PARADISE WAR: The Story of Bruno Manser (Original Motion Picture Soundtrack)

PARADISE WAR: The Story of Bruno Manser
(Original Motion Picture Soundtrack)
Director Niklaus Hilber
Music composed by Gabriel Yared
Label Plaza Mayor Company Ltd
Distribution Sergent Major Company Ltd – The Orchard

La fluidité des grands maitres. Le geste précis et toujours un petit air qui revient a la source, a la mémoire. Gabriel Yared est un de ces maitre de musique. Les compositeurs français ont mis en mémoire et en action quantité de films, qui sans les musiques, ritournelles, ne seraient pas ce qu’ils sont. Oui les compositeurs français sont passes des experts dans cette mémoire musicale. Oui Gabriel Yared est le parfait exemple d’une mélodie, d’un mouvement et d’une suite d’images. On pourrait croire a des orchestres Philharmonique, Symphonique, lourd, difficile a gérer ; Il n’en est rien. La simplicité, rien que la simplicité mais la précision et l’horizon devant soi. Le score de Paradise War, va s’inscrire dans les records de Gabriel Yared et certainement dans les records des sorties en salles de ce film riche et percutant. Image sublimes, histoires vraies et la conscience qui s’éveillent aujourd’hui avant demain et les lendemains.
Il y a une partition, il y a un vertige d’image… d’un grand film a une grande musique, une alchimie s’est créée. Un vent d’espoir et un temp de douleur qui vont se transformer en une formidable aventure mélodique.
Ecouter et regarder ensuite ou avant ou après… Mais n’oubliez pas vous avez un grand score d’un des plus grands compositeurs français : Gabriel Yared.
Hellen Page

1984: Searching for an experience that goes deeper than the superficiality of modern civilization, Bruno Manser travels into the jungles of Borneo and finds it with the nomadic Penan tribe. It is an encounter that changes his life forever. When the existence of the Penan is threatened by relentless deforestation, Manser takes up the fight against logging with a courage and determination that makes him one of the most renowned and credible environmentalists of his times. Eventually, it costs in him everything. Based on a true story.

Gabriel Yared Note

When Niklaus sent me a short 15-minute teaser of his film, I was immediately struck by the beauty and majesty of the images, and inspired by the authenticity of the tribes and the lead actor. I dived into this project straight away, putting all my energy and consciousness into searching for the right music. I thought it was important for me not just to “collaborate”, but to bring all my skills to help defend the film, the tribes, and the forests. Niklaus made so much space for the music, and allowed me the freedom to express the spirit of the forests, and the emotions of the Penan through my composition.

Although we have almost lost these tribes and the forests, we have gained a truly remarkable film, which I hope will make audiences around the world understand and wake up to these important environmental issues. I feel honored to have been a part of this journey, and to have had the wonderful opportunity to write the most beautiful themes I could.

https://www.instagram.com/plazamayorcompany/?hl=en

ELECTRONIC MUSIC STAR JEAN-MICHEL JARRE LAUNCHES ‘INFINITE’ MUSIC APP EŌN

Electronic music icon Jean-Michel Jarre has launched his latest project, EōN: a music app which produces ‘infinite, ever-evolving music’, accompanied by a constant progression of organic visuals.

Using original musical elements composed by Jarre specifically for the project, the app creates a never-repeating and unique musical experience every time.

Priced at $8.99 / €9.99 / £8.99, the iOS app will be updated regularly with new features and will also be available to other platforms, including Android, in the near future.

The press release announcing EōN’s launch at Web Summit in Lisbon, Portugal today November 7) describes the app as ‘a never-ending album with a rich variety of tempo, tones, and rhythms’.

Upon completing his compositions for the app, Jarre approached SONY CSL’s researcher, Alexis André, to bring the music to life visually by creating intricate graphics.

The encoding and final algorithm was delivered by Alexis Zbik and Vianney Apreleff from French music tech company BLEASS who, with Jarre’s artistic direction, defined the rules of the app and how it orchestrates the music.

EōN produces an individual piece of art for every user. Users will be able to listen to music generated by EōN both online and offline as the algorithm and audio engine are built directly into the app.

Jarre also recently entered into a partnership with TheWaveVR to allow users to experience his latest album, Equinoxe Infinity, in virtual reality.

Jarre said “I named this project EōN as it best defines exactly what it is – an infinite musical and visual creation. Personally, I truly feel that EōN is one of my most exciting creative projects since my debut Oxygene.

“EōN is a never-ending, never repetitive, organic art-piece that will live and grow forever in everyone’s own singular space-time continuum, at the tip of their finger.”

SONY CSL’s Alexis André, added: “An audio-visual journey that transcends time… I could not think of a better challenge, and it’s been a priceless experience to bring the sounds of Jean-Michel Jarre to the screen.”

BLEASS co-founder Vianney Apreleff said: “EōN revolutionises the sheer concept of “recorded” music as we have always known it by immersing the listener in a timeless sonic (and visual) experience which has no start nor finishing note.

“It’s an immense honour for BLEASS and myself to be part of this new artform envisioned by Jean-Michel Jarre.

L’UOMO DEL LABIRINTO / INTO THE LABYRINTH (Original Motion Picture Soundtrack)

L’uomo del Labirinto / Into The Labyrinth
(Original Motion Picture Soundtrack)
Director Donato Carrisi
Cast Dustin Hoffman, Toni Servillo…
Music Composed, Orchestrated & Conducted by Vito Lo Re
Orchestra: Bulgarian National Radio Symphony Orchestra
Label Plaza Mayor Company Ltd
Distribution Sergent Major Company Ltd – The Orchard

Les plus belles pages d’écritures s’écrivent dans les tourments et les cheminements de la mémoire. Tourment du quotidien qui tente de se faire place aux lumières des regards présents. Mémoire qui vacille et qui chemine dans des décor de carton pates et des miroirs de la félicite. Vito Lo Re a écrit et dirige sa musique au travers des violons du Bulgarian Radio National Orchestra. Son écriture suit le chemin des caméras de Donato Carrisi qui entre et polar et couloir sombre dépeint des caractères. La baguette de Vito Lo Re s’est attarde sur le symphonique des situations, sur la mélodie de la vie. Une baguette de chef d’orchestre qui dirige quarante à soixante musiciens dans la solitude du créateur. La fausse note ne pleut être ici ou là, la fausse partition serait dans le regard du spectateur. Déployer du talent pour cultiver le mystère et le partage. Déjouer le temps pour fondre en quelques mesures la synthèse musicale d’une passion. Chef d’orchestre et chef de musique. C’est ainsi que je nommerais le travail immense de Vito Lo Re. Un regard et une tendresse a la mesure du livret d’image de Donto Carrisi. Bravo Maestro.
Hellen Page

The film tells the sotry of Samanta (Valentina Belle) who’s abducted on the way to school by a giant rabbit. Fifteen years later, she’s in hospital, in shock but alive, with Doctor Green beside her trying to help her remember. Together, they negotiate Samantha’s memories of the labyrinth, an underground prison, apparently with no way out, in which someone forced the young woman to play games and solve riddles and puzzles, rewarding her successes and punishing her failures. Also eager to sole the mystery is Bruno Genko, a private investigator with a surprinsing talent. He doesn’t have much longer left to live and, as such, Samatha’s could be the last case Bruno work on…

       Each soundtrack has it’s own concept and from that notion the music attempts to express the visual and aesthetic idea of the director. The more the director is a perfectionist, the more the work of the composer becomes extremely challenging and yet satisfying as well. Particularly in thrillers, there are several composers whose influence is undeniable: Bernard Hermann, Jerry Goldsmith, James Newton-Howard, Howard Shore and John Ottman, among others. This is the musical world I moved into while never forgetting a typical Italian cantabile that evokes strong themes able to inextricably link to the movie as only skin could do.

         I used several synthesizers together with the orchestra, particularly to draw out the mystery of the labyrinth. The labyrinth is cold, wet and frightening. Electronic sounds are perfect to express these features. But when we need to convey not a situation but a character, there is still nothing better than the dear, old orchestra. No sample can do the same job as 75 people breathing and playing together. Even if it could be technically more perfect, it will always miss the soul. And that’s definitely the composer’s job: touching the soul. Only the audience and time will reveal if we have been able to achieve this goal.

                                                                                Vito Lo Re

La technologie VR au service de la création

La technologie VR : une évolution logique de l’industrie

Pour le producteur et fondateur d’Atlas V Antoine Cayrol, la VR n’est pas un medium, mais qu’une évolution de plus dans l’histoire du progrès technologique. Elle est le résultat de deux tendances de fond : le rapprochement des écrans et la tendance à l’ultra-réalisme. Au fil des ans, l’écran n’a fait que se rapprocher du spectacteur pour se situer au final à 2 cm de ses yeux : écran de cinéma, écran de télévision, écran d’ordinateur, écran de smartphone et disparition de celui-ci avec les lunettes VR. Par ailleurs, les technologies ont poussé vers l’utra-réalisme : noir et blanc, couleur, relief, mono, stéréo, dolby, dolby atmos, son spatialisé et interaction. Aujourd’hui, la disparition de l’écran et l’interaction ne sont que des moyens en plus de rapprocher le spectateur de l’histoire.

Ces outils permettent aux réalisateurs de renouer avec une certaine forme de photo-réalisme.

« Pour Mirror, nous avons scanné cent-cinquante expressions de visages d’une actrice pour pouvoir les répliquer sur son avatar en réalité virtuelle » explique Pierre Zandrowicz.

« Je dirigeais directement l’actrice dans le décor VR. Je lui décrivais énormément le décor autour d’elle, afin qu’elle y associe des émotions » ajoute-t-il.

La VR est une technologie qui permet de renouer la confiance avec le public. La VR incite à l’interactivité. Le spectateur a le sentiment d’être dans le film. Il a envie d’interagir. Pour la première fois, celui-ci peut voir ce qu’on lui cache.

« Les moteurs de jeu permettent de faire des expériences roomscale à mi-chemin entre le cinéma, le théâtre et le jeu vidéo. Le spectateur peut se mouvoir, interagir et toucher des choses » affirme Antoine Cayrol

« C’est très intéressant pour un réalisateur de voir ce que les spectateurs regardent spécifiquement dans un film VR » ajoute Nicolas Casavecchia.


Une plus grande marge de manœuvre pour les créateurs

« Quand je travaille avec un moteur de jeu vidéo en temps réel, j’ai cette capacité d’improvisation que je n’aurais pas dans l’industrie du cinéma classique où lorsqu’une scène est tournée, je ne peux pas revenir en arrière »  affirme Martin Allais

Là où l’industrie du cinéma est beaucoup plus séquentielle, les logiciels utilisés pour la VR permettent de revenir sur une scène tournée en 360 et de la modifier sans coût de tournage supplémentaire. 

« Avec la réalité virtuelle, j’ai découvert le temps réel. En quelques clics sur Unreal ou Unity, je peux changer la lumière et l’angle de la caméra. Je peux aussi recréer un espace avec de fausses matières, de fausses personnes » ajoute Pierre Zandrowicz .

Cette technologie ouvre une brèche importante pour tous les réalisateurs. Même les professionnels du cinéma classique s’en emparent. Steven Spielberg a ainsi eu recours aux outils actuels de réalité virtuelle afin de diriger certaines scènes de son film Ready Player One. En portant un casque de réalité virtuelle, il pouvait embrasser d’un seul regard tout un décor numérique, se représenter les acteurs comme leurs avatars et planifier ses prises de vue. 

Malgré ces avancées technologiques, Steven Spielberg souligne: « Je ne mets jamais un film au service de la technologie, mais toujours la technologie au service du film. Elle permet de réaliser ce genre de films, mais il faut réussir à la faire complètement disparaître pour qu’on ne se concentre que sur l’histoire et les personnages.»

« Désormais, les réalisateurs de renom s’intéressent à la VR mais l’obstacle le plus difficile à passer est cet abandon du cadre » explique Benjamin Hoguet, spécialiste VR.

Une frontière de plus en plus poreuse avec l’univers du jeu vidéo

Aujourd’hui, la frontière est très floue entre un jeu vidéo et une histoire dans laquelle le spectateur interagit. Les professionnels du cinéma et des jeux vidéo utilisent souvent les mêmes outils. 

« Le plus difficile, c’est d’intégrer dans l’expérience la notion de corps. C’est pour ça que beaucoup de professionnels de VR viennent du théâtre. C’est la grosse équation à résoudre » explique Jan Kounen

« On parle souvent de la clarté des jeux vidéo en évoquant le fait qu’on apprend en faisant l’expérience de quelque-chose. Cette notion expérientielle m’a beaucoup apporté dans l’écriture » explique Martin Allais 

 « Il faut trouver des formules pour faire croire à une interactivité là où on ne fait qu’orienter le spectateur »  affirme Antoine Cayrol.

 « Avec la VR, nous laissons davantage de choix au spectateur comme dans la vie, mais nous utilisons les artifices de la mise en scène pour recréer un sentiment d’expérience. Il n’y a plus de valeur de plan donc il faut trouver d’autres moyens d’emmener le téléspectateur quelque part. Si on veut qu’il tourne la tête, on peut par exemple déclencher un son spatialisé derrière lui » explique Jan Kounen.

La VR se cherche encore, mais elle permet d’intégrer de la narration et des choix à l’intérieur d’une expérience interactive. Pour Jan Kounen, il y a quelque chose de l’ordre du fantasme du cinéma : on rentre dans le film pour interagir avec lui. Pour le public, il reste un apprentissage à faire qui passe par le corps pour profiter pleinement des expériences VR. Lorsque celui sera intégré, les producteurs pourront alors complexifier leur écriture.

THE WARDEN (Original Motion Picture Soundtrack)

THE WARDEN (Original Motion Picture Soundtrack)

Director Nima Javidi

Music composed by Ramin Kousha

Label Plaza Mayor Company Ltd

Distribution The Orchard

On a envie de parle de choses autres, serieuses et peu serieuses. Un autre regard, une autre energie. Et il est curieux de voir que des peuples qui ont les pires difficultees se mettent a un surpluss d’imagination, de combativite. Car la vie meme obstruee par les nuages peut s’assembler sous d’autres cieux.

C’est un curieux petit film, fait on l’imagine dans des conditions plus ou moins faciles et qui detonne et etonne les festivals. The Warden signe du directeur Nima Javidi est une ballade dans un univers carceral avec un amateur de musique classique qu’il diffuse aux prisonniers qu’il administre. S’il ne s’agissait un endroit et d’une situation sinistre, cela pourrait une fable comme on aimerait s’en inventer plus souvent. Autour de cette fable une musique extraordinaire d’un jeune prodige Iranien : Ramin Kousha. Un score brillant et ennivrant, une maitrise harmonique et diplomatique des notes dans un contexte troublant. Ramin Kousha vit entre l’Iran et Los Angeles et est sans doute promis a de belles partitions, tant sa maitrise, son langage musical est sonore et perfomant. Il y a ces belles partitions et il y a des partitions qui ne laissent pas insensible et dont on peut se dire que l’on vient d’entendre quelque chose.

Ce quelque chose s’appelle The Warden, avec une tres belle bande son.

Helle Page

A prison is about to be evacuated to make room for an airport expansion project. Colonel Jahed and his officers are busy transferring all inmates to the new facility, but one inmate is missing.

Ramin Kousha is an Iranian-raised, Los Angeles based composer. Classically trained from the age of six Ramin has developed wide technical backgrounds with an expertise in unique artistic approaches including electronic and orchestral. His music is heard in numerous projects covering a variety of formats such as feature films, documentaries, TV series, and video games. Shortly after learning music theory and performing piano in various orchestras, Ramin realized his passion for composing. This eventually led him to study and work for the well-known Iranian classical composer Ahmad Pejman. At the age of 18 he decided to move to the United States to pursue his dream of film scoring. Ramin’s professional career began composing original scores for student films in college which shortly led to writing for features films. Ramin earned his bachelor of arts in music composition from California State University, Northridge.

Track List

  • 01 – Last Day In Jail
  • 02 – Countdown
  • 03 – Time To Leave This Place
  • 04 – Ultimatum
  • 05 – Pieces From The Whole
  • 06 – Looking Everywhere For Him
  • 07 – Gas Attack
  • 08 – Aftermath
  • 09 – Losing Consciousness
  • 10 – Dead End
  • 11 – We Know Everything Now
  • 12 – Suspicion
  • 13 – Light & Darkness
  • 14 – Circles
  • 15 – One More Time
  • 16 – Free Him

Professionnels des médias : relever le défi de la confiance

Mardi 8 octobre, journalistes, éditeurs, producteurs et fondateurs de médias français et internationaux se sont rendus à la Maison de la Radio et aux Echos, à quelques pas de la Tour Eiffel, pour la deuxième édition du Festival Médias en Seine, animés autant par cette ferveur pour leur métier que par les précipitations de la journée. Au menu : une journée de conférences, de master classes et de découvertes innovantes pour débattre, imaginer et co-construire les médias de demain. L’occasion de faire partager un regard nécessairement optimiste sur l’industrie, mais qui se heurte à une tendance de fond – à laquelle les professionnels ont fait référence tout au long de la journée – celui de la méfiance du public vis-à-vis des médias.

La crise de confiance : les chiffres

« On est à la trente-deuxième édition du baromètre de La Croix et la confiance est battue en brèche » affirme le rédacteur en chef François Ernenwein. Cela concerne tous les médias : de la radio qui perçue par 50% des personnes sondées comme étant crédible (-6 points sur un an) jusqu’à Internet, qui comme l’année précédente se situe à 25%.

Fake news, deepfakes, clickbait, autopublication sur les réseaux sociaux, comment faire pour garantir une information vérifiée à l’heure ou les informations les plus falsifiées se trouvent à portée de clic ?

« La confiance est importante mais elle peut également être dangereuse. Nous souhaitons que les gens fassent confiance aux choses dignes de confiance et doutent du reste » explique Rasmus Kleis Nielsen, directeur de l’Institut Reuters pour le journalisme.

Selon le Reuters Digital News Report 2019, 42% des gens interrogés disent pouvoir faire confiance aux informations. En France, seulement 24% des gens interrogés disent pouvoir se fier aux informations.

Penser les facteurs de confiance de manière globale

On aurait tendance à penser que ce sont les pratiques éditoriales qui font pencher la balance dans la relation avec le public. Mais R.K. Nielsen souligne que la relation médias – audience doit être repensée de manière globale. Après avoir interrogé les consommateurs, R.K. Nielsen a regroupé les facteurs de confiance dans 3 catégories :

  • Les pratiques et valeurs éditoriales. On parle ici d’impartialité, de transparence, de précision, et d’indépendance. Mais il faut également mieux communiquer et expliquer les méthodes journalistiques à l’audience, comme le rappelle Albert Moukheiber, docteur en neurosciences. « Il y a un effet du messager. Si je je trouve qu’il y a des conflits d’intérêt avec le messager, c’est perdu d’avance. Il y a tout un travail à faire pour expliquer comment fonctionne le journalisme. »
  • Les valeurs, qu’elles soient sociétales ou politiques. Un média renvoie à des valeurs et des idéaux auxquels les personnes s’identifient… ou pas. Un exemple est le réel écart de confiance dans les médias entre les démocrates et les conservateurs sous l’ère Trump. Peu importe les pratiques éditoriales de certains journaux réputés, les conservateurs voient une presse qui éveille l’hostilité contre un personnage qu’ils aiment.
  • Les identités, aussi bien individuelles que collectives. Un individu pourrait être amené à consulter un média par la recommandation ou le partage d’un article par un ami, ou bien en étant influencé par les habitudes de ses parents. L’effet du réseau (social) sur la consommation d’information est particulièrement prononcé chez les jeunes. En effet, 57% des consommateurs entre 18-24 ans aux États-Unis et au Royaume-Uni ont leur premier contact avec une information via les réseaux sociaux (Digital News Report 2019). Résoudre cette fragmentation reste une question compliquée. « Nous pourrions refléter les valeurs, les aspirations et les idéaux de certaines parties de la population qui se sentent attaquées, mais cela peut impliquer des questions inconfortables » dit R.K. Nielsen.

BRUNO DESPLAN – Album “CoHitDuÔ”

BRUNO DESPLAN – Album “CoHitDuÔ”

& Isabelle Guidon & Francois-Pierre Camin

Featuring Clotilde Rullaud

Label Plaza Mayor Company Ltd

Distribution Sergent Major Company Ltd – The Orchard

On parle de jazz mais le terme est large, tellement en globalisant…de Cole Porter aux Moulins de mon Cœur de Michel Legrand. Il vaudrait mieux parler de liberté. Le jazz est une liberté de jouer, d’interprétation. Le jazz peut s’afficher de tellement de manières. Avec la découverte du nouvel album de Bruno Desplan, je préfère parler de la liberté de ton et d’impertinence. Liberté des mots et d’images. CoHitDuo est quand même une sacre image a elle ou lui-même. Enfin cette ballade incessante, deux doigts sur le clavier d’un piano, deux voix qui se fondent et se confondent. On a de quoi faire, un bout de chemin, un bout d’évasion. Rien ne sera plus pareil. Rien ne peut se faire à la méthode de… Mais tout se fait et se défait dans des gammes plus que chromatique. Tout se transforme et se corrige en un sacre mélange d’humeur. C’est peut-être les couleurs de l’arc en ciel, peut être le rayonnement de la création. Ça joue, ca défile des mots comme des idées. Nous aimerons et salueront la liberté de vivre et de survivre aux regles établies.

Nous aimerons Bruno Desplan et son sensible CoHitDuo

Hellen Page

L’album « CoHitDuÔ » est écrit, composé, joué au piano par Bruno Desplan qui fusionne sa voix à celle de Clotilde Rullaud pour former un Quintette atypique avec ses complices le contrebassiste François-Pierre Camin et la percussionniste Isabelle Guidon,  rallié par la flutiste Nadia Feknous. Ensemble, ils concoctent un jazz sensible aux saveurs subtils, épicés de syncopes caribéennes, aux parfums d’harmonies asiatiques sur une poésie mélodique française assaisonnée de dissonances contemporaine ; qui décrit en 14 titres par le mélange des sons et des mots, les sensations sensuels, sensoriels, sentimentales et même sexuelles d’une relation amoureuse de la rencontre à l’union officielle.

  • 01 – L’Yin dans’ Yang
  • 02 – L’emotion sincere
  • 03 – (Renaitr’) sans sens
  • 04 – Partout Toujours
  • 05 – Magnetique reve
  • 06 – CoHitDuo
  • 07 – Rassure-moi !
  • 08 – Casse !!!
  • 09 – Comptine n. 4 : « Je aime toi (poeme exil) »
  • 10 – Fleurs de po-esie
  • 11 – Hymn’Intim’
  • 12 – C’est
  • 13 – Langues des mains
  • 14 – No doute no, No doute no!