2050 (Original Motion Picture Soundtrack)

2050 (Original Motion Picture Soundtrack)

Director Princeton Holt

Cast Dean Cain. Stormi Maya,…

Score Composed and Performed by Konstantinos Lyrakis

Original Music by Cultural Bastards

Label Plaza Mayor Company Ltd

Un titre à la George Orwell et une histoire qui pourrait s’apparenter à son regard visionnaire. Changer le cours des choses, le cours de la vie en le modelant et le modulant a notre façon.

Ici les relations amoureuses, mystérieuses et qui deviennent un laboratoire d’apprentis sorciers en une aventure romantique et cruelle.

Les musiques de Konstantinos Lyrakis sont féroces et répétitives. Urbaines et névrosées justes ce qu’il faut. Il y a de l’énigme, du pratique et finalement au bout du sentiment. Le sentiment du regard perdu, le sentiment que tout est comédie. Les musiques collent au film dans cette partition dérisoire que pourrait être la vie si elle ne retenait pas dans l’infini petit et le grandiose.

Ca devient magique avec l’intervention déjantée des Culturals Bastards, c’est tout simplement un pan de vie qui s’étire et qui s’exprime. Prenons ces notes et images comme cela : un pan de vie a l’extrême, une autre aventure a vivre.

Hellen Page

A family man struggling to hold it all together discovers a hidden parlor that offers a solution…. Sexbots.

Sex robots are becoming more and more of a “thing” these days, so naturally (for better or worse) we are going to see more and more movies involving the “forbidden tango” between man and machine.

In Princeton Holt’s: 2050, we get to see a glimpse of “the future” (which probably due to budget restraints loos remarkably like 2019). An in this new world, we see machines that have become identical in appearance to actual human beings from realistic flesh and hair, to even sweat….

  • 01 – On the Way Home
  • 02 – Kung Pao Chicken
  • 03 – How Do You Feel
  • 04 – Uneven Battle
  • 05 – What We’re Left With
  • 06 – No More Secrets
  • 07 – Wrecking
  • 08 – Old Times
  • 09 – Informercial

https://fanlink.to/ctZe

CROWN VIC (Original Motion Picture Soundtrack) Composed and Performed by Jeffery Alan Jones

CROWN VIC (Original Motion Picture Soundtrack)

Director Joel Souza

Movie produced by Alec Baldwin

Music composed by Jeffery Alan Jones

Label Plaza Mayor Company Ltd

Distribution Sergent Major Company Ltd – The Orchard

Les mouvements électriques se superposent aux mouvements de la vie tout court. Quand les bagnoles grincent, que les gyrophares s’emballent dans les rues de LA, quand tout s’enroule dans le circuit infernal des nocturnes policières. Il n’y a plus rien qui sépare les rigueurs de la nuit avec les rigueurs de la vie. C’est comme un mélange d’alcool et de drogues dures, qui détruit toutes les drogues douces que procurent un semblant de vie. Entre les nappes prophétiques et in sinueuses de Jeffery Alan Jones et les roulements des voitures sur les grands boulevards. Il n’y a que des positions de claviers, de bruissement de guitares, peu de mélodies mais le genre de vibration urbain. C’est une musique urbaine, une musique qui souffle sur l’angoisse du soir. Les images glissent comme un bolide et les lignes qui se pourraient mélodique se partagent entre le souffle et la souffrance. Plus qu’une partition c’est une transition sur la voie lactée que nous offre les compositions énigmatiques de Jeffery Alan Jones. Partons a la découverte de ce nouvel état de création.
Hellen Page

I write to music. Always have. “Crown Vic” was no exception. When I was writing our two main characters prowling the dangerous streets of LA at night, I needed something to put me in the right frame of mind. Something moody, cool. Propulsive. Which is to say I knew exactly what I wanted this movie’s score to be from jump street. And to “Crown Vic’s” great benefit, Jeff was able to nail it. Which, believe me, was no small task, given my absolute lack of any kind of musical vocabulary. But Jeff was somehow able to decipher the rudimentary grunting’s and cave drawings that were my wants for Crown’s music, and gave the movie exactly the sound it needed, and the sound I’d always hoped for. The music is at the same time cool and emotive, it supports and enhances the story, and most importantly, just feels like driving around at 2AM in LA. So jump in your car one of these nights. Put this music on. And just drives.

  • Joel Souza

Writer/Director, “Crown Vic”

“Crown Vic” follows one explosive night in the life of a seasoned LAPD veteran as he takes a young cop out on patrol and shows him the brutal reality of life behind the wheel of a Crown Vic. I wanted to create the city’s heartbeat through the music. A rhythmic pulse, always intriguing, in its somehow twisted dark beauty. The cityscape drones, it weeps and is intensely frightening. My aim was to support the narrative and expose the subtext without being noticed. The score lives in the shadows and underlies the complex emotions in both the characters and the city at night. Beautifully dark and sprawling; yet suffocating in it’s own despair.

  • Jeffery Alan Jones
    Composer

Special Thanks: Alec Baldwin, Joel Souza, Anjul Nigam, Gregg Bello, Jacques Dejean, Plaza Mayor Company, Screen Media, Bugaboo, and Mary Lou Jones.

https://fanlink.to/cir5

HIPGNOSIS ACQUIRES CATALOG FROM ARIANA GRANDE COLLABORATOR SAVAN KOTECHA

Hipgnosis Songs Fund has acquired a music catalog from hit songwriter and producer Savan Kotecha.

Savan Kotecha has been awarded nine BMI Awards and 18 ASCAP awards whilst his songs have sold more than 375 million copies globally as he has collaborated – often with Max Martin – on No.1 and platinum hits with Ariana GrandeOne DirectionUsherThe WeekndJustin BieberNicki MinajBritney Spears and Katy Perry.

In addition, his work with The Weeknd includes co-writing the two times Grammy Award nominated US No.1 Can’t Feel My Face which has been certified 7x platinum in the US.

London-based Hipgnosis, led by Merck Mercuriadis (pictured), has acquired 100% of Savan Kotecha’s worldwide copyrights on this catalog which consists of 49 of his songs and includes nine new songs due for release in 2020 by Camila Cabello, Ellie Goulding and Sam Smith.

Today’s news comes only a couple of days after the UK-based company confirmed details of catalog acquisitions from Johnny McDaid, Jack Antonoff and others.

JPMorgan estimates that 80% of Hipgnosis’ £23m revenues in the six months to end of September came from 143 songs, equivalent to just 1.3% of the company’s current catalog of 11,225 compositions.

Savan Kotecha is best known for his work with Ariana Grande, the fourth most streamed artist on Spotify of the 2010s.

Since initially producing Ariana Grande’s second album My Everything, which reached No.1 in the US where it was certified 2x platinum, as well as co-writing the 6x US platinum certified lead single Problem, Savan Kotecha worked as executive producer on her third album, the UK No.1 ‘Dangerous Woman’ as well as collaborating on 13 US or UK Number 1 or platinum certified singles.

The catalog includes four songs co-written by Savan Kotecha from Ariana Grande’s album Sweetener which won the Grammy Award for “Best Pop Vocal Album”, reached No.1 of the album charts in 22 countries including the US and UK going on to be declared by Billboard as the No.1 album of 2018 and one of the top albums of the 2010s and is certified platinum in the US.

These included the album’s first single No Tears Left to Cry which reached No.1 on 14 charts globally and is certified 3x platinum in the US and 2x platinum in the UK having been streamed over 780m times on Spotify alone, as well as the singles God Is A Woman and Breathin.

God Is A Woman, which was nominated for the Grammy Award for “Best Pop Solo Performance”, reached No.1 on four charts globally and is certified 2x platinum in the US and platinum in the UK having been streamed over 510m times on Spotify alone, whilst Breathin reached Top 10 of 18 charts globally and is certified gold in the UK having been streamed over 380m times on Spotify.

The catalog also includes four songs on her fifth album Thank U, Next which has been nominated for Album of the Year and Best Pop Vocal Album at the Grammy Awards and reached No.1 in 15 countries including the US where it is certified platinum.

This included the single Break Up with Your Girlfriend, I’m Bored which reached No.2 in the US and No.1 in the UK where it is certified platinum and has been streamed over 483m times on Spotify alone.

The catalog also includes Camila Cabello’s My Oh My from her new No.1 album Romance, Ellie Goulding’s Close To Me, Diplo and Swae Lee which is gold and platinum globally, James Arthur’s Naked which has been streamed over 300m times on Spotify, Sam Smith’s How Do You Sleep which peaked at No.7 on the UK singles chart and is certified gold in both the US and UK and The Weeknd’s Rockin’ which reached No.4 in the UK R&B chart as well as songs performed by Katy Perry, Justin Timberlake and Gwen Stefani.

Savan Kotecha was represented by Doug Davis at The Davis Firm.

Merck Mercuriadis, Founder of The Family (Music) Limited and Hipgnosis Songs Fund Limited, said: “Savan is a special songwriter with a Midas touch.

“His magical songs have helped propel Ariana Grande into one of the most influential artists of her generation. This is a sensational set of songs and bear out why he’s just been voted Songwriter Of The Year for 2019.

“I’m delighted to welcome Savan into the Hipgnosis family and am very excited to be working with him and Doug Davis.”

Savan Kotecha added: “I’m beyond excited for my songs to join the incredible Hipgnosis catalogue. I know my ‘babies’ will be well taken care of.

“Merck and his team have proven that they are true lovers of music and understand not just the monetary value of songs but the cultural value as well. I can’t wait to see what the future holds!”

Netflix Tests Discounted Subscription Plans in India

Netflix is testing discounted plans in India for some long-term subscribers. The plans are only available to selected new subscribers and not existing ones.

While signing up, new users may be offered a 20% discount on a three-month subscription, a 30% discount on a six-month term and a 50% discount on a 12-month contract. These will be available only in India. Netflix currently offers mobile, basic, standard and premium plans in India.

“We believe that our members may value the flexibility that comes from being able to pay for a few months at once,” a Netflix spokesperson said. “This is a test and we will only introduce it more broadly if people find it useful.”

Netflix chief executive Reed Hastings was in India last week, where he revealed that the streamer is investing $400 million in Indian content in 2019 and 2020. Since its launch in April, Indian animated kids show “Mighty Little Bheem” has been watched by 27 million households worldwide, including in Latin America, Australia, Hastings said.

India has a fiercely competitive OTT market with more than 30 popular services. Dominant players include Disney’s Hotstar, Amazon Prime Video, Zee5, Alt Balaji, MX Player, Eros Now, Viacom18’s Voot and Sony Liv. A recent PwC report projects the Indian OTT market value to reach $1.6 billion by 2023.

Amazon Prime Video has greenlit an untitled, unscripted dance show to be executive produced and featuring power couple Priyanka Chopra Jonas and Nick Jonas. The show is inspired by the Indian pre-wedding tradition known as ‘sangeet’ where the families of the betrothed participate in an evening of song and dance. Casting for the series is currently underway and filming will take place in 2020. Amazon Studios, Dan Cutforth and Jane Lipsitz’s Alfred Street Industries, Chopra Jonas’ Purple Pebble Pictures, and Jonas’ Image 32 are producing.

https://www.instagram.com/plazamayorcompany/?hl=en

PARADISE WAR: The Story of Bruno Manser (Original Motion Picture Soundtrack)

PARADISE WAR: The Story of Bruno Manser
(Original Motion Picture Soundtrack)
Director Niklaus Hilber
Music composed by Gabriel Yared
Label Plaza Mayor Company Ltd
Distribution Sergent Major Company Ltd – The Orchard

La fluidité des grands maitres. Le geste précis et toujours un petit air qui revient a la source, a la mémoire. Gabriel Yared est un de ces maitre de musique. Les compositeurs français ont mis en mémoire et en action quantité de films, qui sans les musiques, ritournelles, ne seraient pas ce qu’ils sont. Oui les compositeurs français sont passes des experts dans cette mémoire musicale. Oui Gabriel Yared est le parfait exemple d’une mélodie, d’un mouvement et d’une suite d’images. On pourrait croire a des orchestres Philharmonique, Symphonique, lourd, difficile a gérer ; Il n’en est rien. La simplicité, rien que la simplicité mais la précision et l’horizon devant soi. Le score de Paradise War, va s’inscrire dans les records de Gabriel Yared et certainement dans les records des sorties en salles de ce film riche et percutant. Image sublimes, histoires vraies et la conscience qui s’éveillent aujourd’hui avant demain et les lendemains.
Il y a une partition, il y a un vertige d’image… d’un grand film a une grande musique, une alchimie s’est créée. Un vent d’espoir et un temp de douleur qui vont se transformer en une formidable aventure mélodique.
Ecouter et regarder ensuite ou avant ou après… Mais n’oubliez pas vous avez un grand score d’un des plus grands compositeurs français : Gabriel Yared.
Hellen Page

1984: Searching for an experience that goes deeper than the superficiality of modern civilization, Bruno Manser travels into the jungles of Borneo and finds it with the nomadic Penan tribe. It is an encounter that changes his life forever. When the existence of the Penan is threatened by relentless deforestation, Manser takes up the fight against logging with a courage and determination that makes him one of the most renowned and credible environmentalists of his times. Eventually, it costs in him everything. Based on a true story.

Gabriel Yared Note

When Niklaus sent me a short 15-minute teaser of his film, I was immediately struck by the beauty and majesty of the images, and inspired by the authenticity of the tribes and the lead actor. I dived into this project straight away, putting all my energy and consciousness into searching for the right music. I thought it was important for me not just to “collaborate”, but to bring all my skills to help defend the film, the tribes, and the forests. Niklaus made so much space for the music, and allowed me the freedom to express the spirit of the forests, and the emotions of the Penan through my composition.

Although we have almost lost these tribes and the forests, we have gained a truly remarkable film, which I hope will make audiences around the world understand and wake up to these important environmental issues. I feel honored to have been a part of this journey, and to have had the wonderful opportunity to write the most beautiful themes I could.

https://www.instagram.com/plazamayorcompany/?hl=en

La technologie VR au service de la création

La technologie VR : une évolution logique de l’industrie

Pour le producteur et fondateur d’Atlas V Antoine Cayrol, la VR n’est pas un medium, mais qu’une évolution de plus dans l’histoire du progrès technologique. Elle est le résultat de deux tendances de fond : le rapprochement des écrans et la tendance à l’ultra-réalisme. Au fil des ans, l’écran n’a fait que se rapprocher du spectacteur pour se situer au final à 2 cm de ses yeux : écran de cinéma, écran de télévision, écran d’ordinateur, écran de smartphone et disparition de celui-ci avec les lunettes VR. Par ailleurs, les technologies ont poussé vers l’utra-réalisme : noir et blanc, couleur, relief, mono, stéréo, dolby, dolby atmos, son spatialisé et interaction. Aujourd’hui, la disparition de l’écran et l’interaction ne sont que des moyens en plus de rapprocher le spectateur de l’histoire.

Ces outils permettent aux réalisateurs de renouer avec une certaine forme de photo-réalisme.

« Pour Mirror, nous avons scanné cent-cinquante expressions de visages d’une actrice pour pouvoir les répliquer sur son avatar en réalité virtuelle » explique Pierre Zandrowicz.

« Je dirigeais directement l’actrice dans le décor VR. Je lui décrivais énormément le décor autour d’elle, afin qu’elle y associe des émotions » ajoute-t-il.

La VR est une technologie qui permet de renouer la confiance avec le public. La VR incite à l’interactivité. Le spectateur a le sentiment d’être dans le film. Il a envie d’interagir. Pour la première fois, celui-ci peut voir ce qu’on lui cache.

« Les moteurs de jeu permettent de faire des expériences roomscale à mi-chemin entre le cinéma, le théâtre et le jeu vidéo. Le spectateur peut se mouvoir, interagir et toucher des choses » affirme Antoine Cayrol

« C’est très intéressant pour un réalisateur de voir ce que les spectateurs regardent spécifiquement dans un film VR » ajoute Nicolas Casavecchia.


Une plus grande marge de manœuvre pour les créateurs

« Quand je travaille avec un moteur de jeu vidéo en temps réel, j’ai cette capacité d’improvisation que je n’aurais pas dans l’industrie du cinéma classique où lorsqu’une scène est tournée, je ne peux pas revenir en arrière »  affirme Martin Allais

Là où l’industrie du cinéma est beaucoup plus séquentielle, les logiciels utilisés pour la VR permettent de revenir sur une scène tournée en 360 et de la modifier sans coût de tournage supplémentaire. 

« Avec la réalité virtuelle, j’ai découvert le temps réel. En quelques clics sur Unreal ou Unity, je peux changer la lumière et l’angle de la caméra. Je peux aussi recréer un espace avec de fausses matières, de fausses personnes » ajoute Pierre Zandrowicz .

Cette technologie ouvre une brèche importante pour tous les réalisateurs. Même les professionnels du cinéma classique s’en emparent. Steven Spielberg a ainsi eu recours aux outils actuels de réalité virtuelle afin de diriger certaines scènes de son film Ready Player One. En portant un casque de réalité virtuelle, il pouvait embrasser d’un seul regard tout un décor numérique, se représenter les acteurs comme leurs avatars et planifier ses prises de vue. 

Malgré ces avancées technologiques, Steven Spielberg souligne: « Je ne mets jamais un film au service de la technologie, mais toujours la technologie au service du film. Elle permet de réaliser ce genre de films, mais il faut réussir à la faire complètement disparaître pour qu’on ne se concentre que sur l’histoire et les personnages.»

« Désormais, les réalisateurs de renom s’intéressent à la VR mais l’obstacle le plus difficile à passer est cet abandon du cadre » explique Benjamin Hoguet, spécialiste VR.

Une frontière de plus en plus poreuse avec l’univers du jeu vidéo

Aujourd’hui, la frontière est très floue entre un jeu vidéo et une histoire dans laquelle le spectateur interagit. Les professionnels du cinéma et des jeux vidéo utilisent souvent les mêmes outils. 

« Le plus difficile, c’est d’intégrer dans l’expérience la notion de corps. C’est pour ça que beaucoup de professionnels de VR viennent du théâtre. C’est la grosse équation à résoudre » explique Jan Kounen

« On parle souvent de la clarté des jeux vidéo en évoquant le fait qu’on apprend en faisant l’expérience de quelque-chose. Cette notion expérientielle m’a beaucoup apporté dans l’écriture » explique Martin Allais 

 « Il faut trouver des formules pour faire croire à une interactivité là où on ne fait qu’orienter le spectateur »  affirme Antoine Cayrol.

 « Avec la VR, nous laissons davantage de choix au spectateur comme dans la vie, mais nous utilisons les artifices de la mise en scène pour recréer un sentiment d’expérience. Il n’y a plus de valeur de plan donc il faut trouver d’autres moyens d’emmener le téléspectateur quelque part. Si on veut qu’il tourne la tête, on peut par exemple déclencher un son spatialisé derrière lui » explique Jan Kounen.

La VR se cherche encore, mais elle permet d’intégrer de la narration et des choix à l’intérieur d’une expérience interactive. Pour Jan Kounen, il y a quelque chose de l’ordre du fantasme du cinéma : on rentre dans le film pour interagir avec lui. Pour le public, il reste un apprentissage à faire qui passe par le corps pour profiter pleinement des expériences VR. Lorsque celui sera intégré, les producteurs pourront alors complexifier leur écriture.

Edward Snowden et l’« Utopie déchue »: quand Internet est devenu un appareil de surveillance

Le hasard de l’édition fait bien les choses. Deux livres font office de miroir, se renvoyant l’un à l’autre. Miroirs de papier pour la critique de l’univers numérique.

Il y a d’un côté « Mémoires Vives » (Seuil), pas seulement un témoignage mais la pédagogie d’une lente prise de conscience, celle d’un lanceur d’alerte qui bouscula le monde par ses révélations. C’est ainsi que la planète put découvrir l’existence d’un dispositif de surveillance de masse made in USA.  Pas à pas – sans s’épargner – Edward Snowden livre toutes les étapes d’une lucidité décillée aussi attendrissante que rageuse.

Il y a de l’autre côté, l’ouvrage qui fait écho. Autant Snowden est un acteur du « drame » numérique, autant Félix Tréguer avec son « Utopie déchue » en est le théoricien/historien. La tentation de n’apercevoir que la modernité informatique de l’américain, est ici battue en brèche par le membre fondateur de « La Quadrature du Net ».  Ce qui se présente comme une contre-histoire d’Internet, du XVe au XXI siècle est plus que salutaire pour comprendre la portée du geste accompli par l’homme réfugié à Moscou.

« Mémoires Vives » a, de prime abord, quelque chose du récit d’un pirate.

Mais qu’on ne s’y trompe pas. Ici, le mot est à prendre au sens très répandu, chez les parents, mi fâchés, mi admiratifs, face à l’insolence de leur chère tête blonde. Banlieue de Washington. Papa est garde-côtes, et maman travaille dans une société d’assurances dont les clients sont salariés à…la NSA. Autrement dit, l’agence nationale de la sécurité qui a son siège à Fort Meade. C’est l’un des 17 organismes chargés du renseignement aux États-Unis. Son domaine : espionner tous les échanges d’origine électromagnétique à travers le monde.

Le petit Edward n’apprécie guère l’heure à laquelle on l’envoie au dodo. Alors à l’âge de six ans, il va retarder toutes les horloges du foyer, y compris celle du micro-ondes. Histoire de s’accorder quelques prolongations… COMODORE 64, puis NINTENDO, et surtout « LE » COMPAQ – l’équivalent d’un frère dit Snowden- les machines apportées par le père aiguisent la curiosité d’Edward au fil des ans.

« Ma curiosité était aussi grande qu’internet », précise-t-il. Mais aux yeux de l’enfant, rien que de très normal dans tout cela. Pire, dit-il, « Si vous étiez moi, vous étiez myope, maigre, en avance sur votre âge… et à 10 ans vous vous êtes intéressé à la politique ». Bref, Eddy le petit pirate va bientôt se lancer dans le piratage informatique.


A 13 ans il se crée un emploi du temps calculé, courbes statistiques à l’appui, sur ce qui rapporte ou pas sur le carnet de notes : exercices écrits, interro surprise à l’oral, présence… On ne le voit plus vraiment au lycée mais ses résultats restent dans la bonne moyenne. Stupéfait, un prof salue « la beauté » du stratagème et change sa méthode de notation. « Comme tous mes camarades, confie Snowden, je n’aimais pas les règles, mais j’avais peur de les enfreindre ». La suite a prouvé que cette peur a bel et bien été vaincue.

Déception d’un jeune patriote, édifiant constat de pratiques contraires à ce qu’il croyait être les valeurs du pays, cynisme et mensonges des gouvernants prêts à tout au nom de la sécurité pour mettre en place un appareil légal qui réduit toujours plus les libertés… Le parcours relaté par Snowden sonne, au fil des étapes de sa montée en puissance dans l’agence, comme autant de stations le conduisant vers sa « disparition professionnelle et personnelle ». Un « c’en est trop, il faut parler » qui s’installe peu à peu au risque de sa vie privée, rupture avec le quotidien d’une famille, d’un amour… Au risque de sa liberté… Franchir le miroir c’est ici fréquenter une sorte de mort.

Un événement déclencheur ? Parmi d’autres ce que lui-même appelle une vision de science-fiction. Glaçante.

Edward Snowden a 29 ans Nous en sommes en 2013, l’année même de son « départ ». Le voilà dans son bureau de la banlieue de Washington. Sa mission du jour consiste à tout savoir d’un universitaire indonésien. Ciblé par la NSA, l’homme a d’ores et déjà été mis à nu par le service. En parcourant son dossier, Snowden découvre la vie numérique du « suspect », ses centres d’intérêt, sa correspondance… Un dispositif de « gardiennage virtuel » permet même de savoir si l’inconnu qui n’en est plus un, s’éloigne trop de son domicile. Mais c’est une vidéo familiale qui va attirer toute l’attention d’Edward, l’homme est avec son fils.

« le Père essayait de lire quelque chose mais le gosse passait son temps à gigoter. Le micro interne de l’ordinateur captait son petit rire, et j’étais là à l’écouter … L’enfant s’est redressé…Le père a regardé directement vers la webcam de l’ordinateur. Je n’ai pas pu m’empêcher d’avoir le sentiment que c’était moi qu’il regardait. Je me suis soudain rendu compte que je retenais mon souffle… »

Snowden raconte qu’il a fermé brutalement sa session, et s’est précipité vers les toilettes. S’il fallait être convaincu, il l’était définitivement. L’intrusion de son service dans la vie privée de chacun n’était pas un fantasme. Il le savait déjà depuis longtemps. Il était dévasté.

Tout dans cette scène lui rappelait son histoire à lui. Une histoire qui lève le voile, mieux, démystifie le fonctionnement d’un service perçu jusque-là comme le symbole de l’hyper-puissance. L’aspirant Snowden, le futur recruté parle des hôtels misérables qu’il a fréquentés tout au long de sa formation. Un jour, un escalier va même s’effondrer et sa réclamation portée par lui aux autorités lui vaudra un rappel à l’ordre bien senti. Snowden va vivre la condition de nombre d’employés de la NSA : être un « Homo contractus ».

L’État 2.0 sous-traite massivement ses tâches à des sociétés privées, accuse l’auteur. De sorte que l’agent, « loin d’être un fonctionnaire assermenté, est un travailleur temporaire, dont le sentiment patriotique est motivé par le salaire… Le gouvernement fédéral représente moins l’autorité suprême qu’un gros client ». La foi dans la cause en prend ainsi un rude coup aux yeux du jeune homme.

Et pourtant, Il y a bien cette séance d’endoctrinement qui sera l’une des étapes de ce qui peu à peu devient une odyssée. « Elle visait à nous faire comprendre que nous étions l’élite, grince Snowden. Et d’ajouter, « rien ne rend aussi arrogant que le fait de passer sa vie à superviser des machines dépourvues de sens critique… On finit par s’en remettre à sa tribu, plutôt qu’à la loi. »

Voilà pour le cadre selon l’auteur/acteur de l’histoire. Mais il reste à découvrir le personnage de l’ombre, surnommé Frankenstein par Snowden.

Et c’est à Tokyo cette fois que se transporte le récit. Un mystérieux rapport atterrit sur le bureau du jeune administrateur système en place dans la capitale japonaise. Il contenait « les programmes de surveillance les plus secrets de la NSA… Il décrivait des manœuvres si foncièrement criminelles qu’aucun gouvernement ne pouvait le rendre public sans l’avoir expurgé au préalable ». De fait, Snowden a sous les yeux le dispositif de « la collecte de grande ampleur » de la NSA, le Frankenstein de « la surveillance de masse ».

Et défilent les acronymes de la grande machinerie qui observe, écoute, enregistre tout un chacun, du plus petit au plus grand nombre…

« Il y a PRISM qui permet à la NSA de collecter les données auprès de Yahoo, Google, Facebook, Paltalk, You Tube, Skype, AOL, et Apple… » Il y a Upstream Collection, qui grâce à TURBULENCE collecte des données, cette fois sur les infrastructures d’internet. « L’une des armes les plus puissantes de la NSA », affirme Snowden.

L’idée de lancer l’alerte va bientôt s’imposer au jeune homme. Mais comment faire dans ce lieu du virtuel où chaque geste laisse une trace indélébile, pour sortir les documents accusateurs ? Un vieil ordinateur, des cartes SD habituellement réservées pour le stockage des photos, feront l’affaire. Le wistleblower va méthodiquement capturer des images par milliers, et attendre, attendre encore et toujours que les cartes se remplissent peu à peu de ses pièces à conviction. Ultime procédé utilisé, les facettes du fidèle compagnon de Snowden, un Rubikscube, idéal pour héberger les cartes SD… On connait la suite.

A Hong Kong celui qui est alors devenu un défecteur a donné rendez-vous à des journalistes. Non sans malice, Snowden affirme que ces derniers sont souvent prêts à tout pour un scoop, mais qu’ils ne comprennent rien à l’informatique. Or, son scoop, c’est de l’informatique. D’où l’impérieuse nécessité d’être pédagogue. Et c’est d’une chambre d’hôtel que les vagues du grand scandale ont déferlé. Devant la télé Snowden fut le premier spectateur de ce qu’il avait provoqué. Satisfaction mais aussi et surtout angoisse. Désormais, le monde ne pourrait plus dire, comme la célèbre formule le martèle, « on ne savait pas !». Les réactions furent innombrables.

Pour ne parler que d’eux, les services français furent eux aussi effarés par l’ampleur de l’intrusion américaine. De fait, les affirmations du lanceur d’alerte avaient été vérifiées. Un responsable du renseignement partit rencontrer la chefferie de la NSA. On affirma que l’on ne recommencerait plus. Entre amis cela ne se fait pas, leur avait dit l’émissaire français. Ce dernier eut droit à la visite d’un lieu là encore stupéfiant. Une salle énorme, aux murs couverts d’écrans de télévision. « Vous voyez, lui a dit son guide, ici on peut observer le monde… Et où est la France ? interrogea le visiteur… Il eut pour toute réponse : Ah ça…. (silence).