Christina Goh – Nectar! (Ut Fortis Cast Recording)

CD Digital & Vinyl Collector


La musique du spectacle Ut Fortis de Christina Goh. Une série de tableaux sonores, une sélection de titres surprenants et l’essence d’une victoire intérieure rarement mise en lumière. Entre la Touraine et la Côte Est américaine, de la chanson de travail à la poésie des symboles, les invités de référence et la voix unique de Goh témoignent de ce qui n’a pas l’habitude d’être chanté et donné. C’est Nectar ! (Ut Fortis Cast Recording).

La poésie implique de Christina Goh est un message intime qui se délivre a chacun de ses albums. Son dernier opus « Nectar » est en connexion avec la prévention contre le suicide. Un acte définitif qui hôte la vie a des populations jeunes ou confrontées a des problèmes d’un société qui les rejette.

En parler est déjà un acte de courage, le chanter est un vœu pieux que ne peuvent supporter et surmonter les grandes voix. Je crois que définitivement Christina Goh est une de ces grandes voix. A l’image des âmes volontaires qui grandissent la société et rendent supportables des quotidiens fragiles. Aux armes de ces volontaires qui n’ont que foie et certitudes pour avancer avec leurs semblables.

Christina Goh vous nous ravissez encore une fois.

Hellen Page

Tracklist

1 Illusion d’une lumière     

feat. Noah Preminger
2 Down to the River He Gone
feat. Jacques Moury Beauchamp
3 Swing Low Sweet Chariot
Inspired by Wallace Willis, feat. Jacques Moury Beauchamp
4 Quand ai-je arrêté de respirer ?      
feat. Gotham Djembé, Maxime Perrin
5 Ut Fortis
feat. David Perraudin
6 La Fleur
feat. Catherine Capozzi       
7 Love Song
Inspired by James Russell Lowell, feat. Mary Bichner
8 Fleur d’eau
Inspired by Marcelline Desbordes-Valmore, feat. Les Passeurs de Légendes, Catherine Capozzi, Maxime Perrin
9 Ce n’est plus moi que j’abandonne          
10 Finale
feat. Mary Bichner

Nectar! (Ut Fortis Cast Recording) – UT FORTIS show https://utfortis.christinagoh.com/le-spectacle-solidaire
* UT FORTIS (latin) : “Si courageux” / “so brave”

Christina Goh official website www.christinagoh.com

SONY AND TENCENT’S JV LABEL, LIQUID STATE, HIRES VICTOR LEE AS ITS NEW MANAGING DIRECTOR

Liquid State – the joint venture label co-owned by Sony Music and Tencent Music Entertainment – has a new boss.

Liquid State has announced today (October 8) that it’s hired Victor Lee as its new Managing Director, as it aims to become “the top electronic dance label” in Asia.

Hong Kong-based Lee was previously VP of International Streaming and Marketing at Mike Caren’s APG (Artist Partner Group).

Lee succeeds Gunnar Greve as Managing Director of Liquid State. MBW understands that Norway-based Greve exited as the Sony/Tencent company’s MD in May, following two years in the role.

Victor Lee will now take responsibility for discovering and developing Asian electronic artists at Liquid State, as well as providing opportunities for international artist collaborations. He will report to Andrew Chan, Managing Director of Sony Music, Greater China.

“Victor is an experienced and successful music industry executive who brings with him extensive experience across various regions as well as a track record of developing successful labels,” said Chan.

“With Victor joining, we look forward to fostering more domestic Electronic Dance Music talent in Asia and expanding the number of international collaborations.”

Lee brings over 30 years of music industry experience to Liquid State, having supported artists such as Avicii, Bob Sinclar, Kylie Minogue, Gucci Mane, Wyclef Jean and Whitney Houston during his career.

At APG, the exec managed the firm’s international relationships with Spotify, Apple Music, Amazon Music, Deezer, QQ Music, JOOX, KKBOX, and others in Asia, whilst also working to maximize global streams for the likes of Ava Max, Bazzi and Charlie Puth.

From 2013-2019, Lee joined At Night Management and co-founded PRMD Music, the label home of the late Tim Bergling, a.k.a. Avicii.

Under PRMD Music’s partnership with Universal Music Group, Lee spearheaded the marketing campaigns for Avicii’s debut album True – including the huge hit Wake Me Up – and the artist’s second studio album, Stories.

As Global COO of PRMD Music, Lee also managed campaigns for releases by Wyclef Jean, Cazzette, Syn Cole, MORTEN and US DJ/producer Deorro. The latter artist’s Five Hours and Five More Hours singles (featuring Chris Brown) have generated more than a billion global streams to date.

“Electronic Dance Music is an important music genre that we believe has a lot of potential for growth,” said Andy Ng, Group Senior Adviser, Tencent Music Entertainment.

“Victor’s appointment will bring us a step closer to our ambition of becoming the top electronic dance label in the region, developing new fans and providing more opportunity for local talents to showcase their work.”

Added Lee: “With the combined resources and expertise of Sony Music, Tencent Music and Liquid State, we are uniquely placed to provide the deep bench of untapped electronic talent in Asia with a pathway to the global success they deserve.

“Likewise, we can enable international artists to unleash the huge potential which lies within the Asian market. As such, I am thrilled to be working alongside Andrew Chan and Andy Ng in taking Liquid State into its next phase at, what is, an amazing moment in the history of the Asian music market.”

PADRE CONFIOLI – Album I Messagi di Medjugorje

“Medjugorje Project” is a record work to celebrate the thirtieth anniversary of the apparitions in Medjugorje.
There are thirty songs with the original texts taken from the messages of the Madonna.
The lyrics of the songs are assembled by reducing the messages of a year (on the 25th day of each month) into a song, plus some small additions of personal messages to the various visionaries of Medjugorje.
They are three music CDs with 10 songs each, for a period of thirty years…
The Queen of Peace be with us!
Giuseppe Cionfoli, aka Padre Cionfoli!

Un temps de prière, un temps de réflexion… Pas nouveau mais salutaire en certaine période comme la nôtre. La voix du Padre Giuseppe Cionfoli rempli son message de douceur et des points cardinaux qui nous amené a vivre les uns avec les autres. Un message de la Madonne Medjugorje. Message qui revient chaque année lors de pèlerinage et manifestations religieuse en Mars. Pour nous préparer au message de Medjugorje en Mars prochain, le Padre Giuseppe Cionfoli nous conduit sur chemin de prière et de réflexion en 3 albums. Le premier album vient de sortir, un sortira début de Décembre et un autre début Mars.

Ainsi le triptyque spirituel aura forme son vœu et son cheminement intérieur.

En paroles, en recueillement, en invitation à la prière : La pregheira…. Ces thèmes fort en chanson qui pourraient être des pop song, devrait nous amener à une sagesse personnelle. Régulièrement ces chants ont concouru dans les Festivals de Pop songs comme San Remo. Un moment ou les genres se confondent et finalement ou la profondeur des mots côtoie la légèreté de notre espèce.

Un moment d’existence a approfondir.

Hellen Page

Short Presentation – “Padre” CIONFOLI

GIUSEPPE “Father” CIONFOLI is a “songwriter of God” by vocation.

Wearing his friar’s habit, he was chosen in 1981 by the television show “Domenica in” to participate in a competition of new voices. The song performed was “Nella goccia entra il mare” which spoke of the concrete experience that the Christian makes of God when he allows him to enter his own small drop of himself letting himself be filled.

Cionfoli’s success was immediate, so much so that he was called the “Minstrel of God”.

Participation in the Sanremo Festival, 1982 edition, was a must, with “Solo Grazie”: a song to life. Of that edition of the Sanremo festival “Father” Cionfoli was the moral winner, so much so that in a short time “Solo Grazie” arrived at the top of the charts of the best-selling records in Italy and in the world. Cionfoli in that period devoted a lot of space to preaching, participating in meetings for young people and prayer-meetings organized by parishes, dioceses or groups of Catholic inspiration for charity purposes.

There are also numerous tours abroad (Canada, Australia, the United States and Europe). One of the most exciting experiences of that year was the concert held in the Bari stadium, which was also attended by Mother Teresa of Calcutta.

In 1983 he participated in his second Sanremo festival with the song “Shalom”, invoking peace.

Also to be remembered: his participation in the Sanremo 1994 festival with “Squadra Italia” (in a song on the fundamental values of the family) and his passion for art with the creation of paintings and sculptures inspired by Padre Pio.
Witnesses of his works were Federico Fellini, Alberto Sordi and Mike Bongiorno. Some sculptures are exhibited in various Italian cities.

JERUSA BARROS Album “Ilhas (Isole).. A new Capo Verde voice…

Cape Verdean by birth and Palermitan by adoption, Jerusa Da Conceiçao Barros is a singer and songwriter who with her artistic and biographical experience represents a valuable synthesis between Creole Africa and the heart of the Mediterranean. Her music is imbued with both Cape Verdean colours and rhythms as well as the warmth of Mediterranean sounds, capable of creating a completely new formula for Italian songwriting.

Les sentiers escarpes du Capo Verde dansent encore au son de Cesaria Evoria. Mais c’était sans compter sans ses flammes de l’au-delà pour chalouper le cœur tango de ses peuples accroches a leur rivage.

De nouvelles voix, de nouveaux visages ont imagines une ile baignée de soleil et de poésie. Une ile ou la musique est le cœur et l’âme de ses habitant.

Une voix s’est levée, celle de Jerusa Barros. Un de ses destin qui s’est mis a traverser la Méditerranée pour se trouver un port d’attache. Avec des refrains balances elle promène son album « Ilhas (Isole) » au grès des vents et des marées. C’est une chaloupe en mer, une bouteille d’espoir et un appel pour des lendemains.

Une escale dans ses sillons « Di un solo colore », magie des mots pour une mélodie qui nous ramène a nos couleurs de peau de d’horizons. Une contest song tellement poétiques, que les lumières qui s’allument dans les yeux ne sont que beautés et pépites de plaisir.

On ne peut pas en vouloir a la vie, après ses messages d’humeur et d’amour.

Merci Jerusa Barros, de nous apporter ce vent frais venus d’ailleurs…

Hellen Page

She combines the Sicilian popular repertoire, as an interpreter of Rosa Balistreri, and the Cape Verdean popular repertoire, as an interpreter of Cesaria Evora, Teofilo Chantre, Ildo Lobo, Tetè Alhinho, Mario Lucio and all the great names that have contributed to making the Cape Verdean music known to the whole world. This period of great artistic growth finds further fulfillment in 2001 through the creation of the band (voice, guitar, bass, piano and percussion) “Cabeça Negra”, thanks also to the strong feeling with her life partner Francesco Cimino.
With this band, the singer ventures for the first time in the writing of songs, especially Cape Verdean texts that speak of her life, of her being in fact foreign in Cape Verde and “twice islander”, and of all the suggestions related to this: the wind, the sea, the land, the travel as a spiritual condition. The rediscovery of her mother tongue is of particular importance, both in her life and in her songs.

Jerusa says: «I wanted to talk about myself and my life and I started writing songs like “Estranjera cabverdiana”, which talks about my being a foreigner in Cape Verde, or “Em que lingua vou falar”, in which I asked myself in what language I had to speak when I met a sister in Cape Verde that I had never met before». It is a successful mix of Cape Verdean rhythms and Mediterranean sounds in the name of original and contemporary world music, that brings Cabeça Negra onto several important stages.

INGROOVES HAS BUILT ITS OWN AI MUSIC MARKETING TECHNOLOGY – AND BEEN GRANTED A PATENT FOR IT

Just ask Spotify: earlier this month, discovered that the music streaming platform had been granted a patent in the US for a new karaoke-like feature that allows users to “overlay a music track with their own vocals”.

That came after Spotify successfully filed another US patent, for a TikTok-esque fuction that would allow users to create “video moments” accompanied by music within the Spotify app.

Today we discover that another large-scale music company has secured what it describes as a “game-changer” patent in the US.

That company is Ingrooves Music Group, the Universal-owned music marketing services and distribution firm that works with a host of successful indie labels and artists.

The patent – which you can read in full through here – is for AI-powered marketing technology.

According to Ingrooves, it exclusively secures the company the rights for a proprietary method of using artificial intelligence to “detect significant shifts in audience engagement and identify high-value streaming audiences”.

In other words, Ingrooves’ invention identifies audiences who have a high likelihood of deepening their engagement and becoming long-term fans of individual artists.

Ingrooves can then advise its clients about their marketing strategies accordingly.

The tech relies on aggregate reporting data that contains no personally identifying information, ensuring that it is fully compliant with GDPR and CCPA rules.

“For the entire music industry, the biggest problem everyone has is how do you efficiently and effectively market in a world where over 60 million tracks are available at all times to consumers, and the principal relationship with the consumer is controlled by other companies, namely, the DSPs,” said Ingrooves CEO, Bob Roback, speaking to MBW.

“Core to [solving] that challenge for us was to focus on a strategy around not just gathering enormous amounts of data and trying to present them beautifully in an aggregated dashboard, but really try to move to the stage where we could actually help our clients make better decisions.”

“There’s value in a patent portfolio, but we’re not trying to invent for the sake of invention”, added Roback.

“We are trying to solve a very real business problem, so I can sit with an independent label head, artist manager and say, ‘By working with our platform, and insights and team, you are able to make much better decisions, spend your money more wisely, and respond to marketing opportunities more quickly’… The patent is formal recognition that this is an innovative and protectable approach that we’ve taken.”

Ingrooves has already started to integrate the new tech within its ‘Trends Now’ platform, which is described as “an algorithmic newsfeed of essential activity happening across a labels’ or artists’ music and fans”.

Additionally, later this year, Ingrooves plans to embed the freshly-patented technology into a new, proprietary ad-buying solution within the company’s Dispatch marketing platform, which was upgraded last month.

DJ THOR &TONY CORIZIA Albums “Odyssey (Ancient Beats & Myths)”

DJ THOR & TONY CORIZIA

Album “Odyssey (Ancient Beats & Myths)

Featuring Ian Anderson, Remo Anzovino, Jerusa Barros, Stefano Bollani, Cesaria Evora, Giusy Ferreri, Bruno Lauzi, Dorota Miskievcz, Gianni Morandi, Fabrice Quagliotti, Massino Ranieri

Label Plaza Mayor Company Ltd

Distribution The Orchard – Sergent Major Company Ltd

Cd Digital & Cd Physical

Extrait “ONDA SU ONDA » created by Paole Conte

Le temps s’écoule plus lentement et trépidant comme des perles de pluies. Une musique fluide, du tempo a fuir et des ses mélodiques qui nous reviennent en mémoire perdue et maintenant retrouves.
Onda su Onda, la voix de Paole Conte, quelle merveille, Cesaria Evoria et un swing imperturbable, Massino Ranieri,… et tant d’autres…quelle belle histoire de ressusciter ses immenses vestiges de la chanson. De redonner couleur et force a des images et des pensées que nous avons dépensée a une époque et qui reprennent la dimension de leurs espoirs ici sur des tempos fin. Remo Anzovino encore une touche spéciale, italienne, mélodique et vocale comme un San Remo la nuit, un virage de la Baie des Anges, une langueur des plages de Rimini.
Les tempos acidulés, les platines accrochées ont finalement du bon. Un prolongement de nos voyages intérieurs, un regard électronique certes, mais tellement solidaires du temps qui vient et que l’on ne peut arrêter.
DJ Thor & Tony Corizia sont des allies parfait de ce moment que l’on voudrait éternité.
A écouter absolument leur Album « Odyssey (Ancient Beats & Myths)
Hellen Page

The sound of Dj Thor meets that of bassist and international producer Tony Corizia in a new 18-track concept album titled “Odyssey (Ancient Beats & Myths)”.
The two well-known artists – who are not new to major musical projects together – this time, inspired by Homer’s Odyssey, musically address the theme of travel.
During the long quarantine period, isolated in their own studios and connected to each other only through the internet, they have made together, note after note, this long album of an almost 80-minute lenght.
A current original and very visionary sound path where they explore different places, emotions and cultures through music, virtually as in Ulysses’ journey, without moving physically but only in a musical sense that recreates those emotions and sensations.
The themes of sea and nature strongly return throughout the album.
Refined electronic atmospheres, unique ethnic sounds typical of Anatolia along with instruments such as the duduk and forays into chill out music, afrohouse and progressive house with an inevitable touch of pop and jazz that turn some of the tracks into possible radio hits.

Virtually coming out from the Mediterranean Sea and sailing beyond the Pillars of Hercules to Capo Verde, whose music inspires part of this journey, as in the case of Gianni Morandi and Cesaria Evora, who duet together in a classic Cape Verdean, or Giusy Ferreri who sings Creole along with the sensual voice of Jerusa Barros in a brand new remixed track.
International taste in the arrangements and lots of Italian music revisited in a very modern and experimental key: the voice of Massimo Ranieri in an electronic tango with an r’n’b groove, the unmistakable voice of Bruno Lauzi in an electro swing version of “Onda su Onda”.
High level chill out in “Daleko” with pianist and composer Stefano Bollani, the flute of the legendary Ian Anderson of Jethro Tull and Tinkara that intertwine in a classic house piece.
Some tracks are steeped in mystery, inspired by the oldest places in the eastern Mediterranean and with very modern arrangements, typical of the Burning Man Festival.
Another very interesting song on the album is “Stay”, arranged and written by the two artists with the electronic disco dance guru Fabrice Quagliotti of the legendary french group Rockets.

On the album there are also several narrative voices (in English and Italian) from strong cinematic flavor, mention the ancient Homeric poem and a truly inspired poem of the early Twentieth Century.
The album ends with “Götterdämmerung” (or “The Twilight of the Gods”), a name inspired by Richard Wagner, the “trait d’union” between the Nordic mythology – from which the same Dj Thor has drawn inspiration for his name – and the very similar ancient Mediterranean myths (to which, instead, the Odyssey is inspired).

Several hidden and cultured quotes, many emotional musical visions for this long virtual journey, born during the long Spring 2020 quarantine.

Thor (who currently records with Plaza Mayor Company Ltd) is an international DJ and musician, based in Rimini and Riccione. He has performed with his music in Italy, the United Kingdom, Turkey, the United States, the Principality of Monaco, Germany and Japan.
He is the resident DJ of “Villa delle Rose” in Misano and “Peter Pan Club” in Riccione: two Italian reference clubs on the world scene.
Tony Corizia, bass player and producer, well known in the international music scene, member of the italian rock band “MotelNoire” (an album for Sony Music ) and co-author and bass player for Rockets’ “Kids from Mars”. Over time, among others, he has collaborated with Steve Bush (Stereophonics), Bill Rieflin (R.E.M.), Federico Zampaglione (Tiromancino), Jake la Furia (Club Dogo) just to name a few.
In the past the two artists composed and produced together the music for BATMAN “Dark Tomorrow” (Kemco / DC Comics / Warner USA) in collaboration with Tot Taylor and the Royal Philharmonic Orchestra, at the Abbey Road Studios in London and later in Tokyo.
Together they also started the international project Hit-Aliens in 2004 and released the single “Es la colegiala” (FullFX / Warner Music) with the “cameo” by Chuck D (Public Enemy).

The international producer Alberto Zeppieri played the role of “diplomatic agglomerator” beetwen the two and the several artists who take part in the album adding their featurings.

L’inquiétante trajectoire de la consommation énergétique du numérique

Le Conseil général de l’économie, de l’industrie, de l’énergie et des technologies (CGEIET) a publié en novembre un rapport sur la consommation d’énergie du numérique en France. L’étude recense le parc, liste les consommations et en déduit leur montant global.

Les résultats sont plutôt rassurants. Par rapport à 2008, la consommation numérique au niveau national semble stabilisée.

Les transformations en cours (croissance des usages vidéo, « numérisation de l’économie », « plate-formisation », etc.) ne semblent pas avoir de conséquences sur la dépense énergétique.

Un constat qui s’expliquerait par les gains en efficacité énergétique, et par le fait que la progression de la consommation des smartphones et data centers a été compensée par le déclin des télévisions et des PC.

Ces conclusions, au premier abord optimistes, méritent toutefois un examen plus approfondi.

61 millions de smartphones en France
Avant tout, voici quelques repères donnés par le rapport pour appréhender l’ampleur du parc numérique français. Le pays compte 61 millions de smartphones en service, 64 millions d’ordinateurs, 42 de téléviseurs, 6 millions de tablettes, 30 millions de box… Ces volumes déjà importants sont toutefois à prendre avec des pincettes, les auteurs du rapport estimant avoir fortement sous-évalué les équipements professionnels.

Le rapport prévoit dans les prochaines années une croissance du parc de smartphones (notamment chez les personnes âgées), une baisse de celui des PC, la stabilisation des tablettes et une saturation du temps passé sur écran (qui s’établit aujourd’hui à 41h/semaine).

Le texte suggère néanmoins de rester attentif, notamment sur les nouveaux usages : la vidéo 4K puis 8K, les jeux sur cloud via 5G, la voiture connectée ou autonome, l’installation grandissante de centres de données en France et le stockage de données… Une hausse de 10 % de la vidéo en 4K en 2030 produirait à lui seul une hausse de 10 % de la consommation électrique globale du numérique.

Nous pensons que ces conclusions rassurantes doivent être pour le moins tempérées, pour trois principales raisons.

L’efficacité énergétique, pas éternelle
La première est l’efficacité énergétique. Le célèbre énergéticien Jonathan Koomey a établi en 2011 que la puissance de calcul par joule double tous les 1,57 ans.

Mais cette « loi » de Koomey résulte d’observations sur quelques décennies seulement : une éternité, à l’échelle du marketing. Pourtant, le principe de base du numérique est toujours le même, depuis l’invention du transistor (1947) : utiliser le déplacement des électrons pour mécaniser le traitement de l’information. La cause principale de la réduction de la consommation est la miniaturisation.

Or, il existe un seuil minimal de consommation d’énergie physique pour déplacer un électron, dit « minimum de Landauer ». Un tel minimum théorique ne peut être qu’approché, en termes technologiques. Ce qui signifie que l’efficacité énergétique va ralentir puis s’arrêter. Plus la technologie le côtoiera, plus les progrès seront difficiles : on retrouve en quelque sorte la loi des rendements décroissants établie par Ricardo voici deux siècles, à propos de la productivité de la terre.

La seule manière de surmonter la barrière serait de changer de paradigme technologique : déployer l’ordinateur quantique à grande échelle, dont la puissance de calcul est indépendante de sa consommation énergétique. Mais le saut à accomplir est gigantesque et prendra des décennies, s’il se produit.

Une croissance des données exponentielle
La seconde raison pour laquelle le constat du rapport est à relativiser est la croissance du trafic et de la puissance de calcul appelée.

Selon l’entreprise informatique américaine Cisco, le trafic décuple actuellement tous les 10 ans. Suivant cette « loi », il sera multiplié par 1 000 d’ici 30 ans. Aujourd’hui, un tel débit est impossible : l’infrastructure cuivre-4G ne le permet pas. La 5G et la fibre optique rendraient possible une telle évolution, d’où les débats actuels.

Regarder une vidéo sur un smartphone implique que des machines numériques – téléphone, centres de données – exécutent des instructions pour activer les pixels de l’écran, générant l’image et son changement. Les usages du numérique génèrent ainsi de la puissance de calcul, c’est-à-dire une quantité d’instructions exécutées par les machines. Cette puissance de calcul appelée n’a pas de rapport évident avec le trafic. Un simple SMS peut aussi bien déclencher quelques pixels sur un vieux Nokia ou un supercalculateur, même si bien entendu, la consommation d’énergie ne sera pas la même.

Dans un document datant déjà de quelques années, l’industrie des semi-conducteurs a tracé une autre « loi » : celle de la croissance régulière de la puissance de calcul appelée à l’échelle mondiale. L’étude montre qu’à ce rythme, le numérique aurait besoin, en 2040, de la totalité de l’énergie mondiale produite en 2010.

Ce résultat vaut pour des systèmes pourvus du profil moyen de performance de 2015, date de rédaction du document. L’étude envisage aussi l’hypothèse d’un parc mondial pourvu d’une efficacité énergétique 1000 fois supérieure. L’échéance ne serait décalée que de 10 ans : 2050. Si l’ensemble du parc atteignait la « limite de Landauer », ce qui est impossible, alors c’est en 2070 que la totalité de l’énergie mondiale (en date de 2010) serait consommée par le numérique.

Numérisation sans limites
Le rapport ne dit pas que les usages énergivores ne sont pas quelques pratiques isolées de consommateurs étourdis. Ce sont des investissements industriels colossaux, justifiés par le souci d’utiliser les fantastiques vertus « immatérielles » du numérique.

De toutes parts, on se passionne pour l’IA. L’avenir de l’automobile ne semble plus pouvoir être pensé hors du véhicule autonome. Microsoft envisage un marché de 7 milliards de joueurs en ligne. L’e-sport se développe. L’industrie 4.0 et l’Internet des objets (IdO) sont présentés comme des évolutions irréversibles. Le big data est le pétrole de demain, etc.

Or, donnons quelques chiffres. Strubell, Ganesh & McCallum ont montré, à partir d’un réseau de neurones courant utilisé pour traiter le langage naturel, qu’un entraînement consommait 350 tonnes de CO₂, soit 300 allers-retours New York – San Francisco. En 2016, Intel annonçait que la voiture autonome consommerait 4 petaoctets… par jour, sachant qu’en 2020 une personne génère ou fait transiter 2 GB/jour : 2 millions de fois plus. Le chiffre annoncé en 2020 est plutôt de 1 à 2 TB/heure, soit 5000 fois plus que le trafic individuel.

Une caméra de surveillance enregistre 8 à 15 images/seconde. Si l’image est de 4 Mo, on arrive à 60Mo/s, sans compression, soit 200 Go/heure : c’est tout sauf un détail dans l’écosystème énergétique du numérique. Le rapport EDNA de l’IEA pointe ce risque. La « vidéo volumétrique », à base de caméras 5K, génère un flux de 1 To… toutes les 10 secondes. Intel estime que ce format est « le futur d’Hollywood » !

Le jeu en ligne consomme déjà plus, en Californie, que la puissance appelée par les chauffe-eau électriques, les machines à laver, les machines à laver la vaisselle, les sèche-linge ou les cuisinières électriques.

Journalisme : révolte dans les rédactions et tentation de l’activisme #BLM

L’évènement #BlackLivesMatter est en train de tout dominer dans les rédactions en Amérique et rapidement en Europe. Sous la pression des jeunes générations, l’incandescence du mouvement social #BLM y fait émerger actuellement une tentation, voire une revendication, d’activisme, qui dépasse désormais les frontières des Etats-Unis.

Là-bas, le débat fait rage depuis la publication en fin de semaine dernière par le New York Times d’un op-ed d’un sénateur républicain appelant à la fermeté absolue contre les manifestants. La rédaction s’est révoltée, le responsable des pages édito a démissionné. D’autres titres US ont fait partir des cadres dirigeants. Le Washington Post se pose des questions.

La traînée de poudre a immédiatement gagné le Canada. En quelques jours chez eux, la colère des journalistes afro-américains, amérindiens, autochhtones, d’origine asiatique a éclaté pour réclamer une modification des normes et pratiques journalistiques, notamment dans les médias anglophones.

« Ils veulent casser la baraque », nous disait cette semaine une dirigeante de l’info d’un grand groupe de médias.

Car il ne s’agit pas seulement, pour les journalistes des minorités de s’exprimer davantage ou d’avoir plus de visibilité dans les rédactions trop peu inclusives, mais bien de favoriser une couverture activiste et engagée contre l’immoralité. Certains journalistes et animateurs n’hésitent plus à « vider leur sac à l’antenne » des radios ou des télés. Les journalistes posent un genou à terre sur les réseaux sociaux.

Les responsables éditoriaux essaient de comprendre, tentent de lutter contre cette tentation de l’engagement et de changement des règles déontologiques, voire de risque de marginalisation si des prises de position sont prises. Mais tout le monde n’est pas sur cette ligne.

La pdg de CBC/Radio Canada, Catherine Tait, s’est engagée par exemple à ce que 50% des nouvelles recrues de la rédactions de l’audiovisuel public canadien viennent désormais des minorités.

“Au lieu de faire comme d’habitude, les journalistes doivent mettre de côté leur longue histoire d’amour avec l’objectivité et apprendre à se situer par rapport à leur histoire sociale, leurs relations et leurs obligations. Les journalistes doivent reconnaître que ce qu’ils pensent être un fait est profondément lié à qui ils sont et d’où ils viennent au sens large et spécifique du terme.

En outre, les journalistes doivent employer ce que nous appelons un journalisme systémique qui couvre les événements et les questions non pas comme des événements ponctuels, mais comme des intersections de systèmes et de structures sociétales qui ont une histoire. Cela signifie qu’ils doivent enquêter sur des histoires que beaucoup n’ont pas apprises et ne connaissent pas.”, écrivent cette semaine deux professeurs émérites de journalisme au Canada.

Vous l’avez compris, il n’est donc plus question pour les insurgés de présenter « de manière neutre », pire « objective », des faits ou des points de vue opposés, mais bien de prendre position au nom de la morale. L’éditorialisation des reportages n’est pas loin. Aux Etats-Unis, la polarisation de la société, déjà très marquée par l’opposition idéologique des grandes chaînes d’infos, se renforce.

Les jeunes, qui nous reprochent, souvent avec raison, notre mollesse sur les grands sujets de l’époque (climat, racisme, inégalités sociale, genres, …) et nos ratages sur tout ce qui n’est pas « mainstream », sont à la manœuvre. Y compris désormais sur TikTok. Tout simplement car ils sont bien plus confrontés 24/7 dans les réseaux sociaux à l’âpreté des débats. Et Ils n’ont pas tort non plus de nous rappeler que dans les années 30 les grands correspondants de la presse internationale installée à Berlin n’ont pas su alerter le monde.

EHA – Album Paris Rio New York

EHA – Album Paris Rio New York

Label Plaza Mayor Company Ltd

UNE MUSIQUE SANS FRONTIERES, UN ALBUM QUI TRANSCENDE LES GENRES ‘

Dans la course aux étoiles j’ai nommé EHA, un parcours original, symbolique des mondes qui nous entourent. Puissant, énergique et vivifiant comme une claque aux mauvaises pensées. Les cuivres qui pourraient n’être qu’un souvenir d’enfance, reviennent et on ne s’en lasse pas. Du jazz et pas que… EHA développe un tour du monde de musiques et de musiciens talentueux. Cacau de Queiroz, Philippe Coignet, Michel Alibo, Damien Schmitt, Mike Stern, Minimo Gary, Juan Manuel Forero, Mario Contreras, Andy Narrel, Rubinho Antunes, Sulaiman Hakim, Lionel Segui.

Un album envole porte par la guitare magique de Philippe Coignet, un orfèvre qui s’est entoure d’un tour du monde des talents. Mike Stern est venu soutenir ce projet.
Il y a du merveilleux, de l’incandescent et de la décence dans cette respiration inattendue. Dans notre monde asphyxie, il y a quelques étoiles qui se mettent à scintiller. Des perles de nuits, des perles d’envies de changements, de puissances d’arc en ciel de bonheur. On se perdra volontairement dans les chemins sonores qu’emprunte EHA, un mélange de couleur et de passions. Nous avons besoin de ce tourbillon de sons pour réveiller notre imaginaire, EHA l’a fait. Nous avons besoin de plus de tout, d’amour, de dimensions, de visions et EHA l’a conduit.
Ouvrez vos âmes et vos oreilles a ce flux impétueux.
Hellen Page

Pour le troisième album d’EHA, groupe très représentatif de la scène multi-culturelle du Paris des années 2000, le guitariste et compositeur Philippe Coignet a réuni un line up international et exceptionnel : Mike Stern (USA, guitare), Cacau de Queiroz ( Brésil, saxophones et flute), Minino Garay (Argentine, percussions), Michel Alibo (Martinique, basse), Andy Narell (USA, steel pans), Leandro Aconcha (Suisse, claviers), Damien Schmitt (France, batterie), Mario Contreras (Chili, percussions, tiplé), Juan Manuel Forero (Colombie, percussions, voix), Lionel Segui (France, trombone, tuba), Sulaiman Hakim (USA, sax), Rubinho Antunes (Brésil, trompette)

Paris Rio New York est la fusion parfaitement réussie entre World Music, Jazz et Funk, sons électriques et acoustiques, on peut parier qu’une partie des titres de cet album deviendront des standards

‘ PUISSANT, INVENTIF ET SIMPLEMENT BEAU, LE MEILLEUR DU WORLD JAZZ … EXPLOSIF ! ‘

Titres

  • 01 – 1984 – Fanfare
  • 02 – Mars
  • 03 – Missie Didie
  • 04 – Nuits Magnetiques
  • 05 – 1984 – Funky cover
  • 06 – 2 Stars in my Skies
  • 07 – Celeste A
  • 08 – Toronto Layover
  • 09 – Dudatjo
  • 10 – Plain Dance
  • 11 – Queen of my Nights

CHRISTOPHE KITTLER – Album “PLACES”

CHRISTOPHE KITTLER – Album “PLACES”

Des places et des musiques…

Label Plaza Mayor Company Ltd

Les places, petites places de nos mémoires, grandes places des espaces de nos villes et rivages… On a tous en souvenirs des endroits heureux ou malheureux, mais endroits ou nous avons laisse les empreintes de nous et de notre vie. Pourquoi pas en faire un disque, comme on pourrait en faire un roman. Extravagances ou juste petite histoire courte du quotidien. Passionnément et tendrement un retour sur l’instant que les meilleurs appareils photographiques ne sauraient capter. Un mélange de mélancolie comme les poètes enveloppes de leurs manteaux pourraient en offrir. Christophe Kittler emmitouflé dans ses mélodies de bord de mer a pu retracer pour nous les notes de ses ambiances. Un rien romanesque, un rien chevaleresque ce sont toutes les routes que nous avons empruntées un jour. Cela fait un paysage musical, comme un paysage tout court. Partons le temps d’un voyage sur ces places-là.

Hellen Page

“Une flânerie contemplative, romantique, parfois mélancolique sur les chemins de mots choisis… 

Pour découvrir l’univers de Christophe Kittler, il faut partir du monde sensible de sa musique et déguster ses œuvres sur toutes les plateformes musicales.
Son amour du travail bien fait, de la lecture, l’ont amené à jouer avec notre belle langue française, et quoi de mieux que la poésie pour faire flirter sens et sonorités.
Seul un musicien dans l’âme arrive à ce point à nous faire pénétrer dans un champ poétique où chaque mot a été minutieusement élu.”

Prolongement de l’univers poétique de Christophe Kittler et de son recueil de poésie “Des rires aux fenêtres”, le nouvel album “places” nous propose un monde sensible de musiques instrumentales, une flânerie contemplative, romantique, de bords de mers, d’iles et d’océans aux horizons reposants…

  • 01 – Cabourg
  • 02 – Virginie
  • 03 – Re
  • 04 – Canet
  • 05 – D’Yeu
  • 06 – Pernmarch
  • 07 – Bormes
  • 08 – Ville d’hiver
  • 09 – Point du Raz
sdr