, Coltrane ou Gets…

Pour autant, il s’agit d’une musique actuelle, parfaitement originale, dans laquelle le phrase et les structures du blues imprègnent les compositions originales de Ioan, ou inversement !…

Un album riche d’un Quintet festif ou d’un Trio Ethno & Gipsy jazz blues.