PARADISE WAR: The Story of Bruno Manser (Original Motion Picture Soundtrack)

PARADISE WAR: The Story of Bruno Manser
(Original Motion Picture Soundtrack)
Director Niklaus Hilber
Music composed by Gabriel Yared
Label Plaza Mayor Company Ltd
Distribution Sergent Major Company Ltd – The Orchard

La fluidité des grands maitres. Le geste précis et toujours un petit air qui revient a la source, a la mémoire. Gabriel Yared est un de ces maitre de musique. Les compositeurs français ont mis en mémoire et en action quantité de films, qui sans les musiques, ritournelles, ne seraient pas ce qu’ils sont. Oui les compositeurs français sont passes des experts dans cette mémoire musicale. Oui Gabriel Yared est le parfait exemple d’une mélodie, d’un mouvement et d’une suite d’images. On pourrait croire a des orchestres Philharmonique, Symphonique, lourd, difficile a gérer ; Il n’en est rien. La simplicité, rien que la simplicité mais la précision et l’horizon devant soi. Le score de Paradise War, va s’inscrire dans les records de Gabriel Yared et certainement dans les records des sorties en salles de ce film riche et percutant. Image sublimes, histoires vraies et la conscience qui s’éveillent aujourd’hui avant demain et les lendemains.
Il y a une partition, il y a un vertige d’image… d’un grand film a une grande musique, une alchimie s’est créée. Un vent d’espoir et un temp de douleur qui vont se transformer en une formidable aventure mélodique.
Ecouter et regarder ensuite ou avant ou après… Mais n’oubliez pas vous avez un grand score d’un des plus grands compositeurs français : Gabriel Yared.
Hellen Page

1984: Searching for an experience that goes deeper than the superficiality of modern civilization, Bruno Manser travels into the jungles of Borneo and finds it with the nomadic Penan tribe. It is an encounter that changes his life forever. When the existence of the Penan is threatened by relentless deforestation, Manser takes up the fight against logging with a courage and determination that makes him one of the most renowned and credible environmentalists of his times. Eventually, it costs in him everything. Based on a true story.

Gabriel Yared Note

When Niklaus sent me a short 15-minute teaser of his film, I was immediately struck by the beauty and majesty of the images, and inspired by the authenticity of the tribes and the lead actor. I dived into this project straight away, putting all my energy and consciousness into searching for the right music. I thought it was important for me not just to “collaborate”, but to bring all my skills to help defend the film, the tribes, and the forests. Niklaus made so much space for the music, and allowed me the freedom to express the spirit of the forests, and the emotions of the Penan through my composition.

Although we have almost lost these tribes and the forests, we have gained a truly remarkable film, which I hope will make audiences around the world understand and wake up to these important environmental issues. I feel honored to have been a part of this journey, and to have had the wonderful opportunity to write the most beautiful themes I could.

https://www.instagram.com/plazamayorcompany/?hl=en

L’UOMO DEL LABIRINTO / INTO THE LABYRINTH (Original Motion Picture Soundtrack)

L’uomo del Labirinto / Into The Labyrinth
(Original Motion Picture Soundtrack)
Director Donato Carrisi
Cast Dustin Hoffman, Toni Servillo…
Music Composed, Orchestrated & Conducted by Vito Lo Re
Orchestra: Bulgarian National Radio Symphony Orchestra
Label Plaza Mayor Company Ltd
Distribution Sergent Major Company Ltd – The Orchard

Les plus belles pages d’écritures s’écrivent dans les tourments et les cheminements de la mémoire. Tourment du quotidien qui tente de se faire place aux lumières des regards présents. Mémoire qui vacille et qui chemine dans des décor de carton pates et des miroirs de la félicite. Vito Lo Re a écrit et dirige sa musique au travers des violons du Bulgarian Radio National Orchestra. Son écriture suit le chemin des caméras de Donato Carrisi qui entre et polar et couloir sombre dépeint des caractères. La baguette de Vito Lo Re s’est attarde sur le symphonique des situations, sur la mélodie de la vie. Une baguette de chef d’orchestre qui dirige quarante à soixante musiciens dans la solitude du créateur. La fausse note ne pleut être ici ou là, la fausse partition serait dans le regard du spectateur. Déployer du talent pour cultiver le mystère et le partage. Déjouer le temps pour fondre en quelques mesures la synthèse musicale d’une passion. Chef d’orchestre et chef de musique. C’est ainsi que je nommerais le travail immense de Vito Lo Re. Un regard et une tendresse a la mesure du livret d’image de Donto Carrisi. Bravo Maestro.
Hellen Page

The film tells the sotry of Samanta (Valentina Belle) who’s abducted on the way to school by a giant rabbit. Fifteen years later, she’s in hospital, in shock but alive, with Doctor Green beside her trying to help her remember. Together, they negotiate Samantha’s memories of the labyrinth, an underground prison, apparently with no way out, in which someone forced the young woman to play games and solve riddles and puzzles, rewarding her successes and punishing her failures. Also eager to sole the mystery is Bruno Genko, a private investigator with a surprinsing talent. He doesn’t have much longer left to live and, as such, Samatha’s could be the last case Bruno work on…

       Each soundtrack has it’s own concept and from that notion the music attempts to express the visual and aesthetic idea of the director. The more the director is a perfectionist, the more the work of the composer becomes extremely challenging and yet satisfying as well. Particularly in thrillers, there are several composers whose influence is undeniable: Bernard Hermann, Jerry Goldsmith, James Newton-Howard, Howard Shore and John Ottman, among others. This is the musical world I moved into while never forgetting a typical Italian cantabile that evokes strong themes able to inextricably link to the movie as only skin could do.

         I used several synthesizers together with the orchestra, particularly to draw out the mystery of the labyrinth. The labyrinth is cold, wet and frightening. Electronic sounds are perfect to express these features. But when we need to convey not a situation but a character, there is still nothing better than the dear, old orchestra. No sample can do the same job as 75 people breathing and playing together. Even if it could be technically more perfect, it will always miss the soul. And that’s definitely the composer’s job: touching the soul. Only the audience and time will reveal if we have been able to achieve this goal.

                                                                                Vito Lo Re

THE WARDEN (Original Motion Picture Soundtrack)

THE WARDEN (Original Motion Picture Soundtrack)

Director Nima Javidi

Music composed by Ramin Kousha

Label Plaza Mayor Company Ltd

Distribution The Orchard

On a envie de parle de choses autres, serieuses et peu serieuses. Un autre regard, une autre energie. Et il est curieux de voir que des peuples qui ont les pires difficultees se mettent a un surpluss d’imagination, de combativite. Car la vie meme obstruee par les nuages peut s’assembler sous d’autres cieux.

C’est un curieux petit film, fait on l’imagine dans des conditions plus ou moins faciles et qui detonne et etonne les festivals. The Warden signe du directeur Nima Javidi est une ballade dans un univers carceral avec un amateur de musique classique qu’il diffuse aux prisonniers qu’il administre. S’il ne s’agissait un endroit et d’une situation sinistre, cela pourrait une fable comme on aimerait s’en inventer plus souvent. Autour de cette fable une musique extraordinaire d’un jeune prodige Iranien : Ramin Kousha. Un score brillant et ennivrant, une maitrise harmonique et diplomatique des notes dans un contexte troublant. Ramin Kousha vit entre l’Iran et Los Angeles et est sans doute promis a de belles partitions, tant sa maitrise, son langage musical est sonore et perfomant. Il y a ces belles partitions et il y a des partitions qui ne laissent pas insensible et dont on peut se dire que l’on vient d’entendre quelque chose.

Ce quelque chose s’appelle The Warden, avec une tres belle bande son.

Helle Page

A prison is about to be evacuated to make room for an airport expansion project. Colonel Jahed and his officers are busy transferring all inmates to the new facility, but one inmate is missing.

Ramin Kousha is an Iranian-raised, Los Angeles based composer. Classically trained from the age of six Ramin has developed wide technical backgrounds with an expertise in unique artistic approaches including electronic and orchestral. His music is heard in numerous projects covering a variety of formats such as feature films, documentaries, TV series, and video games. Shortly after learning music theory and performing piano in various orchestras, Ramin realized his passion for composing. This eventually led him to study and work for the well-known Iranian classical composer Ahmad Pejman. At the age of 18 he decided to move to the United States to pursue his dream of film scoring. Ramin’s professional career began composing original scores for student films in college which shortly led to writing for features films. Ramin earned his bachelor of arts in music composition from California State University, Northridge.

Track List

  • 01 – Last Day In Jail
  • 02 – Countdown
  • 03 – Time To Leave This Place
  • 04 – Ultimatum
  • 05 – Pieces From The Whole
  • 06 – Looking Everywhere For Him
  • 07 – Gas Attack
  • 08 – Aftermath
  • 09 – Losing Consciousness
  • 10 – Dead End
  • 11 – We Know Everything Now
  • 12 – Suspicion
  • 13 – Light & Darkness
  • 14 – Circles
  • 15 – One More Time
  • 16 – Free Him

BRUNO DESPLAN – Album “CoHitDuÔ”

BRUNO DESPLAN – Album “CoHitDuÔ”

& Isabelle Guidon & Francois-Pierre Camin

Featuring Clotilde Rullaud

Label Plaza Mayor Company Ltd

Distribution Sergent Major Company Ltd – The Orchard

On parle de jazz mais le terme est large, tellement en globalisant…de Cole Porter aux Moulins de mon Cœur de Michel Legrand. Il vaudrait mieux parler de liberté. Le jazz est une liberté de jouer, d’interprétation. Le jazz peut s’afficher de tellement de manières. Avec la découverte du nouvel album de Bruno Desplan, je préfère parler de la liberté de ton et d’impertinence. Liberté des mots et d’images. CoHitDuo est quand même une sacre image a elle ou lui-même. Enfin cette ballade incessante, deux doigts sur le clavier d’un piano, deux voix qui se fondent et se confondent. On a de quoi faire, un bout de chemin, un bout d’évasion. Rien ne sera plus pareil. Rien ne peut se faire à la méthode de… Mais tout se fait et se défait dans des gammes plus que chromatique. Tout se transforme et se corrige en un sacre mélange d’humeur. C’est peut-être les couleurs de l’arc en ciel, peut être le rayonnement de la création. Ça joue, ca défile des mots comme des idées. Nous aimerons et salueront la liberté de vivre et de survivre aux regles établies.

Nous aimerons Bruno Desplan et son sensible CoHitDuo

Hellen Page

L’album « CoHitDuÔ » est écrit, composé, joué au piano par Bruno Desplan qui fusionne sa voix à celle de Clotilde Rullaud pour former un Quintette atypique avec ses complices le contrebassiste François-Pierre Camin et la percussionniste Isabelle Guidon,  rallié par la flutiste Nadia Feknous. Ensemble, ils concoctent un jazz sensible aux saveurs subtils, épicés de syncopes caribéennes, aux parfums d’harmonies asiatiques sur une poésie mélodique française assaisonnée de dissonances contemporaine ; qui décrit en 14 titres par le mélange des sons et des mots, les sensations sensuels, sensoriels, sentimentales et même sexuelles d’une relation amoureuse de la rencontre à l’union officielle.

  • 01 – L’Yin dans’ Yang
  • 02 – L’emotion sincere
  • 03 – (Renaitr’) sans sens
  • 04 – Partout Toujours
  • 05 – Magnetique reve
  • 06 – CoHitDuo
  • 07 – Rassure-moi !
  • 08 – Casse !!!
  • 09 – Comptine n. 4 : « Je aime toi (poeme exil) »
  • 10 – Fleurs de po-esie
  • 11 – Hymn’Intim’
  • 12 – C’est
  • 13 – Langues des mains
  • 14 – No doute no, No doute no!

Edward Snowden et l’« Utopie déchue »: quand Internet est devenu un appareil de surveillance

Le hasard de l’édition fait bien les choses. Deux livres font office de miroir, se renvoyant l’un à l’autre. Miroirs de papier pour la critique de l’univers numérique.

Il y a d’un côté « Mémoires Vives » (Seuil), pas seulement un témoignage mais la pédagogie d’une lente prise de conscience, celle d’un lanceur d’alerte qui bouscula le monde par ses révélations. C’est ainsi que la planète put découvrir l’existence d’un dispositif de surveillance de masse made in USA.  Pas à pas – sans s’épargner – Edward Snowden livre toutes les étapes d’une lucidité décillée aussi attendrissante que rageuse.

Il y a de l’autre côté, l’ouvrage qui fait écho. Autant Snowden est un acteur du « drame » numérique, autant Félix Tréguer avec son « Utopie déchue » en est le théoricien/historien. La tentation de n’apercevoir que la modernité informatique de l’américain, est ici battue en brèche par le membre fondateur de « La Quadrature du Net ».  Ce qui se présente comme une contre-histoire d’Internet, du XVe au XXI siècle est plus que salutaire pour comprendre la portée du geste accompli par l’homme réfugié à Moscou.

« Mémoires Vives » a, de prime abord, quelque chose du récit d’un pirate.

Mais qu’on ne s’y trompe pas. Ici, le mot est à prendre au sens très répandu, chez les parents, mi fâchés, mi admiratifs, face à l’insolence de leur chère tête blonde. Banlieue de Washington. Papa est garde-côtes, et maman travaille dans une société d’assurances dont les clients sont salariés à…la NSA. Autrement dit, l’agence nationale de la sécurité qui a son siège à Fort Meade. C’est l’un des 17 organismes chargés du renseignement aux États-Unis. Son domaine : espionner tous les échanges d’origine électromagnétique à travers le monde.

Le petit Edward n’apprécie guère l’heure à laquelle on l’envoie au dodo. Alors à l’âge de six ans, il va retarder toutes les horloges du foyer, y compris celle du micro-ondes. Histoire de s’accorder quelques prolongations… COMODORE 64, puis NINTENDO, et surtout « LE » COMPAQ – l’équivalent d’un frère dit Snowden- les machines apportées par le père aiguisent la curiosité d’Edward au fil des ans.

« Ma curiosité était aussi grande qu’internet », précise-t-il. Mais aux yeux de l’enfant, rien que de très normal dans tout cela. Pire, dit-il, « Si vous étiez moi, vous étiez myope, maigre, en avance sur votre âge… et à 10 ans vous vous êtes intéressé à la politique ». Bref, Eddy le petit pirate va bientôt se lancer dans le piratage informatique.


A 13 ans il se crée un emploi du temps calculé, courbes statistiques à l’appui, sur ce qui rapporte ou pas sur le carnet de notes : exercices écrits, interro surprise à l’oral, présence… On ne le voit plus vraiment au lycée mais ses résultats restent dans la bonne moyenne. Stupéfait, un prof salue « la beauté » du stratagème et change sa méthode de notation. « Comme tous mes camarades, confie Snowden, je n’aimais pas les règles, mais j’avais peur de les enfreindre ». La suite a prouvé que cette peur a bel et bien été vaincue.

Déception d’un jeune patriote, édifiant constat de pratiques contraires à ce qu’il croyait être les valeurs du pays, cynisme et mensonges des gouvernants prêts à tout au nom de la sécurité pour mettre en place un appareil légal qui réduit toujours plus les libertés… Le parcours relaté par Snowden sonne, au fil des étapes de sa montée en puissance dans l’agence, comme autant de stations le conduisant vers sa « disparition professionnelle et personnelle ». Un « c’en est trop, il faut parler » qui s’installe peu à peu au risque de sa vie privée, rupture avec le quotidien d’une famille, d’un amour… Au risque de sa liberté… Franchir le miroir c’est ici fréquenter une sorte de mort.

Un événement déclencheur ? Parmi d’autres ce que lui-même appelle une vision de science-fiction. Glaçante.

Edward Snowden a 29 ans Nous en sommes en 2013, l’année même de son « départ ». Le voilà dans son bureau de la banlieue de Washington. Sa mission du jour consiste à tout savoir d’un universitaire indonésien. Ciblé par la NSA, l’homme a d’ores et déjà été mis à nu par le service. En parcourant son dossier, Snowden découvre la vie numérique du « suspect », ses centres d’intérêt, sa correspondance… Un dispositif de « gardiennage virtuel » permet même de savoir si l’inconnu qui n’en est plus un, s’éloigne trop de son domicile. Mais c’est une vidéo familiale qui va attirer toute l’attention d’Edward, l’homme est avec son fils.

« le Père essayait de lire quelque chose mais le gosse passait son temps à gigoter. Le micro interne de l’ordinateur captait son petit rire, et j’étais là à l’écouter … L’enfant s’est redressé…Le père a regardé directement vers la webcam de l’ordinateur. Je n’ai pas pu m’empêcher d’avoir le sentiment que c’était moi qu’il regardait. Je me suis soudain rendu compte que je retenais mon souffle… »

Snowden raconte qu’il a fermé brutalement sa session, et s’est précipité vers les toilettes. S’il fallait être convaincu, il l’était définitivement. L’intrusion de son service dans la vie privée de chacun n’était pas un fantasme. Il le savait déjà depuis longtemps. Il était dévasté.

Tout dans cette scène lui rappelait son histoire à lui. Une histoire qui lève le voile, mieux, démystifie le fonctionnement d’un service perçu jusque-là comme le symbole de l’hyper-puissance. L’aspirant Snowden, le futur recruté parle des hôtels misérables qu’il a fréquentés tout au long de sa formation. Un jour, un escalier va même s’effondrer et sa réclamation portée par lui aux autorités lui vaudra un rappel à l’ordre bien senti. Snowden va vivre la condition de nombre d’employés de la NSA : être un « Homo contractus ».

L’État 2.0 sous-traite massivement ses tâches à des sociétés privées, accuse l’auteur. De sorte que l’agent, « loin d’être un fonctionnaire assermenté, est un travailleur temporaire, dont le sentiment patriotique est motivé par le salaire… Le gouvernement fédéral représente moins l’autorité suprême qu’un gros client ». La foi dans la cause en prend ainsi un rude coup aux yeux du jeune homme.

Et pourtant, Il y a bien cette séance d’endoctrinement qui sera l’une des étapes de ce qui peu à peu devient une odyssée. « Elle visait à nous faire comprendre que nous étions l’élite, grince Snowden. Et d’ajouter, « rien ne rend aussi arrogant que le fait de passer sa vie à superviser des machines dépourvues de sens critique… On finit par s’en remettre à sa tribu, plutôt qu’à la loi. »

Voilà pour le cadre selon l’auteur/acteur de l’histoire. Mais il reste à découvrir le personnage de l’ombre, surnommé Frankenstein par Snowden.

Et c’est à Tokyo cette fois que se transporte le récit. Un mystérieux rapport atterrit sur le bureau du jeune administrateur système en place dans la capitale japonaise. Il contenait « les programmes de surveillance les plus secrets de la NSA… Il décrivait des manœuvres si foncièrement criminelles qu’aucun gouvernement ne pouvait le rendre public sans l’avoir expurgé au préalable ». De fait, Snowden a sous les yeux le dispositif de « la collecte de grande ampleur » de la NSA, le Frankenstein de « la surveillance de masse ».

Et défilent les acronymes de la grande machinerie qui observe, écoute, enregistre tout un chacun, du plus petit au plus grand nombre…

« Il y a PRISM qui permet à la NSA de collecter les données auprès de Yahoo, Google, Facebook, Paltalk, You Tube, Skype, AOL, et Apple… » Il y a Upstream Collection, qui grâce à TURBULENCE collecte des données, cette fois sur les infrastructures d’internet. « L’une des armes les plus puissantes de la NSA », affirme Snowden.

L’idée de lancer l’alerte va bientôt s’imposer au jeune homme. Mais comment faire dans ce lieu du virtuel où chaque geste laisse une trace indélébile, pour sortir les documents accusateurs ? Un vieil ordinateur, des cartes SD habituellement réservées pour le stockage des photos, feront l’affaire. Le wistleblower va méthodiquement capturer des images par milliers, et attendre, attendre encore et toujours que les cartes se remplissent peu à peu de ses pièces à conviction. Ultime procédé utilisé, les facettes du fidèle compagnon de Snowden, un Rubikscube, idéal pour héberger les cartes SD… On connait la suite.

A Hong Kong celui qui est alors devenu un défecteur a donné rendez-vous à des journalistes. Non sans malice, Snowden affirme que ces derniers sont souvent prêts à tout pour un scoop, mais qu’ils ne comprennent rien à l’informatique. Or, son scoop, c’est de l’informatique. D’où l’impérieuse nécessité d’être pédagogue. Et c’est d’une chambre d’hôtel que les vagues du grand scandale ont déferlé. Devant la télé Snowden fut le premier spectateur de ce qu’il avait provoqué. Satisfaction mais aussi et surtout angoisse. Désormais, le monde ne pourrait plus dire, comme la célèbre formule le martèle, « on ne savait pas !». Les réactions furent innombrables.

Pour ne parler que d’eux, les services français furent eux aussi effarés par l’ampleur de l’intrusion américaine. De fait, les affirmations du lanceur d’alerte avaient été vérifiées. Un responsable du renseignement partit rencontrer la chefferie de la NSA. On affirma que l’on ne recommencerait plus. Entre amis cela ne se fait pas, leur avait dit l’émissaire français. Ce dernier eut droit à la visite d’un lieu là encore stupéfiant. Une salle énorme, aux murs couverts d’écrans de télévision. « Vous voyez, lui a dit son guide, ici on peut observer le monde… Et où est la France ? interrogea le visiteur… Il eut pour toute réponse : Ah ça…. (silence).

IOAN STREBA – Album “BALKANS JAZZ”

IOAN STREBA – Album “BALKANS JAZZ”

Ethnic Gipsy Blues

Label Plaza Mayor Company Ltd

Distribution Sergent Major Company Ltd – The Orchard

Un vent d’Est secoué sous nos températures battues d’océan et de souffle chaud. Un vent d’Est qui s‘époumone en clarinettes, trompettes, tubas… Un vent d’Est a la façon d’un Marco Polo qui chevaucherait les grandes plaines pour nous apporter sa livraison de parfums et de richesses. Ioan Streba chevauche depuis quelques années les planches des meilleurs jazzmans de Bireli Lagrene a Thomas Dutronc ou Didier Lockwood. Grand argentier de la mouvance Gypsy Blues, ce fervent de la culture des Balkans a tant à nous dire, tant à partager. Le bonhomme est à la hauteur de son talent : chaleureux, bon vivant, aimant la vie comme un casaque aime les ciels d’aventure. Voyagez dans ce nouvel album, comme on voyagerait dans un Orient Express aux lents remous et aux velours chatoyants. Voyagez comme si vous preniez un métro en ligne directe pour Budapest ou Saint Petersbourg, car ce sont les brumes imaginaires qui ont le plus beau destin de nos rêves. Il n’y a que le souffle violent qui peut retenir les âmes et les larmes. Il y a de tout cela dans le magnifique album « Balkans Jazz – Gypsy Blues » que nous livre Ioan Streba.

Voyage garantie au pays du talent.

Hellen Page

IOAN STREBA, musicien roumain installe a Paris depuis de nombreuses années, propose avec ce projet original mêlant ses influences musicales gipsy a un jazz très moderne. Or, quoi de mieux que Paris, solidement accompagne par trois musiciens référents de la scène jazz : Philippe Milanta au piano, Bruno Rousselet a la contrebasse et Philippe Soirat a la batterie, pour tente une rencontre entre ces deux univers libres, d’ouest en est ?

La barre est placée haut, et le résultat surprenant, qui n’est pas sans rappeler la clarinette de Buddy de Franco ou d’Eddie Daniels ou des quartets de Desmond, Coltrane ou Gets…

Pour autant, il s’agit d’une musique actuelle, parfaitement originale, dans laquelle le phrase et les structures du blues imprègnent les compositions originales de Ioan, ou inversement !…

Un album riche d’un Quintet festif ou d’un Trio Ethno & Gipsy jazz blues.

FLACO DE NERJA – Album PASEOS

FLACO DE NERJA – Album PASEOS

Flamenco Guitarist Composer

Label Plaza Mayor Company Ltd

Distribution Sergent Major Company Ltd – The Orchard

Il y avait Paco de Lucia, être brillant de lumière et il y a Flaco de Nerja, un volcan de folie gitane. Guitare magique, puissante comme un torrent d’amertume. Le chant est l’instrument et l’instrument se fait chant. Ce mélange universel ou les peuples se soulèvent et se bouleversent. Ce refrain ou l’âme est grandi par les démons du quotidien. Un feu de Saint Jean brule éternellement dans les veines de ce jeune guitariste, qui se produit tantôt avec des orchestres philharmoniques en Russie ou dans les pubs d’Andalousie et les scènes de jazz en Autriche. Car Flaco de Nerja est un gipsy des Balkans : Autriche, Hongrie… en plus de l’Andalousie sont ses terres de pérégrinations et d’émotions. Flaco de Nerja a le vent violent intérieur des seigneurs de guerres. C’est un seigneur de guerre arme d’une guitare et d’un amour de la folie.

Partageons ces instants de folies et retenons le vent violent de cette émotion.

Hellen Page

Fortement influencé par la musique du virtuose Paco de Lucia, Flaco étudie la musique flamenco de façon autodidacte. Preuve de son talent extraordinaire suit en 2001 et 2004, quand il atteint la ronde finale de la compétition la plus importante de la guitare flamenco espagnole, le Concurso Nacional del Arte Flamenco de Cordoba.

Flaco grandit avec la musique classique, le jazz et la musique traditionnelle rom. Les influences de ces différents styles sont audibles dans ses compositions, ce qui rend ses pièces vraiment uniques. Cette singularité ouvre des portes à Flaco vers les meilleurs ensembles et solistes du présent, allant de l’orchestre baroque «L’Arpeggiata », l’« Orchestre symphonique de Moscou », Antonio Rey, à l’Ensemble Janoska et aux salles de concert les plus importantes du monde. Son concert « Hommage à Paco de Lucia » est diffusé en direct sur Français radio nationale « Radio Culture France » et la chaîne de télévision « TV2 France ».

https://www.instagram.com/plazamayorcompany/?hl=en

Sortie du nouvel album Paseos

Concert d’Aranjuez avec Orquestra “Der Ton der Jugend”, Chef d’orchestre

Ronen Nissan

Quelques-uns des moments clés de la carrière de Flaco jusqu’à présent ont été: Opernfestspiele St.Margarethen (AT), Schubertiade Hohenems (AT), Felicija Blumental Festival Tel Aviv (IL), Gems Guitar Festival Netanya (IL) Azorenfestival (PT), Chichester Festival (UK), Cheltenham Festival (Royaume-Uni), Flamenco Festival Sanlucar de Barrameda (ES), Flamenco Festival Wien (AT), Salle Gaveau Paris (FR), Teatro Alterosa Belo Horizonte (BR), Bogota (CO), ouverture pour Jorge Pardo Trio, Gipsy Kings,…

El Flaco a partagé la scène avec: Orchestre symphonique de Moscou, Janoska Ensemble, Antonio Rey, Rodrigo Parejo, Peter Luha, Pol Vaquero, Antonio Sanchez, Saul Quiros, Lucia Ruibal, Fahem, Luis Gallo, Juan Murube, Alicia Marquez, Sandra La Chispa, Ramon Martinez, Ensemble L’Arpeggiata, et bien d’autres.