Médias, attention, la consommation mobile a complètement changé !

Il y a encore quelques années, tout responsable de média numérique savait que deux tendances fortes étaient étroitement imbriquées : « social » et « mobile ». L’une n’allait pas sans l’autre : le succès d’une stratégie mobile passait forcément par les réseaux sociaux (en fait Facebook !) ; tandis que la réussite des réseaux sociaux basculait sur les nouvelles habitudes mobiles du public.

Mais en deux ans tout a changé, assure aujourd’hui la firme Chartbeat, qui mesure l’audience en ligne des grands médias d’infos.

Un nouveau monde mobile post social

Aujourd’hui, les réseaux sociaux ne sont plus la porte d’entrée de la consommation d’infos en mobilité, qui se fait désormais massivement via l’écosystème de Google, devenu de loin le 1er pourvoyeur de trafic, ou vient même de plus en plus de manière très directe sur les sites ou les applis des éditeurs. 

Plus surprenant : la home page est revenue à la mode tandis que les portails mobiles jouent un rôle inédit et croissant.

Mieux encore : le lecteur sur mobiles est autant, sinon plus, engagé, et surtout s’avère plus loyal que le consommateur d’infos par ordinateur.

Telles sont les conclusions étonnantes d’une vaste étude menée sur 20 mois auprès de 700 médias dans 65 pays et présentée cette semaine à Austin, Texas, où se déroulait la conférence annuelle du journalisme en ligne

Le divorce social et mobile est consommé

Facebook a donc perdu sa place de 1er pourvoyeur de trafic mobile vers les sites d’infos : son recul est constant. « Le trafic mobile des éditeurs venant de Facebook est inférieur de près de 40% à celui de janvier 2017 ».  Dans le même temps, « celui venant du moteur de recherche Google a plus que doublé et celui arrivant directement sur les sites ou applis des éditeurs a progressé de 30% ».

La remontée de Google est même plus importante que la chute de Facebook. Une chute que Chartbeat dit ne pas savoir expliquer. « Changement dans ses algorithmes ? Changement d’attitude des éditeurs ? Modification dans les usages du public ? Tout est possible ! ».

Entre temps, le trafic venant de portails mobiles s’est envolé. Celui issu de Flipboard a ainsi plus que doublé. Il est même devenu un référent plus important que Yahoo ou Outbrain. Google News a aussi gagné 20% depuis son ravalement de mai dernier.

Un autre acteur est venu troubler le jeu : Google Chrome, dont les recommandations, multipliées par 20 en un an, sont devenues aussi importantes que celles de Twitter sur mobiles ! Pourtant aucun éditeur ne travaille cette source de trafic.

Un mobinaute plus engagé dans l’info et plus loyal que l’internaute

Sur mobile, révèle Chartbeat, le lecteur “scrolle” la home page presque autant que sur ordinateur, mais surtout y passe en moyenne 40% plus de temps  (22 secondes contre 16) et son taux de clic y est 20% plus important.

CD Digital & CD Physical on Amazon