THE WARDEN (Original Motion Picture Soundtrack)

THE WARDEN (Original Motion Picture Soundtrack)

Director Nima Javidi

Music composed by Ramin Kousha

Label Plaza Mayor Company Ltd

Distribution The Orchard

On a envie de parle de choses autres, serieuses et peu serieuses. Un autre regard, une autre energie. Et il est curieux de voir que des peuples qui ont les pires difficultees se mettent a un surpluss d’imagination, de combativite. Car la vie meme obstruee par les nuages peut s’assembler sous d’autres cieux.

C’est un curieux petit film, fait on l’imagine dans des conditions plus ou moins faciles et qui detonne et etonne les festivals. The Warden signe du directeur Nima Javidi est une ballade dans un univers carceral avec un amateur de musique classique qu’il diffuse aux prisonniers qu’il administre. S’il ne s’agissait un endroit et d’une situation sinistre, cela pourrait une fable comme on aimerait s’en inventer plus souvent. Autour de cette fable une musique extraordinaire d’un jeune prodige Iranien : Ramin Kousha. Un score brillant et ennivrant, une maitrise harmonique et diplomatique des notes dans un contexte troublant. Ramin Kousha vit entre l’Iran et Los Angeles et est sans doute promis a de belles partitions, tant sa maitrise, son langage musical est sonore et perfomant. Il y a ces belles partitions et il y a des partitions qui ne laissent pas insensible et dont on peut se dire que l’on vient d’entendre quelque chose.

Ce quelque chose s’appelle The Warden, avec une tres belle bande son.

Helle Page

A prison is about to be evacuated to make room for an airport expansion project. Colonel Jahed and his officers are busy transferring all inmates to the new facility, but one inmate is missing.

Ramin Kousha is an Iranian-raised, Los Angeles based composer. Classically trained from the age of six Ramin has developed wide technical backgrounds with an expertise in unique artistic approaches including electronic and orchestral. His music is heard in numerous projects covering a variety of formats such as feature films, documentaries, TV series, and video games. Shortly after learning music theory and performing piano in various orchestras, Ramin realized his passion for composing. This eventually led him to study and work for the well-known Iranian classical composer Ahmad Pejman. At the age of 18 he decided to move to the United States to pursue his dream of film scoring. Ramin’s professional career began composing original scores for student films in college which shortly led to writing for features films. Ramin earned his bachelor of arts in music composition from California State University, Northridge.

Track List

  • 01 – Last Day In Jail
  • 02 – Countdown
  • 03 – Time To Leave This Place
  • 04 – Ultimatum
  • 05 – Pieces From The Whole
  • 06 – Looking Everywhere For Him
  • 07 – Gas Attack
  • 08 – Aftermath
  • 09 – Losing Consciousness
  • 10 – Dead End
  • 11 – We Know Everything Now
  • 12 – Suspicion
  • 13 – Light & Darkness
  • 14 – Circles
  • 15 – One More Time
  • 16 – Free Him

SEND ME T0 THE CLOUDS (Original Motion Picture Soundtrack) Music composed and performed by Wenzi

SEND ME TO THE CLOUDS (Original Motion Picture Soundtrack)

(SONG WO SHANG QIN YUN)

Director Teng Congcong

Music composed and performed by Wenzi

Label Plaza Mayor Company Ltd

Distribution Sergent Major Company Ltd – The Orchard

Always with the power going directly to people’s heart, music by Teacher Wenzi can move the audience in a breeze. On the basis of his previous music, this time he further tried to adopt more musical elements and commercial directions, including electronic elements, world music and even musical language of cold humor. All these efforts expand his musical dimensions, making the image expression in his music splendid and brilliant, which leads us to endless aftertastes.

Director: Congcong Teng.

Il y a des images de fraicheur, d’insouciance, des décors de nature et puis il y a les réalités de la vie. Send Me To The Clouds est une ballade qui paraitrait insouciante si il n’y avait les problèmes de la maladie, de la solitude et d’une mélancolie envahissante.

C’est ici qu’intervient le talent du compositeur. Hors du temps, magicien du sentiment et passionne des instruments. Wenzi, compositeur chinois qui s’est illustre sur des Soundtrack de films différents, pas facile, peu innocents, comme sur Angels Wear White (Les anges portent du blanc) ou dernièrement sur le film multi récompenses a Tokyo, Berlin, HongKong, Barcelone… : A First Farewell.

Un compositeur dont la sensibilité nous touche, un perfectionniste qui ajoute des sons et des sons d’instruments venus de la Chine profonde. Mais des sons qui joue les enchantements. Sur Send Me To The Clouds, la musique sera omniprésente, mélodique, dramatique, elle sera la légèreté qui accompagne les propos de gravites. Une touche colore dans un univers empli de grisailles. Si ce n’était les paysages, le parcours initiatique pour retrouver un sens a la vie, si ce n’était les rencontres, les élucubrations des personnages… rien ne serait pareil sans une mélodie entêtante, une mélodie qui nous rappelle que toutes choses peut avoir son pareil de légèreté. Et tout d’un coup la vie devient supportable.

Merci pour ce message subliminal qui vient nous rappeler que tout peut devenir insupportable et tellement supportable.

Hellen Page

  • 01 – Title
  • 02 – Into the Haze
  • 03 – All Beings
  • 04 – Melancholy
  • 05 – Let’s Go
  • 06 – Reincarnation
  • 07 – Love
  • 08 – How Far Can A Man See?
  • 09 – Walk into Wonderland
  • 10 – Fear of High
  • 11 – About Willow Catkins
  • 12 – Witty
  • 13 – Catch
  • 14 – Swap Suits
  • 15 – Reconciliation
  • 16 – Pi
  • 17 – Life
  • 18 – How Hard It is to be respected
  • 19 – Mercy
  • 20 – Go To The Cloud (End of the film)

POP BLACK POSTA (Original Motion Picture Soundtrack)

POP BLACK POSTA (Original Motion Picture Soundtrack)

Director Marco Pollini

Music Composed by Marco Werba

Director Marco Pollini

Music performed by the Bulgarian National Radio

Symphony Orchestra, conducted by Marco Werba

Piano solos: Rea Bisha

Cello solos: Christo Tanev

Mixed by Marco Streccioni at the Stone Recording Studio in Rome. Assistant: Gabriele Conti.

Label Plaza Mayor Company Ltd

Distribution Sergent Major Company Ltd – The Orchard

Quand la partition se fait légère, juste en note et émotion on peut laisser parler la mélodie, l’enthousiasme ou le désespoir. Marco Werba est un de ces architectes de la peinture moderne, épousant les classiques et la véritable histoire des musiques de films entre mémoire et nouveaute. Il dirige des orchestres de musiciens, ceux du Bulgarian National Orchestra ou de la peinture vivante des studios de Rome. Il faconne les extrêmes dans les films de Dario Argento aux jeunes réalisateurs tel que Marco Pollini. Entre le romantisme ébouriffé et le bouillant, entre le raisonnable et la pensee constructive. Nous avons besoins de ces penseurs aériens et magiques, de ces mélomanes caches qui soulèvent des passions. Nous prions pour que les images laissent une place a l’imagination créatrices. Marco Werba est au point de ces rencontres terribles et planantes. L’archer a la mesure de son regard, le clavier des notes au sens revolte. On écoutera sa nouvelle partition de Pop Black Posta comme un écriture suave et riche. On écoutera encore et encore Marco Werba.

Hellen Page

What would happen if someone spy your mail? This is what a wild and over the lines group of characters will discover in a claustrophobic atmosphere and over the lines. When a reassuring place as a post office turns into a nightmare, the only way to get out of it is to test yourself: secrets kept jealously will pop up while Good and Bad become increasingly difficult to recognize.

Notes from the composer I met director Marco Pollini through writer Debora Scalzo. Marco told me about a thriller in preparation for the title “Pop Black Posta“. The story was captivating: A woman kidnaps some people inside a post office, apparently without a reason. Only at the end the motivations, and the anger that had pushed her to make this gesture, to the extreme consequences, will be understood. Marco Pollini did a great job with the actors and the film manages to communicate fear, anguish, despair but also hope. In previous years I had already had the opportunity to work for captivating thriller movies, such as “Giallo” by Dario Argento, for which I had won three awards, “Colour from the Dark” by Ivan Zuccon, “Jack Attack” by Bryan Norton and Antonio Padovan , “Mr Hush” by David Lee Madison, “The Inflicted” by Matthan Harris and “Native” by John Real (for which I won the italian “Golden Globe”). This was therefore another interesting opportunity to write a film score that could again communicate strong emotions. As you know, there are two schools of thought for thriller soundtracks, the first is based on a symphonic orchestral music, the second on an experimental electronic music. In this film I tried to merge the two schools of thought together, mixing the “Bulgarian National Radio Symphony Orchestra” with disturbing electronic sounds, to wrap the viewer and make him more involved in this compelling storyline. We went with the director to Sofia, together with sound engineer Marco Streccioni and his assistant Gabriele Conti, and we recorded the orchestra with a mix of digital sounds synchronized with the images. Alessia’s theme, for piano and strings, is the cornerstone of this soundtrack and is linked to the protagonist, played by actress Antonia Truppo. In a second moment I asked my collaborator Federico Ricci to write an additional music theme for the final scenes, to enrich the existing musical themes and introduce new thematic material. We recorded all the music in 5.1. at the studio “Stone Recording Studio” in Rome and the final mix of dialogues, music and sound effects was done by Gianfranco Tortora at the studios “Il Suono del Sud”. We worked hard to find a balance between the various components of the soundtrack and the right volume between music and sound effects. Marco Werba

https://music.apple.com/us/album/pop-black-posta-original-motion-picture-soundtrack/1465102172

QUI M’AIME ME SUIVE ! Film de José Alcala Musique de Fred Avril

QUI M’AIME ME SUIVE !

Film de José Alcala

Musique de Fred Avril

Label Plaza Mayor Company Ltd

The Orchard

France Cinema 20 Mars 2019

1 – Lui

2 – Elle

3 – Simone feat. Mick Harvey, Stu Thomas, Xanthe Waite

4 – La démangeaison des ailes

5 – Terrils alcalins

6 – Jaguar

7 – Nuit

8 – Pergola

9 – Simone (instrumental)

10 – Shred

11 – Rictus

12 – En voiture

13 – Simone (comeback) feat. Mick Harvey, Stu Thomas, Xanthe Waite

14 – Retrouvailles

Musique de Fred Avril 

Paroles sur “Simone” : Mick Harvey

Qui m’aime  me suive, pourrait aussi s’appeler la pate des hommes, tellement chavirant de naïveté et de bonté quelque peu beauf, mais tellement bonhomme. Un Daniel Auteuil tout en homme désabusé, débusqué, un Bernard Le Coq dandy éternel et flambeur potentiel. Une mayonnaise amenée a l’aigre douce par une Catherine Frot, joueuse, rieuse jusqu’à l’excès et subitement juste quand les sentiments sont dans un inextricable pelote de laine.

Pour tricoter ce mélo, une guitare scintillante, un partage de son complice et omniprésent, un Fred Avril, orfèvre d’ambiance. De ceux qui construise des microsillons et et trouve le raccord inextricable. Fred Avril joueur de cordes et compositeur avec le nomme Mick Harvey, d’un refrain entêtant et d’un road movie incertain mais que l’on retient.

De Mick Harvey on ne peut que se souvenir de ses collaborations avec Nick Cave et de leur groupe The Boys Next Door et de frénétiques aventures entre l’Australie, Londres et le Berlin de la scene post punk. Il y aura aussi les collaborations avec PJ Harvey et des reprises de chansons de Mano Negra ou encore de Serge Gainsbourg.

Le tout a la barre et a la voix de Xhante Waite et on obtient une ritournelle qui cogne et frappe jusqu’à la tendresse. Un tourbillon de mots et de murmures qui tangue dans les amours vacillants.

Fred Avril a du son et du gout pour s’entourer de rares perles et monter des projets pertinents.

C’est un déclic de guitare électrique, un swing de tango ébouriffé, un opus rebelle et déjanté.

Toujours en mode road movie, Qui m’aime me suive, se regarde, se vit et s’écoute…

On écoutera donc…

Hellen Page

NOTE DU COMPOSITEUR

Cette B.O. est le fruit d’une étroite collaboration avec le réalisateur Jose Alcala, qui m’a soutenu et fait confiance à chaque étape. La question que je me pose toujours en composant est : où pose-t-on le projecteur ? La force de José, c’est sa sincérité : il retranscrit l’âme humaine avec une précision hors du commun – on devine un sourire amusé quand il s’est reconnu, lui, son père ou son oncle, et on sourit parce qu’on reconnaît les nôtres. Pour moi, cette sincérité est avant tout servie par les failles des personnages : dès le générique de début, j’ai donc voulu mettre en lumière l’aspect “cassé”, rugueux, bancal de Daniel Auteuil alias Gilbert qui apparaît mal rasé à l’arrière d’une jeep. Avec une guitare cigars box, des percussions et un berimbau, j’ai créé un instrumentarium “rugueux” revenant souvent dans le film, opposé aux aspirations aériennes de Simone (cordes). J’ai également pensé à leur relation maladroite, comme de gros doigts tentant de jouer doucement sur une guitare amplifiée très fort, prête à exploser. Plus tard dans le film, elle explose, accompagnant leur élan de liberté, avec des éléments de rock’n’roll surtout de la fin des années 70 (époque de leur jeunesse).

Elément-clé de cette comédie d’auteur, la nature flamboyante présente partout m’évoquait les contrées américaines d’un road trip dont les personnages seraient des pieds nickelés. En clin d’oeil à ce road trip, j’ai imaginé comme générique de fin un trio country-folk composé, comme les personnages principaux, de deux hommes et d’une femme. Figure illustre du post-punk, j’ai invité Mick Harvey qui a cette virilité et cette tendresse dans la voix, assorties d’une élégance et d’une simplicité qui s’accordent bien à l’univers du réalisateur.

https://itunes.apple.com/us/album/qui-maime-me-suive-bande-originale-du-film/1457082204

NOTE DU REALISATEUR

Dans mes films précédents, je ne voulais pas de musique. Je m’attachais plutôt à traiter les sons comme une sorte de “soutien musicalisé“ aux images, à l’histoire que je racontais. Pour ce nouveau film, tout est différent, l’évidence de la musique s’est imposée dès l’écriture. L’idée du scénario est venue d’un couple de personnes âgées que je croise depuis des années dans un village du sud de la France. Ils arrondissent leur maigre retraite en vendant des pizzas qu’ils cuisinent dans un camion installé dans leur jardin. Lui, l’ancien garagiste aux allures de rocker ténébreux, et sa femme, toujours joyeuse, accompagnent le service de morceaux musicaux des années 60/70 qui varient selon leur humeur. Pop anglaise, variété, rock, folk, c’est toujours une surprise. Presque malgré moi cette musique a guidé l’écriture de l’histoire.
Très vite, la guitare s’est imposée comme instrument de référence. Une guitare dont les tonalités rock-folk collent au personnage de Gilbert (Daniel Auteuil). À sa façon d’être, à son look : Jeans, bottes et vieux blouson de lutte. Des balades douces ou quelques fois plus rugueuses accompagnent le road-movie sentimental de ce retraité tenace et bagarreur. Un homme en quête d’amour, autant que de lui-même. Flanqué de son petit-fils au caractère bien trempé et de son vieil ami qui lui joue le mauvais tour d’être aussi l’amant de sa femme. Comme je ne suis pas musicien je n’ai que les mots pour partager la musique que j’imagine.
En rencontrant Fred Avril, ces mots, ces idées, se sont transformés en notes de musique. Il regarde le montage : Daniel Auteuil magnifique de générosité, avec sa barbe de trois jours, sa moustache des années 70, qui regarde sa vieille dépanneuse disparaître au bout du chemin, enlevée par des huissiers. Fred est touché, inspiré. Les idées, que nous échangeons se transforment vite en
musique. Sa guitare résonne, donne un sens profond aux paysages qui défilent, en accord parfait avec l’immensité des terres arides et rouge du sud de la France, les étangs, les plages, la mer, qui s’étirent à l’infini. Très vite ce n’est plus Daniel Auteuil, mais Gilbert qui, au volant de sa vieille 4L fourgonnette, quitte son garage, ses habitudes, pour partir chercher sa femme, Simone (Catherine Frot).
Fred Avril travaille autour d’un thème principal décliné en plusieurs variations qui se fondent aux différentes situations. Musique mélancolique quand Gilbert surprend Simone lascivement blottie dans les bras d’Etienne son voisin et ami. Quand Simone s’en va après avoir abusé de substances diverses et que les gendarmes l’attrapent, elle est accompagnée d’une musique un peu folle, mais toujours tendre, comme une caresse bienveillante sur ses dérives.
La musique accompagne le film, lui colle à la peau, souligne les sensations, les émotions, avec une extrême élégance. Elle enlace les sons, les soutient en même temps qu’elle sublime le jeu des comédiens, l’intensité dramatique ou l’aspect ludique de l’histoire.

https://fanlink.to/bxks